En route vers l’HDR ? S01E07 – Dépression & domination

Si je n’avais pas une poignée d’étudiant.es qui soutiennent leurs mémoires dans une semaine, si je n’étais pas co-organisateur d’un colloque en ligne qui a lieu de mercredi à vendredi et où je suis censé animer je ne sais combien de sessions mortifères en ligne, si je n’avais pas une réunion pédagogique la semaine prochaine et je ne sais combien d’autres trucs encore, bref, si je pouvais en ce moment faire passer ma santé mentale avant mon travail, je ne serai pas devant un écran à taper ces bêtises, je serai dans mon verger en Meuse à tailler des ronces et des aubépines. Il y a des périodes où on sait à peu près ce qu’on fait, où le travail avance bien, et parfois même, on en est un peu satisfait ; il y a des périodes où ça va moins bien. Ce qui suit est écrit dans une période où ça va moyen moins (euphémisme). Il est donc tout à fait possible que j’exagère. Que je sois hyper-sensible ces temps-ci et que je vois le mal partout. Peut-être. Je n’en suis pas certain. Une collègue ingénieure – que je ne citerai pas pour ne pas risquer de lui nuire mais qui se reconnaîtra aisément – avec qui j’en parlais récemment avait elle aussi tout un tas d’anecdotes sur le sujet. Donc ce billet ne parle pas d’HDR mais de ce qui me heurte ces temps-ci dans le monde de l’ESR.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR ? S01E07 – Dépression & domination »

Désolé, votre lutte n’est pas la mienne

Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde.” Virginie Despentes, 1 mars 2020, Libération.

Les luttes sociales, a priori, j’aime bien. Je suis venu à Paris en 1993 pour militer à Act-Up Paris. J’ai détruit mon couple et mes études en décembre 1995 car j’étais persuadé que le pouvoir pouvait tomber – un projet de réforme a été retiré, le pouvoir s’est maintenu. Il y eut ensuite une très longue pause. Je suis retourné dans la rue pour la COP21 à République et j’ai découvert un peu étonné que nous vivions dans un état policier, au sens strict. Il y eut le mouvement contre la loi travail, ses Nuits debout et son cortège de tête. On a perdu. Il y eut NDDL et Bure.

Continuer la lecture de « Désolé, votre lutte n’est pas la mienne »