Archives de l’auteur : Laurent Beauguitte

Imaginaires et pratiques zadistes à Bure (Meuse)

Ce texte a été utilisé comme support pour la présentation faite au colloque du CIST Représenter les territoires à Rouen en mars 2018. Il reprend et complète le texte soumis en septembre 2017 et
disponible en ligne. Remarques et commentaires bienvenus.

Si ce texte a été écrit et prononcé au féminin, les termes militantes, occupantes, etc. désignent l’ensemble des occupant.e.s quel que soit leur genre.

Version .pdf téléchargeable (16 p., 7 Mo)

Extrait de De tout bois, 5, 2016, p. 8

Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête

Le texte ci-dessous est un projet d’article proposé début 2018 à la revue Terrains/Théories, projet qui n’a pas été retenu par les personnes en charge du numéro « Des terrains sans sympathie ». Il est fort probable que je reprenne ce projet un jour tant il me semble important d’adopter la même posture de recherche et la même attitude compréhensive lorsque je suis au milieu de mes ami.e.s politiques à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure et lorsque j’échange avec ceux que je considère à titre personnel comme mes ennemis (artistes d’extrême-droite). J’ai rajouté entre crochets quelques éclaircissements destinés à faciliter la compréhension du texte.

Continuer la lecture

Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche

Les quelques notes qui suivent sont à la fois un aide-mémoire chronologique et une façon de montrer modestement comment un centre d’intérêt militant se construit peu à peu en objet de recherche. Il s’agit aussi de tenter d’expliciter mes rapports – compliqués et fluctuants – avec cet objet. Je ne travaille pas sur Bure et Cigéo, je vais régulièrement vivre et lutter à Bure et ces séjours nourrissent une recherche en cours.

Avril 2016 : rencontre avec Jean-Pierre Petit dans une Nuit debout de quartier à Paris. Commence à m’intéresser à ce que se passe à Bure. Alors que je suis originaire de la Meuse et que plusieurs personnes de ma famille ont manifesté contre le projet au début des années 2000, je ne me suis jamais intéressé auparavant à ce projet.

Continuer la lecture

Les données sont des construits : l’exemple des thèmes sur Metal-archives

Avec mon collègue Hugues Pecout, nous nous intéressons aux données disponibles sur le site https://www.metal-archives.com/ et nous travaillons en ce moment deux aspects : les thèmes des paroles (Lyrical themes) et la diffusion géographique de certaines branches du metal. Ce billet s’intéresse aux Lyrical themes et essaye d’expliciter comment, à partir d’une extraction automatique, les termes sont plus ou moins modifiés et comment, à chaque étape, des choix méthodologiques doivent être faits, choix qui pèseront bien entendu sur les résultats que nous obtiendrons ensuite. Il s’agit donc de montrer comment on construit, à partir d’un matériau brut (ici des données numériques mais ce pourrait être des données qualitatives et la démarche serait similaire), des données exploitables pour nos questions de recherche.

Continuer la lecture

Le mur de Bure : quand les opposant.e.s nomment l’adversaire

Dans un billet récent, je contestais plusieurs éléments de l’ouvrage de Jan Spurk consacré à Bure et notamment l’affirmation suivante à propos des habitant.e.s de la maison de résistance à la poubelle nucléaire : « ils se sentent méprisés par les forces anonymes de la gouvernance, appelées « l’Andra », « l’État » etc., qui ne les respectent pas en tant que citoyens. » Je critiquais à la fois l’emploi du terme citoyen et écrivais que la désignation des individus est très présente sur le site vmc.camp.

Il suffit de se promener dans le bois Lejuc le long du mur pour trouver maintes autres indices de cette personnalisation de la lutte. Les photographies ci-dessous ont été prises en janvier 2018 mais les inscriptions datent des premiers jours et mois d’occupation (cela se voit tant à l’usure de la peinture qu’à celle des morceaux de murs – et cela se vérifie sur le site vmc.camp). Ces tags sont visibles au bord du labyrinthe et le long du mur en direction du grand chêne, soit à moins de 10 minutes de l’entrée de la forêt par vigie sud (voir la carte ici).

