Le mur de Bure : quand les opposant.e.s nomment l’adversaire

Dans un billet récent, je contestais plusieurs éléments de l’ouvrage de Jan Spurk consacré à Bure et notamment l’affirmation suivante à propos des habitant.e.s de la maison de résistance à la poubelle nucléaire : « ils se sentent méprisés par les forces anonymes de la gouvernance, appelées « l’Andra », « l’État » etc., qui ne les respectent pas en tant que citoyens. » Je critiquais à la fois l’emploi du terme citoyen et écrivais que la désignation des individus est très présente sur le site vmc.camp.

Il suffit de se promener dans le bois Lejuc le long du mur pour trouver maintes autres indices de cette personnalisation de la lutte. Les photographies ci-dessous ont été prises en janvier 2018 mais les inscriptions datent des premiers jours et mois d’occupation (cela se voit tant à l’usure de la peinture qu’à celle des morceaux de murs – et cela se vérifie sur le site vmc.camp). Ces tags sont visibles au bord du labyrinthe et le long du mur en direction du grand chêne, soit à moins de 10 minutes de l’entrée de la forêt par vigie sud (voir la carte ici).

Continuer la lecture de « Le mur de Bure : quand les opposant.e.s nomment l’adversaire »

Bure, le nouveau Notre-Dame-des-Landes ? La construction médiatique d’un fantasme (1)

J’ai quitté Paris pour Bure le 17 janvier 2018, jour de l’annonce, pas totalement surprenante, de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Cela m’a permis d’observer en direct la construction d’un fantasme médiatique : Bure sera-t-il le nouveau NDDL ? Le nombre de journalistes présent.e.s à Bure et aux alentours est certes resté inférieur au nombre de gendarmes mais il ne s’est pas passé une journée sans apprendre la présence d’une équipe de télé, de l’AFP, de journalistes de presse écrite, etc.

En temps normal, la présence de journalistes est négociée avec les habitant.e.s de la maison de résistance et les occupant.e.s de la forêt. Le suivisme des médias a perturbé ce fonctionnement, au point qu’un billet a été mis en ligne le 18 janvier 2018, billet précisant en rouge « Nos lieux de lutte sont aussi nos lieux de vie. C’est pourquoi, sans contact préalable, nous ne recevrons pas des équipes qui se présenteraient spontanément à la Maison de Résistance ou au Bois Lejuc. ». Autre réaction, l’affichage sur la porte de la grange d’un message hostile aux journalistes.

Continuer la lecture de « Bure, le nouveau Notre-Dame-des-Landes ? La construction médiatique d’un fantasme (1) »

Bure : sur 4 ouvrages récents

La lutte menée à Bure contre le projet Cigéo de l’Andra (enfouissement des déchets nucléaires de longue durée) est ancienne mais semble faire depuis 2016 et l’occupation du bois Lejuc l’objet d’une attention médiatique croissante. La parution de trois ouvrages consacrés à cette lutte en 2017 est à ce titre un indicateur intéressant. J’y ajoute l’ouvrage Être forêts qui, s’il n’est pas exclusivement consacré à Bure, y consacre cependant quelques belles pages.

Continuer la lecture de « Bure : sur 4 ouvrages récents »

Nuit debout : un roman, un essai

Ce qui a été publié à ce jour sur Nuit debout est d’un intérêt très variable, la nécessité de publier vite favorisant la routine intellectuelle, que les publications soient issues du milieu médiatique, militant ou académique. Ce court billet s’intéresse à deux ouvrages très différents parus en 2017 : un roman noir et un essai.

Que le roman noir soit le premier à saisir des éléments d’actualité n’est pas exactement une nouveauté, le genre se prête bien au commentaire critique des événements plus ou moins récents. J’ai emprunté par hasard à la bibliothèque municipale la plus proche de mon domicile le dernier roman de Sébastien Gendron, Révolution, paru en janvier 2017 chez Albin Michel. Je ne connaissais pas cet auteur, j’étais dans une période romans noirs, le titre me plaisait. Et j’ai eu le plaisir de lire ce dialogue entre les deux personnages principaux (pages 134 à 136) :

Continuer la lecture de « Nuit debout : un roman, un essai »

Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout

Présentation faite au colloque Ethnographies et engagements à Rouen le 9 novembre 2017. Il s’agit ici du texte remanié pour être lu et non de la version écrite soumise aux organisateurs et organisatrices du colloque.

En tant que géographe ayant de 2010 à 2016 été un amateur assidu des méthodes quantitatives, ma présence ici, dans un colloque consacré à Ethnographies et engagements, n’était guère prévisible il y a 18 mois. Je tiens donc tout d’abord à vous remercier pour votre ouverture d’esprit, et j’espère que vous pardonnerez les nombreux défauts de cette présentation. Étant formé dans une discipline donnée (la géographie humaine), dans un paradigme donné (la géographie dite théorique et quantitative), je ne maîtrise ni les codes, ni les références, ni les habitus disciplinaires qui sont les vôtres. J’espère néanmoins que certaines et certains d’entre vous trouverons un intérêt à cette présentation.

Continuer la lecture de « Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout »

Luttes de territoire et représentations (CIST 2018)

Comment faire pour attaquer un nouveau thème de recherche ? Il y a bien sûr l’indispensable et longue mise à niveau bibliographique. Une option également possible est d’organiser une session dans un colloque sur le thème choisi afin de lire et de rencontrer les personnes déjà lancées sur le sujet. Ci dessous le texte écrit avec ma collègue Marta Severo pour le prochain colloque du CIST. Ce texte n’est pas la version mise en ligne mais la version complète demandée aux organisateurs et organisatrices de session

Continuer la lecture de « Luttes de territoire et représentations (CIST 2018) »