Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Continuer la lecture de « Construire un corpus d’artistes nationalistes (1) »

Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes

Ce texte reprend des éléments présentés à la journée d’études Musiques, espaces et militantisme (vol. 1) organisée avec ma collègue Marta Severo la semaine dernière. Un grand merci aux participant.e.s pour leurs commentaires et questions. Les remarques sont bienvenues – si vous ne souhaitez pas que votre commentaire soit publié, il suffit de me l’indiquer.

Le rap est généralement considéré comme une musique issue des quartiers noirs nord-américains, juxtaposer rap et extrême-droite peut donc sembler surprenant. Pourtant, une scène rap nationaliste et identitaire est en plein développement en France. Que la musique populaire soit utilisée pour véhiculer un message politique n’est pas une nouveauté et vu les résultats électoraux des 30 dernières années, il n’est pas étonnant que cette scène prospère. Ce texte en présente la courte histoire, les liens entre musique et militantisme et les contraintes qui pèsent sur cette scène.

1. Petit historique du rap d’extrême-droite en France

Continuer la lecture de « Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes »

Les rappeurs d’extrême-droite français sur YouTube

Le texte qui suit a été proposé pour le colloque Youtubeurs, Youtubeuses qui aura lieu à Tours les 9 et 10 novembre prochains. Cette proposition n’a pas été retenue. Si un.e des évaluateurs.trices a considéré que le « texte [est] intéressant, doté d’une méthodologie explicite solide, […] sur une thématique originale bien pensée. », l’autre a remarqué, à juste titre me semble-t-il, qu’il n’y avait « aucun questionnement, aucune problématique… ». J’ai débuté ma recherche en mars – sachant que mon métier de chercheur suppose d’autres activités en parallèle (recherche, enseignement, paperasse, etc.). Je collecte des matériaux, je cherche des moyens pertinents de les analyser afin de produire de la connaissance sur un aspect du monde social qui me paraît intéressant. Je n’ai pas de cadre théorique précis et suis un adepte du bricolage méthodologique.

Quelques compléments : depuis que j’ai soumis ce texte, j’ai été démenti sur certains aspects. Kroc blanc a ainsi mis en ligne une chanson de Christophe BZH sur sa chaîne Le sale blanc le 30 juin 2017 – j’écrivais que cette chaîne concernait exclusivement des commentaires politiques ; l’hypothèse concernant l’évolution de Gosta/Leinad n’est qu’une hypothèse et elle n’a pas été validée à ce jour. Des entretiens avec ces personnes sont envisagées dans un futur proche donc à suivre.

Continuer la lecture de « Les rappeurs d’extrême-droite français sur YouTube »

« Mais pourquoi tu travailles là-dessus ? » ou l’illégale légitimité des objets de recherche

Que je travaille sur les scènes musicales d’extrême-droite n’était pas prévu. J’ai été recruté comme chargé de recherche au CNRS avec un projet portant sur les organisations internationales (le projet est disponible sur l’excellent blog Academia – à ne pas confondre avec la plateforme commerciale homonyme) déjà étudiées dans le cadre de ma thèse. D’octobre 2014 à avril 2016, j’ai étudié le fonctionnement du Conseil des droits de l’homme. C’était intéressant et confortable : je savais quelles données construire et comment les analyser. C’était confortable et légèrement ennuyeux. De la science normale.

Continuer la lecture de « « Mais pourquoi tu travailles là-dessus ? » ou l’illégale légitimité des objets de recherche »