Continuer la lecture

Bure, le nouveau Notre-Dame-des-Landes ? La construction médiatique d’un fantasme (1)

J’ai quitté Paris pour Bure le 17 janvier 2018, jour de l’annonce, pas totalement surprenante, de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Cela m’a permis d’observer en direct la construction d’un fantasme médiatique : Bure sera-t-il le nouveau NDDL ? Le nombre de journalistes présent.e.s à Bure et aux alentours est certes resté inférieur au nombre de gendarmes mais il ne s’est pas passé une journée sans apprendre la présence d’une équipe de télé, de l’AFP, de journalistes de presse écrite, etc.

En temps normal, la présence de journalistes est négociée avec les habitant.e.s de la maison de résistance et les occupant.e.s de la forêt. Le suivisme des médias a perturbé ce fonctionnement, au point qu’un billet a été mis en ligne le 18 janvier 2018, billet précisant en rouge « Nos lieux de lutte sont aussi nos lieux de vie. C’est pourquoi, sans contact préalable, nous ne recevrons pas des équipes qui se présenteraient spontanément à la Maison de Résistance ou au Bois Lejuc. ». Autre réaction, l’affichage sur la porte de la grange d’un message hostile aux journalistes.

Continuer la lecture

Bure : sur 4 ouvrages récents

La lutte menée à Bure contre le projet Cigéo de l’Andra (enfouissement des déchets nucléaires de longue durée) est ancienne mais semble faire depuis 2016 et l’occupation du bois Lejuc l’objet d’une attention médiatique croissante. La parution de trois ouvrages consacrés à cette lutte en 2017 est à ce titre un indicateur intéressant. J’y ajoute l’ouvrage Être forêts qui, s’il n’est pas exclusivement consacré à Bure, y consacre cependant quelques belles pages.

Continuer la lecture

Nuit debout : un roman, un essai

Ce qui a été publié à ce jour sur Nuit debout est d’un intérêt très variable, la nécessité de publier vite favorisant la routine intellectuelle, que les publications soient issues du milieu médiatique, militant ou académique. Ce court billet s’intéresse à deux ouvrages très différents parus en 2017 : un roman noir et un essai.

Que le roman noir soit le premier à saisir des éléments d’actualité n’est pas exactement une nouveauté, le genre se prête bien au commentaire critique des événements plus ou moins récents. J’ai emprunté par hasard à la bibliothèque municipale la plus proche de mon domicile le dernier roman de Sébastien Gendron, Révolution, paru en janvier 2017 chez Albin Michel. Je ne connaissais pas cet auteur, j’étais dans une période romans noirs, le titre me plaisait. Et j’ai eu le plaisir de lire ce dialogue entre les deux personnages principaux (pages 134 à 136) :

Continuer la lecture

Le monde merveilleux de la recherche sur projet

Quand on discute avec un chercheur ou une chercheuse, on les entend parfois dire qu’elle ou il monte un projet, prépare un projet, attend la réponse pour un projet, a raté un projet. Mais si l’on n’est pas du milieu, il est difficile de comprendre au juste de quoi il s’agit. Réponse aussi pédagogique que possible ci-dessous. Attention, ce billet ne prétend pas ni à l’objectivité, ni à l’exhaustivité. Il s’agit d’un point de vue personnel et critique, situé dans le temps d’une carrière académique donnée. Il ne s’agit pourtant pas d’une caricature. Si aucun exemple précis n’est donné, c’est pour ne pas sembler agresser les personnes ayant la malchance de travailler, du mieux qu’elles peuvent et dans des conditions de plus en plus difficiles, dans les organismes chargés de financer « l’excellence scientifique ».

Continuer la lecture

Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC

Que fait un chercheur ou une chercheuse la plupart du temps – je ne parle pas du temps passer à remplir de la paperasse pour monter un projet, organiser un terrain, se faire rembourser ses frais ou justifier auprès de sa hiérarchie son activité -, ille se pose des questions et cherche des moyens d’y répondre de façon pas trop idiote ni trop coûteuse (en temps, en recherche bibliographique, en énergie, etc.). Et surtout, ille teste. L’aboutissement de tous ces test sera un ou plusieurs articles dans une revue à comité de lecture (en anglais de préférence, c’est plus rentable dans le monde académique) et des produits dérivés (chapitre(s) de livre, contributions à des projets collectifs, communications à des colloques). L’article sera le plus souvent très allusif sur la méthodologie et, surtout, ne dira rien des multiples essais et erreurs nécessaires pour parvenir aux jolis résultats présentés. C’est dommage mais c’est comme ça : on publie pour montrer ce qui marche, tant pis si ça ne représente que 10%, en étant optimiste, des tests réalisés. Et c’est dommage aussi parce que montrer ce qui ne marche pas pourrait permettre à d’autres d’éviter de perdre du temps à tester la même chose, voire de trouver des moyens pour que ces essais infructueux soient améliorés et permettent de produire de la connaissance.

