Archives de catégorie : Une vie de chercheur

Billets d’humeur sur une profession où je travaille autant que je m’amuse et que je m’énerve

Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête

Le texte ci-dessous est un projet d’article proposé début 2018 à la revue Terrains/Théories, projet qui n’a pas été retenu par les personnes en charge du numéro « Des terrains sans sympathie ». Il est fort probable que je reprenne ce projet un jour tant il me semble important d’adopter la même posture de recherche et la même attitude compréhensive lorsque je suis au milieu de mes ami.e.s politiques à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure et lorsque j’échange avec ceux que je considère à titre personnel comme mes ennemis (artistes d’extrême-droite). J’ai rajouté entre crochets quelques éclaircissements destinés à faciliter la compréhension du texte.

Continuer la lecture

Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche

Les quelques notes qui suivent sont à la fois un aide-mémoire chronologique et une façon de montrer modestement comment un centre d’intérêt militant se construit peu à peu en objet de recherche. Il s’agit aussi de tenter d’expliciter mes rapports – compliqués et fluctuants – avec cet objet. Je ne travaille pas sur Bure et Cigéo, je vais régulièrement vivre et lutter à Bure et ces séjours nourrissent une recherche en cours.

Avril 2016 : rencontre avec Jean-Pierre Petit dans une Nuit debout de quartier à Paris. Commence à m’intéresser à ce que se passe à Bure. Alors que je suis originaire de la Meuse et que plusieurs personnes de ma famille ont manifesté contre le projet au début des années 2000, je ne me suis jamais intéressé auparavant à ce projet.

Continuer la lecture

Les données sont des construits : l’exemple des thèmes sur Metal-archives

Avec mon collègue Hugues Pecout, nous nous intéressons aux données disponibles sur le site https://www.metal-archives.com/ et nous travaillons en ce moment deux aspects : les thèmes des paroles (Lyrical themes) et la diffusion géographique de certaines branches du metal. Ce billet s’intéresse aux Lyrical themes et essaye d’expliciter comment, à partir d’une extraction automatique, les termes sont plus ou moins modifiés et comment, à chaque étape, des choix méthodologiques doivent être faits, choix qui pèseront bien entendu sur les résultats que nous obtiendrons ensuite. Il s’agit donc de montrer comment on construit, à partir d’un matériau brut (ici des données numériques mais ce pourrait être des données qualitatives et la démarche serait similaire), des données exploitables pour nos questions de recherche.

Continuer la lecture

Le monde merveilleux de la recherche sur projet

Quand on discute avec un chercheur ou une chercheuse, on les entend parfois dire qu’elle ou il monte un projet, prépare un projet, attend la réponse pour un projet, a raté un projet. Mais si l’on n’est pas du milieu, il est difficile de comprendre au juste de quoi il s’agit. Réponse aussi pédagogique que possible ci-dessous. Attention, ce billet ne prétend pas ni à l’objectivité, ni à l’exhaustivité. Il s’agit d’un point de vue personnel et critique, situé dans le temps d’une carrière académique donnée. Il ne s’agit pourtant pas d’une caricature. Si aucun exemple précis n’est donné, c’est pour ne pas sembler agresser les personnes ayant la malchance de travailler, du mieux qu’elles peuvent et dans des conditions de plus en plus difficiles, dans les organismes chargés de financer « l’excellence scientifique ».

Continuer la lecture

Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC

Que fait un chercheur ou une chercheuse la plupart du temps – je ne parle pas du temps passer à remplir de la paperasse pour monter un projet, organiser un terrain, se faire rembourser ses frais ou justifier auprès de sa hiérarchie son activité -, ille se pose des questions et cherche des moyens d’y répondre de façon pas trop idiote ni trop coûteuse (en temps, en recherche bibliographique, en énergie, etc.). Et surtout, ille teste. L’aboutissement de tous ces test sera un ou plusieurs articles dans une revue à comité de lecture (en anglais de préférence, c’est plus rentable dans le monde académique) et des produits dérivés (chapitre(s) de livre, contributions à des projets collectifs, communications à des colloques). L’article sera le plus souvent très allusif sur la méthodologie et, surtout, ne dira rien des multiples essais et erreurs nécessaires pour parvenir aux jolis résultats présentés. C’est dommage mais c’est comme ça : on publie pour montrer ce qui marche, tant pis si ça ne représente que 10%, en étant optimiste, des tests réalisés. Et c’est dommage aussi parce que montrer ce qui ne marche pas pourrait permettre à d’autres d’éviter de perdre du temps à tester la même chose, voire de trouver des moyens pour que ces essais infructueux soient améliorés et permettent de produire de la connaissance.

Continuer la lecture

Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout

Présentation faite au colloque Ethnographies et engagements à Rouen le 9 novembre 2017. Il s’agit ici du texte remanié pour être lu et non de la version écrite soumise aux organisateurs et organisatrices du colloque.

En tant que géographe ayant de 2010 à 2016 été un amateur assidu des méthodes quantitatives, ma présence ici, dans un colloque consacré à Ethnographies et engagements, n’était guère prévisible il y a 18 mois. Je tiens donc tout d’abord à vous remercier pour votre ouverture d’esprit, et j’espère que vous pardonnerez les nombreux défauts de cette présentation. Étant formé dans une discipline donnée (la géographie humaine), dans un paradigme donné (la géographie dite théorique et quantitative), je ne maîtrise ni les codes, ni les références, ni les habitus disciplinaires qui sont les vôtres. J’espère néanmoins que certaines et certains d’entre vous trouverons un intérêt à cette présentation.

Continuer la lecture

« Mais pourquoi tu travailles là-dessus ? » ou l’illégale légitimité des objets de recherche

Que je travaille sur les scènes musicales d’extrême-droite n’était pas prévu. J’ai été recruté comme chargé de recherche au CNRS avec un projet portant sur les organisations internationales (le projet est disponible sur l’excellent blog Academia – à ne pas confondre avec la plateforme commerciale homonyme) déjà étudiées dans le cadre de ma thèse. D’octobre 2014 à avril 2016, j’ai étudié le fonctionnement du Conseil des droits de l’homme. C’était intéressant et confortable : je savais quelles données construire et comment les analyser. C’était confortable et légèrement ennuyeux. De la science normale.

Continuer la lecture