Cartographier l’action du GIP Haute-Marne, enjeux méthodologiques

Le groupement d’intérêt public (GIP) Haute-Marne est selon la page d’accueil de son site internet « un fonds d’aide à l’investissement dédié au développement économique et à l’aménagement du territoire en Haute-Marne. Son action s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement du laboratoire de recherche souterrain de l’ANDRA [Agence nationale des déchets radioactifs] sur la gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue […] » (http://www.gip-haute-marne.fr/index.html, consulté le 12 juin 2018). En activité depuis 2000, son rôle principal est de soutenir des projets, que ceux-ci soient présentés par des communes, des entreprises, des associations, etc. Le GIP distribue chaque année 30 millions d’euros, une partie aux communes proches du site de Bure-Saudron et fonction du nombre d’habitant.e.s, la majeure partie partie en sélectionnant parmi les projets déposés. Avec mon collègue cartographe Nicolas Lambert, nous cherchons à cartographier le phénomène – nous comptons faire de même avec le GIP Objectif-Meuse mais les documents disponibles étant différents, les choix à effectuer le seront aussi.

Continuer la lecture de « Cartographier l’action du GIP Haute-Marne, enjeux méthodologiques »

Les données sont des construits (2) : l’exemple des genres sur Metal-archives

Dans un billet précédent, j’ai essayé d’expliciter le plus clairement possible comment et pourquoi certains termes des Lyrical themes du site collaboratif metal-archives avaient été recodés. Ce billet, écrit à quatre mains avec mon collègue ingénieur Hugues Pecout, explicite les choix opérés pour recoder les genres renseignés pour les groupes de metal disponibles dans la base*.

Continuer la lecture de « Les données sont des construits (2) : l’exemple des genres sur Metal-archives »

Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête

Le texte ci-dessous est un projet d’article proposé début 2018 à la revue Terrains/Théories, projet qui n’a pas été retenu par les personnes en charge du numéro « Des terrains sans sympathie ». Il est fort probable que je reprenne ce projet un jour tant il me semble important d’adopter la même posture de recherche et la même attitude compréhensive lorsque je suis au milieu de mes ami.e.s politiques à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure et lorsque j’échange avec ceux que je considère à titre personnel comme mes ennemis (artistes d’extrême-droite). J’ai rajouté entre crochets quelques éclaircissements destinés à faciliter la compréhension du texte.

Continuer la lecture de « Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête »

Les données sont des construits (1) : l’exemple des thèmes sur Metal-archives

Avec mon collègue Hugues Pecout, nous nous intéressons aux données disponibles sur le site https://www.metal-archives.com/ et nous travaillons en ce moment deux aspects : les thèmes des paroles (Lyrical themes) et la diffusion géographique de certaines branches du metal. Ce billet s’intéresse aux Lyrical themes et essaye d’expliciter comment, à partir d’une extraction automatique, les termes sont plus ou moins modifiés et comment, à chaque étape, des choix méthodologiques doivent être faits, choix qui pèseront bien entendu sur les résultats que nous obtiendrons ensuite. Il s’agit donc de montrer comment on construit, à partir d’un matériau brut (ici des données numériques mais ce pourrait être des données qualitatives et la démarche serait similaire), des données exploitables pour nos questions de recherche.

Continuer la lecture de « Les données sont des construits (1) : l’exemple des thèmes sur Metal-archives »

Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Continuer la lecture de « Construire un corpus d’artistes nationalistes (1) »