The Southern Elite Club (Argentina): notes & graphs

Translation/adaptation of a French post published on 2019 March 15th – my English being not as good as it should be, I do hope it remains understandable… And if you notice any (content) mistake, no not hesitate to contact me!

Since the beginning, creation of elitist and undeground circles is a black metal trademark. This post deals with an Argentinian NSBM (National-Socialist Black Metal) circle, based in Buenos-Aires, and active since the beginning of the 2000s: the Southern Elite Club (SEC). Apart from some information on this circle, I take the opportunity to discuss data collection, methodology, network analysis and visualization.

Continuer la lecture de « The Southern Elite Club (Argentina): notes & graphs »

Three NSBM circles, between local ancrage & global network (Nantes, ISMMS 2019)

What follows is the text written for the 4th ISMMS Conference – of course I hardly read half of it, my English being more rusted than expected, and my text being too long. Thanks a lot for all the relevant questions and comments. I know, it’s poorly written, but it should be enough to fully understand the graphs, pictures & so on.

Continuer la lecture de « Three NSBM circles, between local ancrage & global network (Nantes, ISMMS 2019) »

Notes sur la production discographique du BlazeBirth Hall

J’ai évoqué ici récemment le Southern Elite Circle argentin, ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM plus ancien, le BlazeBirth Hall (BHH), né au milieu des années 90 dans la ville de Novomoskovsk, au sud de Moscou. Premier cercle NSBM russe, il compte sept groupes au total : Branikald (1993–2001), Forest (1994–2005), Rundagor (1994–1998), Raven Dark (1994–2000), Wotan Sølv (1994–2000), Vargleide (1999–2000) et Nitberg (depuis 1999), certains musiciens étant membres de plusieurs de ces groupes. Ses activités impliquent notamment l’animation d’un label (BlazeBirth Hall Records). L’un des artistes les plus actifs, Ulv Gegner Irminsson, a été poignardé à mort en 2005, ce qui a entraîné l’arrêt de certains groupes et un ralentissement des activités de ce cercle. Membre du Pagan Front, le BBH dispose d’un site web – en russe -, d’une page facebook (non alimentée) et d’une page active sur le réseau social russe vk – en russe évidemment. Le groupe Sternatis, originaire de cette même ville,  a sorti un disque sur le label du cercle et a compté des membres impliqués dans plusieurs des groupes cités, il n’est pourtant pas membre du BBH

Continuer la lecture de « Notes sur la production discographique du BlazeBirth Hall »

Youtube, rap natio & censure : retour sur une expérience

Il y a un an environ, j’expliquais dans un billet publié sur ce site pourquoi je créais une chaîne youtube consacrée au rap nationaliste. J’ai décidé de ne plus l’alimenter et j’explique un peu plus loin pourquoi mais tout d’abord, retour sur les objectifs annoncés motivant la création de cette chaîne.

Continuer la lecture de « Youtube, rap natio & censure : retour sur une expérience »

Notes & graphes sur le Southern Elite Circle (Argentine)

English version available here

La formation de cercles plus ou moins fermés et élitistes est une des caractéristiques notables du black metal depuis ses origines. Ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM (black metal national-socialiste) argentin, actif depuis le début des années 2000 et basé à Buenos-Aires : le Southern Elite Circle. Outre un certain nombre d’informations sur ce cercle, j’en profite pour évoquer recueil de données, méthodologie, analyse de réseaux et visualisation.

