En route vers l’HDR, épisode 4 (déc 2020) – en boucles et en tandems

L’analyse de réseaux et moi, ça dure depuis un petit moment. Alors que je zappe allégrement d’un thème à l’autre – l’Assemblée générale de l’ONU, la géographie électorale, le Conseil des droits de l’homme, l’actualité internationale, Bure, Nuit debout, les scènes musicales d’extrême-droite, la musique metal, plus toutes les incartades fugitives liées aux projets et aux amitiés scientifiques – je fréquente depuis 10 ans les territoires pluri-disciplinaires de l’analyse de réseaux. Je l’utilise somme toute assez peu dans mes travaux, hormis parfois à des fins d’illustration, mais je l’enseigne souvent, j’y lis beaucoup, et j’ai eu la chance d’organiser un certain nombre d’événements scientifiques sur le sujet avec des personnes qui me sont devenues très chères. Au programme de l’épisode 4 : boucles temporelles et duos scientifiques et amicaux, 2010-2020.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 4 (déc 2020) – en boucles et en tandems »

En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test

Viser large…

Depuis que j’ai la chance d’encadrer des étudiant.e.s – j’adore ça -, je donne systématiquement le même conseil concernant la bibliographie : viser large, ne restez pas cantonné.e à votre thématique, votre discipline et vos choix méthodologiques, variez les plaisirs. Si vous voulez travailler sur la diffusion spatiale du mouvement des Gilets jaunes (bon courage) avec un attirail quantitatif conséquent, lisez bien sûr le papier de Pierre Blavier et d’Etienne Walker mais lisez également Ceux qui restent de Benoît Coquard – certes, c’est de la sociologie très qualitative et les gilets jaunes y sont périphériques mais ça vous donnera des idées. Si vous traitez un gros volume de données relationnelles nativement numériques avec des données manquantes (bonjour Twitter), lisez donc les articles d’Isabelle Rosé concernant la reine Emma (vers 890-934) ou Le pouvoir au village de Giovanni Levi – dans les deux cas, gros volume de données relationnelles et plein de données manquantes. Et je pourrais multiplier les exemples. L’objectif n’est évidemment pas de tout lire mais d’être surpris.e par des approches, des méthodes, des tentatives pour produire de la connaissance auxquelles on n’aurait jamais pensé si on était resté dans son pré carré disciplinaire et thématique.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test »

GDR3771 – Fin de partie

Il aurait été logique de publier le billet ci-dessous sur le carnet du GDR. Le carnet du GDR étant celui d’un collectif, il m’a paru plus opportun de le faire ici : les propos qui suivent n’engagent que moi. La pertinence de leur mise en ligne n’est sans doute pas totalement évidente…

Ceci n’est pas le  bilan du GDR3771 Analyse de réseaux en SHS, le bilan chiffré, mis en tableaux et en images, où l’on raconte à longueur de pages qu’on n’a pas tout réussi mais que quand même, on a fait du bon boulot dans l’ensemble – ce dont je suis par ailleurs persuadé. Non, ici il s’agit plus modestement de donner quelques éléments qui je l’espère pourront être utiles aux personnes qui se lanceront dans l’aventure GDR prochainement.

Continuer la lecture de « GDR3771 – Fin de partie »

En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020)

Lire, lire, lire

Je fonctionne toujours de la même façon : lorsque je commence à travailler sur un sujet, je lis. Beaucoup, longtemps, tout ce qui me tombe sous la main et qui a un rapport plus ou moins lointain avec le sujet en question. Ayant décide de me lancer dans l’HDR, j’ai commencé par lire… des HDR. Des HDR de membres présents ou passés de mon labo et de ma discipline (par ordre alphabétique Arnaud Banos, Myriam Baron, Clarisse Didelon-Loiseau, César Ducruet, Renaud Le Goix, Frédéric Santamaria, Camille Schmoll, Julie Vallée, Christine Zanin), que leurs objets de recherche soient proches ou non des miens. Des HDR de complices scientifiques de plus ou moins longue date, géographe (Yann Richard) ou non (Christophe Prieur, Marta Severo). Des HDR de géographes trouvées sur HAL (Virginie Baby-Collin, Francine Barthe-Deloizy, Corinne Luxembourg, Samuel Rufat, Eric Verdeil) et celle d’un archéologue trouvée également sur HAL (Pierre Garmy). Merci aux personnes ayant mis leur HDR en ligne, merci aux personnes qui ne l’ont pas encore fait (qu’attendez-vous ?) mais ont accepté de me transmettre leur manuscrit.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020) »

En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020

C’est quoi une HDR ?

