En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test

Viser large…

Depuis que j’ai la chance d’encadrer des étudiant.e.s – j’adore ça -, je donne systématiquement le même conseil concernant la bibliographie : viser large, ne restez pas cantonné.e à votre thématique, votre discipline et vos choix méthodologiques, variez les plaisirs. Si vous voulez travailler sur la diffusion spatiale du mouvement des Gilets jaunes (bon courage) avec un attirail quantitatif conséquent, lisez bien sûr le papier de Pierre Blavier et d’Etienne Walker mais lisez également Ceux qui restent de Benoît Coquard – certes, c’est de la sociologie très qualitative et les gilets jaunes y sont périphériques mais ça vous donnera des idées. Si vous traitez un gros volume de données relationnelles nativement numériques avec des données manquantes (bonjour Twitter), lisez donc les articles d’Isabelle Rosé concernant la reine Emma (vers 890-934) ou Le pouvoir au village de Giovanni Levi – dans les deux cas, gros volume de données relationnelles et plein de données manquantes. Et je pourrais multiplier les exemples. L’objectif n’est évidemment pas de tout lire mais d’être surpris.e par des approches, des méthodes, des tentatives pour produire de la connaissance auxquelles on n’aurait jamais pensé si on était resté dans son pré carré disciplinaire et thématique.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test »

En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020)

Lire, lire, lire

Je fonctionne toujours de la même façon : lorsque je commence à travailler sur un sujet, je lis. Beaucoup, longtemps, tout ce qui me tombe sous la main et qui a un rapport plus ou moins lointain avec le sujet en question. Ayant décide de me lancer dans l’HDR, j’ai commencé par lire… des HDR. Des HDR de membres présents ou passés de mon labo et de ma discipline (par ordre alphabétique Arnaud Banos, Myriam Baron, Clarisse Didelon-Loiseau, César Ducruet, Renaud Le Goix, Frédéric Santamaria, Camille Schmoll, Julie Vallée, Christine Zanin), que leurs objets de recherche soient proches ou non des miens. Des HDR de complices scientifiques de plus ou moins longue date, géographe (Yann Richard) ou non (Christophe Prieur, Marta Severo). Des HDR de géographes trouvées sur HAL (Virginie Baby-Collin, Francine Barthe-Deloizy, Corinne Luxembourg, Samuel Rufat, Eric Verdeil) et celle d’un archéologue trouvée également sur HAL (Pierre Garmy). Merci aux personnes ayant mis leur HDR en ligne, merci aux personnes qui ne l’ont pas encore fait (qu’attendez-vous ?) mais ont accepté de me transmettre leur manuscrit.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020) »

PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2)

Dans un précédent billet, j’étudiais les liens entre les entrées du tout récent et très recommandable lexique franco-punk issu du projet PIND. On avait affaire, pour mobiliser les termes techniques de l’analyse de réseaux, à un graphe unimodal (tous les sommets sont de même type, les entrées du lexique) et orienté (un terme a peut renvoyer vers un terme b sans que l’inverse ne soit vrai). Ce deuxième et dernier billet s’intéresse aux liens entre auteur.e.s et entrées ; le graphe correspondant est de type biparti (liens entre deux types de sommets, des auteur.e.s et des entrées) et non orienté.

Continuer la lecture de « PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2) »

PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (1)

J’ai beaucoup d’admiration pour le projet PIND (Punk is not dead), ANR pilotée par Luc Robène et Solveig Serre, projet qui entre dans sa quatrième et dernière année. Je suis admiratif de l’énergie déployée par cette équipe pluridisciplinaire (histoire, sociologie, géographie, musicologie, etc.) pour organiser très régulièrement des journées d’études à Paris ou en région qui intègrent les acteurs (et parfois les actrices) des scènes punks locales – le site http://pind.univ-tours.fr/ permet de visionner toutes les captations de près de 30 journées déjà organisées.

Continuer la lecture de « PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (1) »

Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016

La sélection qui suit ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle ne reflète que mes pérégrinations en librairie et sur le web.

Après le Comité invisible (Maintenant, La Fabrique, 2017) et, de façon plus cursive, le collectif Mauvaise troupe (Saisons. Nouvelles de la zad, L’éclat, 2017), c’est au tour du collectif toulousain Bad Kids de livrer son analyse du printemps 2016 (Mais tout commence. Analyse du mouvement contre la loi travail. pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire, Acratie, 2017). Revendiquant une vision classiste du monde (prolétaires contre patrons), imprégné de marxisme mais soucieux de l’adapter à l’époque, aux enjeux et au lectorat contemporains, l’ouvrage est dense, agréablement rédigé et contient plusieurs analyses intéressantes. Continuer la lecture de « Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016 »