Continuer la lecture

RAC anglais, splits et analyse de réseau

Le RAC (Rock against Communism) apparaît au Royaume-Uni au début des années 80 et, grâce aux talents d’organisateur de Ian Stuart Donaldson (chanteur de Skrewdriver) et au soutien financier du National Front, se diffuse rapidement au niveau européen. Cette scène est bien documentée et l’analyse de réseaux n’a pas pour but ici de trouver de nouveaux groupes comme c’était le cas avec le NSBM (voir ce billet). Il s’agit plutôt de s’intéresser aux liens entre groupes anglais et étrangers en étudiant les collaborations discographiques (splits).

Continuer la lecture

Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Continuer la lecture

Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes

Ce texte reprend des éléments présentés à la journée d’études Musiques, espaces et militantisme (vol. 1) organisée avec ma collègue Marta Severo la semaine dernière. Un grand merci aux participant.e.s pour leurs commentaires et questions. Les remarques sont bienvenues – si vous ne souhaitez pas que votre commentaire soit publié, il suffit de me l’indiquer.

Le rap est généralement considéré comme une musique issue des quartiers noirs nord-américains, juxtaposer rap et extrême-droite peut donc sembler surprenant. Pourtant, une scène rap nationaliste et identitaire est en plein développement en France. Que la musique populaire soit utilisée pour véhiculer un message politique n’est pas une nouveauté et vu les résultats électoraux des 30 dernières années, il n’est pas étonnant que cette scène prospère. Ce texte en présente la courte histoire, les liens entre musique et militantisme et les contraintes qui pèsent sur cette scène.

1. Petit historique du rap d’extrême-droite en France

Continuer la lecture

Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout

Présentation faite au colloque Ethnographies et engagements à Rouen le 9 novembre 2017. Il s’agit ici du texte remanié pour être lu et non de la version écrite soumise aux organisateurs et organisatrices du colloque.

En tant que géographe ayant de 2010 à 2016 été un amateur assidu des méthodes quantitatives, ma présence ici, dans un colloque consacré à Ethnographies et engagements, n’était guère prévisible il y a 18 mois. Je tiens donc tout d’abord à vous remercier pour votre ouverture d’esprit, et j’espère que vous pardonnerez les nombreux défauts de cette présentation. Étant formé dans une discipline donnée (la géographie humaine), dans un paradigme donné (la géographie dite théorique et quantitative), je ne maîtrise ni les codes, ni les références, ni les habitus disciplinaires qui sont les vôtres. J’espère néanmoins que certaines et certains d’entre vous trouverons un intérêt à cette présentation.

Continuer la lecture

Musiques, espaces et militantismes (vol. 1) – 16 novembre 2017, Paris

Journée organisée dans le cadre de l’axe “Médias et territoires” du CIST par Marta Severo et Laurent Beauguitte

16 novembre 2017, 10h -17h, Paris 7, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 720

L’objectif de cette journée d’études est de confronter les approches – méthodologiques, conceptuelles et disciplinaires – de chercheurs et chercheuses travaillant sur des scènes musicales et ayant un intérêt pour l’aspect militant (au sens large) et/ou l’aspect territorial. Si l’aspect militant a souvent été abordé (de la protest-song des années 60 au Rock against communism des années 80, sans oublier les grands shows humanitaires pour le Bangladesh, l’Ethiopie, etc.), l’aspect spatial est souvent évoqué de manière plus marginale. Or, toute production musicale suppose des lieux de production, des réseaux de diffusion et mobilise des référentiels territoriaux parfois très prégnants (voir le rôle du quartier dans le rap par exemple).

Continuer la lecture