HDR signifie Habilitation à diriger des recherches. Dans le système académique français, il est nécessaire d’avoir son HDR pour concourir pour un poste de directeur.trice de recherche (DR) ou de professeur.e d’université (PU)*. Cela permet également de diriger des thèses – ceci explique que certaines personnes maîtres de conférence (MCF) précisent sur leur cv MCF – HDR. Cela signifie en clair, « je n’ai pas encore décroché de poste de prof (il y en a peu) mais je peux encadrer votre thèse. »

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020 »

Chère collègue, cher collègue, la réponse est non

Chère collègue, cher collègue, tu – on se tutoie ? je tutoie facilement. J’étais aide-soignant dans une vie antérieure (1994-2001) et j’y ai pris l’habitude de tutoyer les collègues. Oui, et je n’étais pas un héros, juste un type avec un boulot crevant et mal payé. Bref. Tu me connais ou tu connais mon parcours ou tu m’as googlé et tu as vu que j’avais bossé sur (rayer la mention inutile) l’ONU, Nuit debout, les zad, les élections, les médias, la musique en ligne et que j’avais quelques notions en (rayer les mentions inutiles) statistiques, analyse lexicale, analyse de réseau. Et comme tu as un projet sur les effets du confinement, tu me contactes pour savoir si ça m’intéressait d’y participer. La réponse est non.

Continuer la lecture de « Chère collègue, cher collègue, la réponse est non »

Inventaire estival 2019

L'auteur de ces lignes à Noter-Dame-des-Landes le 18 février 2018

Ce qui suit est la liste des billets entamés et non achevés à ce jour ; certains ne le seront jamais (je précise lesquels). Il est possible que je parvienne à en finaliser certains. Plus d’idées que de temps, et plus de velléité que de motivation souvent. La date entre parenthèses est celle que la dernière modification – qui est parfois celle de la création du brouillon. Pourquoi ce billet ? Histoire de montrer que la recherche en général, et le blogging scientifique en particulier (dans mon cas, je ne généralise pas), c’est bien souvent plus de projets abandonnés que de projets finalisés.

Continuer la lecture de « Inventaire estival 2019 »

Recherche & engagement, retour sur un échec relatif

Ce texte étant écrit au bout d’un mois et quelques de confinement policier et alors que mon rythme de travail est devenu « remettre à la semaine prochaine ce que je pensais faire la semaine dernière », il est fort possible qu’il soit d’un intérêt très limité. Surtout qu’en gros malin, ravi après cinq ans au CNRS d’avoir enfin un bureau digne de ce nom (non, ce n’est pas une plaisanterie), j’y ai emmené tous mes bouquins, mes carnets, mes notes, ma doc, et que je n’ai plus rien à la maison. Bref. Retour un brin désenchanté sur deux essais de recherche militante à Nuit Debout (2016-2017) et à Bure (2017-2018).

Continuer la lecture de « Recherche & engagement, retour sur un échec relatif »

Désolé, votre lutte n’est pas la mienne

« Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. » Virginie Despentes, 1 mars 2020, Libération.

Les luttes sociales, a priori, j’aime bien. Je suis venu à Paris en 1993 pour militer à Act-Up Paris. J’ai détruit mon couple et mes études en décembre 1995 car j’étais persuadé que le pouvoir pouvait tomber – un projet de réforme a été retiré, le pouvoir s’est maintenu. Il y eut ensuite une très longue pause. Je suis retourné dans la rue pour la COP21 à République et j’ai découvert un peu étonné que nous vivions dans un état policier, au sens strict. Il y eut le mouvement contre la loi travail, ses Nuits debout et son cortège de tête. On a perdu. Il y eut NDDL et Bure.

Continuer la lecture de « Désolé, votre lutte n’est pas la mienne »

Youtube, rap natio & censure : retour sur une expérience

Il y a un an environ, j’expliquais dans un billet publié sur ce site pourquoi je créais une chaîne youtube consacrée au rap nationaliste. J’ai décidé de ne plus l’alimenter et j’explique un peu plus loin pourquoi mais tout d’abord, retour sur les objectifs annoncés motivant la création de cette chaîne.

