Les actions financées par le GIP Objectif Meuse (2000-2017) : données, script et cartes

Mon collègue Nicolas Lambert et moi-même sommes ravis de mettre en accès libre les données correspondants aux actions financées par le groupement d’intérêt public Objectif Meuse.

Les liens ci-dessous permettent de récupérer un fichier Excel contenant les données et les méta-données et une page html avec un script R et une série de cartes. Ces données en accès libre peuvent évidemment être réutilisées en dehors de toute utilisation commerciale à des fins pédagogiques, militantes et/ou de recherche.

Continuer la lecture de « Les actions financées par le GIP Objectif Meuse (2000-2017) : données, script et cartes »

Tentative d’épuisement d’un site militant : vmc.camp (2015-2018) – 2

Le billet précédent était basé sur une approche exploratoire qualitative, celui-ci au contraire attaque l’ensemble des billets publiés sur le site et s’intéresse aux mots clés utilisés et aux cooccurrences de mots clés. Comme d’habitude, le script R utilisé pour produire les résultats présentés ici est librement téléchargeable (encodage utf-8) – je m’excuse auprès de mes collègues expert.e.s en R, mon code est sans aucun doute perfectible.

Continuer la lecture de « Tentative d’épuisement d’un site militant : vmc.camp (2015-2018) – 2 »

Tentative d’épuisement d’un site militant : vmc.camp (2015-2018) – 1

vmc.camp était l’un des sites permettant de suivre la lutte en cours contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires. Le premier billet publié sur le site l’a été le 17 mars 2015, le dernier billet le 12 novembre 2018. Sa création était lié à l’organisation d’un camp anti-autoritaire à Bure en août 2015 (d’où le camp), vmc étant l’acronyme de Vladimir, Martine & Co, clin d’œil à Vladimir Martynenko dont le chasse-neige avait percuté le 20 octobre 2014 l’avion dans lequel se trouvait le pdg de Total*, causant la mort de ce dernier. L’arrêt du site est lié aux poursuites judiciaires en cours pour “association de malfaiteurs” (cf les billets tagués Antirépression ou Légal sur vmc.camp et la rubrique Répression sur le site https://bureburebure.info/ qui a pris le relais de vmc).

Continuer la lecture de « Tentative d’épuisement d’un site militant : vmc.camp (2015-2018) – 1 »

Sur le carnet post-terrain (Bure, 2017)

Histoire d’un texte : deux collègues diffusent au printemps 2018 un appel sur le thème Géographie des mobilisations. Je leur envoie le mail suivant : ” [..]. Je me demandais si la revue pouvait éventuellement accueillir des “carnets post-terrain” et un texte expliquant à la fois pourquoi je ne tiens (tenais…) pas de carnet de terrain dans le bois occupé à Bure et les contraintes et limites des carnets post-terrain. Continuer la lecture de « Sur le carnet post-terrain (Bure, 2017) »

Ce que finance le GIP Meuse depuis 2000

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Objectif-Meuse a “vocation à soutenir, dans les limites du département de la Meuse, des actions de développement du tissu industriel et économique, d’aménagement du territoire, de formation, de développement des connaissances scientifiques et technologiques, et des actions en lien avec la transition énergétique. Les actions conduites le sont notamment dans les domaines utiles au laboratoire souterrain de l’ANDRA ou au projet CIGEO.” (page d’accueil du site http://www.objectifmeuse.org/ visité le 11/09/2018). Financé par l’industrie du nucléaire, le GIP distribue pas moins de 30 millions d’euros par an en Meuse.

Continuer la lecture de « Ce que finance le GIP Meuse depuis 2000 »

Les Nuits debout en Île-de-France (printemps-été 2016) – script et données

Update du 4 octobre : l’article est désormais en ligne.

Un article écrit par nos soins, concernant les Nuit debout en Île-de-France, est censé paraître d’ici quelques semaines dans l’excellente revue en ligne Métropolitiques. Le fichier .zip téléchargeable ici (2.6 Mo) permet de reproduire l’ensemble des traitements statistiques et cartographiques de cet article. Il comprend les fichiers suivants :

  • NL_LB_aout2018.R : script R permettent de répliquer les traitements – et d’en tester d’autres évidemment ;
  • carteAnim.gif : carte animée recensant semaine après semaine les lieux de rassemblements Nuit debout en Île-de-France d’avril à juillet 2016 (cf ci-dessous).

Continuer la lecture de « Les Nuits debout en Île-de-France (printemps-été 2016) – script et données »

Le “laboratoire” de l’Andra à Bure : courte chronologie d’une longue lutte

La chronologie proposée ici ne prend pas en compte les aspects juridiques (recours des opposant.e.s) et judiciaires (procès contre les opposant.e.s). Elle est volontairement sélective pour les dernières années, d’autres sources (vmc.camp notamment) permettant de suivre le détail des actions en cours depuis 2015. Les liens ont été visités en août 2018. Si vous repérez des oublis importants, n’hésitez pas à laisser des commentaires. Si vous ne souhaitez pas que ces commentaires soient publiés, il suffit de me l’indiquer.

1979
7 novembre : création de l’Andra (Agence nationale des déchets radioactifs), filiale du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).
Continuer la lecture de « Le “laboratoire” de l’Andra à Bure : courte chronologie d’une longue lutte »

Chère ANDRA, accepteras-tu un jour de me répondre ?

Mise à jour du 11 décembre 2018 : j’ai eu hier l’excellente surprise de recevoir par mail un gros dossier avec une bonne partie (pas tout, il manque des choses) des documents demandés : A propos n° 1 à 8 plus un numéro spécial (janvier 1997), Passerelles 2 et 5, et des numéros de Plein jour. Merci donc à l’expéditeur, “La Direction de la Communication et du Dialogue”.

