PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2)

Dans un précédent billet, j’étudiais les liens entre les entrées du tout récent et très recommandable lexique franco-punk issu du projet PIND. On avait affaire, pour mobiliser les termes techniques de l’analyse de réseaux, à un graphe unimodal (tous les sommets sont de même type, les entrées du lexique) et orienté (un terme a peut renvoyer vers un terme b sans que l’inverse ne soit vrai). Ce deuxième et dernier billet s’intéresse aux liens entre auteur.e.s et entrées ; le graphe correspondant est de type biparti (liens entre deux types de sommets, des auteur.e.s et des entrées) et non orienté.

Continuer la lecture de « PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2) »

PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (1)

J’ai beaucoup d’admiration pour le projet PIND (Punk is not dead), ANR pilotée par Luc Robène et Solveig Serre, projet qui entre dans sa quatrième et dernière année. Je suis admiratif de l’énergie déployée par cette équipe pluridisciplinaire (histoire, sociologie, géographie, musicologie, etc.) pour organiser très régulièrement des journées d’études à Paris ou en région qui intègrent les acteurs (et parfois les actrices) des scènes punks locales – le site http://pind.univ-tours.fr/ permet de visionner toutes les captations de près de 30 journées déjà organisées.

Continuer la lecture de « PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (1) »

Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016

La sélection qui suit ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle ne reflète que mes pérégrinations en librairie et sur le web.

Après le Comité invisible (Maintenant, La Fabrique, 2017) et, de façon plus cursive, le collectif Mauvaise troupe (Saisons. Nouvelles de la zad, L’éclat, 2017), c’est au tour du collectif toulousain Bad Kids de livrer son analyse du printemps 2016 (Mais tout commence. Analyse du mouvement contre la loi travail. pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire, Acratie, 2017). Revendiquant une vision classiste du monde (prolétaires contre patrons), imprégné de marxisme mais soucieux de l’adapter à l’époque, aux enjeux et au lectorat contemporains, l’ouvrage est dense, agréablement rédigé et contient plusieurs analyses intéressantes. Continuer la lecture de « Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016 »