Continuer la lecture de « Youtube, rap natio & censure : retour sur une expérience »

Retour sur les 10 ans d’Hypothèses, pourquoi et comment je blogue

Le 8 janvier dernier avait lieu à Paris les 10 ans d’Hypothèses où se succédaient deux types de présentations : des présentations concernant la plateforme Hypothèses – son histoire et son évolution (Marin Dacos et François Pacaud), les liens entre carnets (Josquin Debaz), les pratiques de navigation des internautes sur la plateforme (Pierre Mercklé), la présentation du séminaire HYCAR ; et des témoignages de personnes tenant des carnets. Cette journée ayant été filmée – j’y reviendrai -, tout ceci devrait être disponible en ligne très prochainement. Je m’étais porté volontaire pour répondre à la question « pourquoi et comment je blogue » car ça me paraissait intéressant de faire le point sur mon utilisation de cet outil, j’ai été retenu, ce fut une journée intéressante. Ci-dessous, deux trois réflexions sur la tendance pénible à la captation vidéo des journées d’étude et autres colloques, puis les notes ayant servi de support à mon intervention.

Continuer la lecture de « Retour sur les 10 ans d’Hypothèses, pourquoi et comment je blogue »

Chère ANDRA, accepteras-tu un jour de me répondre ?

Mise à jour du 11 décembre 2018 : j’ai eu hier l’excellente surprise de recevoir par mail un gros dossier avec une bonne partie (pas tout, il manque des choses) des documents demandés : A propos n° 1 à 8 plus un numéro spécial (janvier 1997), Passerelles 2 et 5, et des numéros de Plein jour. Merci donc à l’expéditeur, « La Direction de la Communication et du Dialogue ».

L’ANDRA (Agence nationale des déchets radioactifs) a multiplié au cours de son existence les supports de communication : lettres d’informations internes (LaboExpress début des années 2000), lettres d’informations grand public (Plein jour, La vie du labo, Le journal de l’ANDRA), lettres à destination des acteurs économiques (Passerelle, début des années 2000). Toutes ces brochures sont de qualité professionnelle (papier glacé, nombreuses illustrations en couleurs, maquette aérée, etc.) et, pour les brochures grand public, très largement distribuées (Le Journal de l’ANDRA, édition Meuse/Haute-Marne, est ainsi tiré à plus de 190 000 exemplaires).

Continuer la lecture de « Chère ANDRA, accepteras-tu un jour de me répondre ? »

Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête

Le texte ci-dessous est un projet d’article proposé début 2018 à la revue Terrains/Théories, projet qui n’a pas été retenu par les personnes en charge du numéro « Des terrains sans sympathie ». Il est fort probable que je reprenne ce projet un jour tant il me semble important d’adopter la même posture de recherche et la même attitude compréhensive lorsque je suis au milieu de mes ami.e.s politiques à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure et lorsque j’échange avec ceux que je considère à titre personnel comme mes ennemis (artistes d’extrême-droite). J’ai rajouté entre crochets quelques éclaircissements destinés à faciliter la compréhension du texte.

Continuer la lecture de « Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête »

Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche

Les quelques notes qui suivent sont à la fois un aide-mémoire chronologique et une façon de montrer modestement comment un centre d’intérêt militant se construit peu à peu en objet de recherche. Il s’agit aussi de tenter d’expliciter mes rapports – compliqués et fluctuants – avec cet objet. Je ne travaille pas sur Bure et Cigéo, je vais régulièrement vivre et lutter à Bure et ces séjours nourrissent une recherche en cours.

Avril 2016 : rencontre avec Jean-Pierre Petit dans une Nuit debout de quartier à Paris. Commence à m’intéresser à ce que se passe à Bure. Alors que je suis originaire de la Meuse et que plusieurs personnes de ma famille ont manifesté contre le projet au début des années 2000, je ne me suis jamais intéressé auparavant à ce projet.

Continuer la lecture de « Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche »

Les données sont des construits (1) : l’exemple des thèmes sur Metal-archives

Avec mon collègue Hugues Pecout, nous nous intéressons aux données disponibles sur le site https://www.metal-archives.com/ et nous travaillons en ce moment deux aspects : les thèmes des paroles (Lyrical themes) et la diffusion géographique de certaines branches du metal. Ce billet s’intéresse aux Lyrical themes et essaye d’expliciter comment, à partir d’une extraction automatique, les termes sont plus ou moins modifiés et comment, à chaque étape, des choix méthodologiques doivent être faits, choix qui pèseront bien entendu sur les résultats que nous obtiendrons ensuite. Il s’agit donc de montrer comment on construit, à partir d’un matériau brut (ici des données numériques mais ce pourrait être des données qualitatives et la démarche serait similaire), des données exploitables pour nos questions de recherche.

Continuer la lecture de « Les données sont des construits (1) : l’exemple des thèmes sur Metal-archives »