L’ANDRA (Agence nationale des déchets radioactifs) a multiplié au cours de son existence les supports de communication : lettres d’informations internes (LaboExpress début des années 2000), lettres d’informations grand public (Plein jour, La vie du labo, Le journal de l’ANDRA), lettres à destination des acteurs économiques (Passerelle, début des années 2000). Toutes ces brochures sont de qualité professionnelle (papier glacé, nombreuses illustrations en couleurs, maquette aérée, etc.) et, pour les brochures grand public, très largement distribuées (Le Journal de l’ANDRA, édition Meuse/Haute-Marne, est ainsi tiré à plus de 190 000 exemplaires).

Continuer la lecture de « Chère ANDRA, accepteras-tu un jour de me répondre ? »

Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016

La sélection qui suit ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle ne reflète que mes pérégrinations en librairie et sur le web.

Après le Comité invisible (Maintenant, La Fabrique, 2017) et, de façon plus cursive, le collectif Mauvaise troupe (Saisons. Nouvelles de la zad, L’éclat, 2017), c’est au tour du collectif toulousain Bad Kids de livrer son analyse du printemps 2016 (Mais tout commence. Analyse du mouvement contre la loi travail. pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire, Acratie, 2017). Revendiquant une vision classiste du monde (prolétaires contre patrons), imprégné de marxisme mais soucieux de l’adapter à l’époque, aux enjeux et au lectorat contemporains, l’ouvrage est dense, agréablement rédigé et contient plusieurs analyses intéressantes. Continuer la lecture de « Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016 »

Cartographier l’action du GIP Haute-Marne, enjeux méthodologiques

Le groupement d’intérêt public (GIP) Haute-Marne est selon la page d’accueil de son site internet “un fonds d’aide à l’investissement dédié au développement économique et à l’aménagement du territoire en Haute-Marne. Son action s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement du laboratoire de recherche souterrain de l’ANDRA [Agence nationale des déchets radioactifs] sur la gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue […]” (http://www.gip-haute-marne.fr/index.html, consulté le 12 juin 2018). En activité depuis 2000, son rôle principal est de soutenir des projets, que ceux-ci soient présentés par des communes, des entreprises, des associations, etc. Le GIP distribue chaque année 30 millions d’euros, une partie aux communes proches du site de Bure-Saudron et fonction du nombre d’habitant.e.s, la majeure partie partie en sélectionnant parmi les projets déposés. Avec mon collègue cartographe Nicolas Lambert, nous cherchons à cartographier le phénomène – nous comptons faire de même avec le GIP Objectif-Meuse mais les documents disponibles étant différents, les choix à effectuer le seront aussi.

Continuer la lecture de « Cartographier l’action du GIP Haute-Marne, enjeux méthodologiques »

Imaginaires et pratiques zadistes à Bure (Meuse)

Ce texte a été utilisé comme support pour la présentation faite au colloque du CIST Représenter les territoires à Rouen en mars 2018. Il reprend et complète le texte soumis en septembre 2017 et
disponible en ligne. Remarques et commentaires bienvenus.

Si ce texte a été écrit et prononcé au féminin, les termes militantes, occupantes, etc. désignent l’ensemble des occupant.e.s quel que soit leur genre.

Version .pdf téléchargeable (16 p., 7 Mo)

Extrait de De tout bois, 5, 2016, p. 8

Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche

Les quelques notes qui suivent sont à la fois un aide-mémoire chronologique et une façon de montrer modestement comment un centre d’intérêt militant se construit peu à peu en objet de recherche. Il s’agit aussi de tenter d’expliciter mes rapports – compliqués et fluctuants – avec cet objet. Je ne travaille pas sur Bure et Cigéo, je vais régulièrement vivre et lutter à Bure et ces séjours nourrissent une recherche en cours.

Avril 2016 : rencontre avec Jean-Pierre Petit dans une Nuit debout de quartier à Paris. Commence à m’intéresser à ce que se passe à Bure. Alors que je suis originaire de la Meuse et que plusieurs personnes de ma famille ont manifesté contre le projet au début des années 2000, je ne me suis jamais intéressé auparavant à ce projet.

Continuer la lecture de « Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche »

Le mur de Bure : quand les opposant.e.s nomment l’adversaire

Dans un billet récent, je contestais plusieurs éléments de l’ouvrage de Jan Spurk consacré à Bure et notamment l’affirmation suivante à propos des habitant.e.s de la maison de résistance à la poubelle nucléaire : “ils se sentent méprisés par les forces anonymes de la gouvernance, appelées « l’Andra », « l’État » etc., qui ne les respectent pas en tant que citoyens.” Je critiquais à la fois l’emploi du terme citoyen et écrivais que la désignation des individus est très présente sur le site vmc.camp.

Il suffit de se promener dans le bois Lejuc le long du mur pour trouver maintes autres indices de cette personnalisation de la lutte. Les photographies ci-dessous ont été prises en janvier 2018 mais les inscriptions datent des premiers jours et mois d’occupation (cela se voit tant à l’usure de la peinture qu’à celle des morceaux de murs – et cela se vérifie sur le site vmc.camp). Ces tags sont visibles au bord du labyrinthe et le long du mur en direction du grand chêne, soit à moins de 10 minutes de l’entrée de la forêt par vigie sud (voir la carte ici).

Continuer la lecture de « Le mur de Bure : quand les opposant.e.s nomment l’adversaire »