Inventaire estival 2019

L'auteur de ces lignes à Noter-Dame-des-Landes le 18 février 2018

Ce qui suit est la liste des billets entamés et non achevés à ce jour ; certains ne le seront jamais (je précise lesquels). Il est possible que je parvienne à en finaliser certains. Plus d’idées que de temps, et plus de velléité que de motivation souvent. La date entre parenthèses est celle que la dernière modification – qui est parfois celle de la création du brouillon. Pourquoi ce billet ? Histoire de montrer que la recherche en général, et le blogging scientifique en particulier (dans mon cas, je ne généralise pas), c’est bien souvent plus de projets abandonnés que de projets finalisés.

Continuer la lecture de « Inventaire estival 2019 »

The Southern Elite Club (Argentina): notes & graphs

Translation/adaptation of a French post published on 2019 March 15th – my English being not as good as it should be, I do hope it remains understandable… And if you notice any (content) mistake, no not hesitate to contact me!

Since the beginning, creation of elitist and undeground circles is a black metal trademark. This post deals with an Argentinian NSBM (National-Socialist Black Metal) circle, based in Buenos-Aires, and active since the beginning of the 2000s: the Southern Elite Club (SEC). Apart from some information on this circle, I take the opportunity to discuss data collection, methodology, network analysis and visualization.

Continuer la lecture de « The Southern Elite Club (Argentina): notes & graphs »

Three NSBM circles, between local ancrage & global network (Nantes, ISMMS 2019)

What follows is the text written for the 4th ISMMS Conference – of course I hardly read half of it, my English being more rusted than expected, and my text being too long. Thanks a lot for all the relevant questions and comments. I know, it’s poorly written, but it should be enough to fully understand the graphs, pictures & so on.

Continuer la lecture de « Three NSBM circles, between local ancrage & global network (Nantes, ISMMS 2019) »

Notes sur la production discographique du BlazeBirth Hall

J’ai évoqué ici récemment le Southern Elite Circle argentin, ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM plus ancien, le BlazeBirth Hall (BHH), né au milieu des années 90 dans la ville de Novomoskovsk, au sud de Moscou. Premier cercle NSBM russe, il compte sept groupes au total : Branikald (1993–2001), Forest (1994–2005), Rundagor (1994–1998), Raven Dark (1994–2000), Wotan Sølv (1994–2000), Vargleide (1999–2000) et Nitberg (depuis 1999), certains musiciens étant membres de plusieurs de ces groupes. Ses activités impliquent notamment l’animation d’un label (BlazeBirth Hall Records). L’un des artistes les plus actifs, Ulv Gegner Irminsson, a été poignardé à mort en 2005, ce qui a entraîné l’arrêt de certains groupes et un ralentissement des activités de ce cercle. Membre du Pagan Front, le BBH dispose d’un site web – en russe -, d’une page facebook (non alimentée) et d’une page active sur le réseau social russe vk – en russe évidemment. Le groupe Sternatis, originaire de cette même ville,  a sorti un disque sur le label du cercle et a compté des membres impliqués dans plusieurs des groupes cités, il n’est pourtant pas membre du BBH

Continuer la lecture de « Notes sur la production discographique du BlazeBirth Hall »

Notes & graphes sur le Southern Elite Circle (Argentine)

English version available here

La formation de cercles plus ou moins fermés et élitistes est une des caractéristiques notables du black metal depuis ses origines. Ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM (black metal national-socialiste) argentin, actif depuis le début des années 2000 et basé à Buenos-Aires : le Southern Elite Circle. Outre un certain nombre d’informations sur ce cercle, j’en profite pour évoquer recueil de données, méthodologie, analyse de réseaux et visualisation.

Continuer la lecture de « Notes & graphes sur le Southern Elite Circle (Argentine) »

Petites notes sur les Call of Terror et les Night of Honour

Call of Terror et Night of Terror sont les deux principaux festivals de metal nationaliste (euphémisme) français, il s’agit, en modèle réduit, de l’équivalent de l’Asgardsrei  ukrainien – modèles réduites en terme d’audience (500 personnes maximum par concert en France contre le triple en Ukraine, un seul soir au lieu de deux à Kiev).  De façon plutôt étrange, ces deux événements se déroulent à peu près au même moment comme le montrent les différentes dates ci-dessous :

Continuer la lecture de « Petites notes sur les Call of Terror et les Night of Honour »

Un concert NSBM à Rouen ? Rouen dans la rue vs Horna

Les polémiques concernant la présence de groupes de black metal suspectés d’entretenir des liens avec la sphère du black metal national-socialiste (NSBM) sont fréquentes : retour sur la dernière en date concernant trois dates en France du groupe finlandais Horna. Je précise que la ligne politique du site Rouen dans la rue est proche de la mienne. Mais ceci est un blog de chercheur, non un blog militant…

Continuer la lecture de « Un concert NSBM à Rouen ? Rouen dans la rue vs Horna »

Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM

Ce texte s’appuie une présentation faite lors de l’école thématique Initiation à l’analyse de réseaux organisée à Nice en juillet 2017.

Ce qu’est le NSBM

Le Black metal national-socialiste (NSBM) est une branche du black metal qui affiche sa fascination pour le nazisme. Cette admiration se marque par les noms des groupes (présence fréquente des lettres 18, 88*, des termes Aryan, Krieg ou tout autre terme évoquant la haine raciale, l’antisémitisme et/ou les armées du IIIe Reich), l’iconographie utilisée sur les pochettes d’albums et par les textes des chansons. Des groupes de NSBM existent à peu près partout dans le monde et certaines scène sont particulièrement actives (France, Europe de l’Est, Amérique du Sud).

Continuer la lecture de « Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM »

Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie)

Ce projet a été déposé en mai 2017 dans le cadre des appels PEPS (projet exploratoire premier soutien) du RNMSH (Réseau national des maisons des sciences de l’homme). Il n’a pas été retenu – on n’a pas obtenu les sous. Et comme c’était indiqué sur le site dès le départ, nous n’avons pas reçu les évaluations. Ça doit être beaucoup trop compliqué à mettre en place. Sur les appels à projet en général, un billet est à paraître sous peu ici-même. Les * ont été ajoutés pour ce billet.

Résumé du projet : (10 lignes maxi)
Ce projet exploratoire associe des chercheurs en informatique et en SHS pour examiner le développement des sphères culturelles radicales d’extrême-droite dans le domaine musical, qu’il s’agisse de la chanson, du rap, du rock, de la techno ou du black métal, notamment grâce aux données numériques disponibles sur le Net. Les manifestations en ligne et hors ligne des différents acteurs (artistes, labels, organisateurs de concerts) seront étudiées de manière comparative en France et en Italie. À l’aide d’une méthodologie mixte (web scrapping, analyse structurale, analyse spatiale, démarche ethnographique, entretiens), l’enjeu est de construire des protocoles solides permettant l’identification de sphères culturelles souvent à la limite de la légalité à l’aide de traces numériques. Il s’agit également d’étudier comment les manifestations en ligne et hors ligne s’imbriquent pour favoriser la diffusion de contenus politiques et artistiques.

Continuer la lecture de « Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie) »