Continuer la lecture de « Notes & graphes sur le Southern Elite Circle (Argentine) »

Petites notes sur les Call of Terror et les Night of Honour

Call of Terror et Night of Terror sont les deux principaux festivals de metal nationaliste (euphémisme) français, il s’agit, en modèle réduit, de l’équivalent de l’Asgardsrei  ukrainien – modèles réduites en terme d’audience (500 personnes maximum par concert en France contre le triple en Ukraine, un seul soir au lieu de deux à Kiev).  De façon plutôt étrange, ces deux événements se déroulent à peu près au même moment comme le montrent les différentes dates ci-dessous :

Continuer la lecture de « Petites notes sur les Call of Terror et les Night of Honour »

Le rap nationaliste français – featurings et discographie

Featuring

J’ai commis l’année dernière un graphe des featurings des artistes de la scène rap nationaliste française – je considérais tous les voisins d’ordre 2 de Kroc blanc, Amalek, North et AgB13. Je me suis contenté ici de l’actualiser avec les albums et vidéos sortis depuis. Si vous repérez des oublis, n’hésitez pas à me le signaler. J’ai supprimé le lien Kroc blanc – Manon (titre Gros mot sur Instinct) dans la mesure où la seconde est la fille du premier et elle est un peu jeune pour être considérée comme une artiste de la scène rap nationaliste (merci à YoM d’avoir attiré mon attention sur ce point). Le fichier est téléchargeable ici (fichier .txt, encodage utf-8, séparateur ;).

Continuer la lecture de « Le rap nationaliste français – featurings et discographie »

Un concert NSBM à Rouen ? Rouen dans la rue vs Horna

Les polémiques concernant la présence de groupes de black metal suspectés d’entretenir des liens avec la sphère du black metal national-socialiste (NSBM) sont fréquentes : retour sur la dernière en date concernant trois dates en France du groupe finlandais Horna. Je précise que la ligne politique du site Rouen dans la rue est proche de la mienne. Mais ceci est un blog de chercheur, non un blog militant…

Continuer la lecture de « Un concert NSBM à Rouen ? Rouen dans la rue vs Horna »

Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC

Que fait un chercheur ou une chercheuse la plupart du temps – je ne parle pas du temps passer à remplir de la paperasse pour monter un projet, organiser un terrain, se faire rembourser ses frais ou justifier auprès de sa hiérarchie son activité -, ille se pose des questions et cherche des moyens d’y répondre de façon pas trop idiote ni trop coûteuse (en temps, en recherche bibliographique, en énergie, etc.). Et surtout, ille teste. L’aboutissement de tous ces test sera un ou plusieurs articles dans une revue à comité de lecture (en anglais de préférence, c’est plus rentable dans le monde académique) et des produits dérivés (chapitre(s) de livre, contributions à des projets collectifs, communications à des colloques). L’article sera le plus souvent très allusif sur la méthodologie et, surtout, ne dira rien des multiples essais et erreurs nécessaires pour parvenir aux jolis résultats présentés. C’est dommage mais c’est comme ça : on publie pour montrer ce qui marche, tant pis si ça ne représente que 10%, en étant optimiste, des tests réalisés. Et c’est dommage aussi parce que montrer ce qui ne marche pas pourrait permettre à d’autres d’éviter de perdre du temps à tester la même chose, voire de trouver des moyens pour que ces essais infructueux soient améliorés et permettent de produire de la connaissance.

Continuer la lecture de « Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC »

RAC anglais, splits et analyse de réseau

Le RAC (Rock against Communism) apparaît au Royaume-Uni au début des années 80 et, grâce aux talents d’organisateur de Ian Stuart Donaldson (chanteur de Skrewdriver) et au soutien financier du National Front, se diffuse rapidement au niveau européen. Cette scène est bien documentée et l’analyse de réseaux n’a pas pour but ici de trouver de nouveaux groupes comme c’était le cas avec le NSBM (voir ce billet). Il s’agit plutôt de s’intéresser aux liens entre groupes anglais et étrangers en étudiant les collaborations discographiques (splits).

Continuer la lecture de « RAC anglais, splits et analyse de réseau »

Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Continuer la lecture de « Construire un corpus d’artistes nationalistes (1) »

Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes

Ce texte reprend des éléments présentés à la journée d’études Musiques, espaces et militantisme (vol. 1) organisée avec ma collègue Marta Severo la semaine dernière. Un grand merci aux participant.e.s pour leurs commentaires et questions. Les remarques sont bienvenues – si vous ne souhaitez pas que votre commentaire soit publié, il suffit de me l’indiquer.

Le rap est généralement considéré comme une musique issue des quartiers noirs nord-américains, juxtaposer rap et extrême-droite peut donc sembler surprenant. Pourtant, une scène rap nationaliste et identitaire est en plein développement en France. Que la musique populaire soit utilisée pour véhiculer un message politique n’est pas une nouveauté et vu les résultats électoraux des 30 dernières années, il n’est pas étonnant que cette scène prospère. Ce texte en présente la courte histoire, les liens entre musique et militantisme et les contraintes qui pèsent sur cette scène.

1. Petit historique du rap d’extrême-droite en France

Continuer la lecture de « Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes »

Musiques, espaces et militantismes (vol. 1) – 16 novembre 2017, Paris

Journée organisée dans le cadre de l’axe “Médias et territoires” du CIST par Marta Severo et Laurent Beauguitte

16 novembre 2017, 10h -17h, Paris 7, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 720

L’objectif de cette journée d’études est de confronter les approches – méthodologiques, conceptuelles et disciplinaires – de chercheurs et chercheuses travaillant sur des scènes musicales et ayant un intérêt pour l’aspect militant (au sens large) et/ou l’aspect territorial. Si l’aspect militant a souvent été abordé (de la protest-song des années 60 au Rock against communism des années 80, sans oublier les grands shows humanitaires pour le Bangladesh, l’Ethiopie, etc.), l’aspect spatial est souvent évoqué de manière plus marginale. Or, toute production musicale suppose des lieux de production, des réseaux de diffusion et mobilise des référentiels territoriaux parfois très prégnants (voir le rôle du quartier dans le rap par exemple).

Continuer la lecture de « Musiques, espaces et militantismes (vol. 1) – 16 novembre 2017, Paris »

Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM

Ce texte s’appuie une présentation faite lors de l’école thématique Initiation à l’analyse de réseaux organisée à Nice en juillet 2017.

Ce qu’est le NSBM

Le Black metal national-socialiste (NSBM) est une branche du black metal qui affiche sa fascination pour le nazisme. Cette admiration se marque par les noms des groupes (présence fréquente des lettres 18, 88*, des termes Aryan, Krieg ou tout autre terme évoquant la haine raciale, l’antisémitisme et/ou les armées du IIIe Reich), l’iconographie utilisée sur les pochettes d’albums et par les textes des chansons. Des groupes de NSBM existent à peu près partout dans le monde et certaines scène sont particulièrement actives (France, Europe de l’Est, Amérique du Sud).

Continuer la lecture de « Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM »

Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie)

Ce projet a été déposé en mai 2017 dans le cadre des appels PEPS (projet exploratoire premier soutien) du RNMSH (Réseau national des maisons des sciences de l’homme). Il n’a pas été retenu – on n’a pas obtenu les sous. Et comme c’était indiqué sur le site dès le départ, nous n’avons pas reçu les évaluations. Ça doit être beaucoup trop compliqué à mettre en place. Sur les appels à projet en général, un billet est à paraître sous peu ici-même. Les * ont été ajoutés pour ce billet.

Résumé du projet : (10 lignes maxi)
Ce projet exploratoire associe des chercheurs en informatique et en SHS pour examiner le développement des sphères culturelles radicales d’extrême-droite dans le domaine musical, qu’il s’agisse de la chanson, du rap, du rock, de la techno ou du black métal, notamment grâce aux données numériques disponibles sur le Net. Les manifestations en ligne et hors ligne des différents acteurs (artistes, labels, organisateurs de concerts) seront étudiées de manière comparative en France et en Italie. À l’aide d’une méthodologie mixte (web scrapping, analyse structurale, analyse spatiale, démarche ethnographique, entretiens), l’enjeu est de construire des protocoles solides permettant l’identification de sphères culturelles souvent à la limite de la légalité à l’aide de traces numériques. Il s’agit également d’étudier comment les manifestations en ligne et hors ligne s’imbriquent pour favoriser la diffusion de contenus politiques et artistiques.

Continuer la lecture de « Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie) »