En route vers l’HDR ? S01E07 – Dépression & domination

Si je n’avais pas une poignée d’étudiant.es qui soutiennent leurs mémoires dans une semaine, si je n’étais pas co-organisateur d’un colloque en ligne qui a lieu de mercredi à vendredi et où je suis censé animer je ne sais combien de sessions mortifères en ligne, si je n’avais pas une réunion pédagogique la semaine prochaine et je ne sais combien d’autres trucs encore, bref, si je pouvais en ce moment faire passer ma santé mentale avant mon travail, je ne serai pas devant un écran à taper ces bêtises, je serai dans mon verger en Meuse à tailler des ronces et des aubépines. Il y a des périodes où on sait à peu près ce qu’on fait, où le travail avance bien, et parfois même, on en est un peu satisfait ; il y a des périodes où ça va moins bien. Ce qui suit est écrit dans une période où ça va moyen moins (euphémisme). Il est donc tout à fait possible que j’exagère. Que je sois hyper-sensible ces temps-ci et que je vois le mal partout. Peut-être. Je n’en suis pas certain. Une collègue ingénieure – que je ne citerai pas pour ne pas risquer de lui nuire mais qui se reconnaîtra aisément – avec qui j’en parlais récemment avait elle aussi tout un tas d’anecdotes sur le sujet. Donc ce billet ne parle pas d’HDR mais de ce qui me heurte ces temps-ci dans le monde de l’ESR.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR ? S01E07 – Dépression & domination »

En route vers l’HDR S01EO6 – traduire

J’ai dans un précédent billet de cette série évoqué mes pratiques bibliographiques. Lire, lire beaucoup, lire en aval (pourquoi citer ce texte, cet autrice, cette revue ?), lire en amont (qui cite ce texte, qu’est-ce qui est retenu, qu’est-ce qui est mis de côté ou oublié ?) et faire grossir semaine après semaine le dossier bibliographie et le nombre de fiches Zotero (logiciel de gestion bibliographique). C’est évidemment une tâche à peu près impossible : tout lire, même sur un sujet aussi restreint que les débuts de l’analyse de réseau et de la théorie des graphes, supposerait de ne faire que ça durant des années. Cela supposerait également des déplacements – difficiles à programmer en ces temps de restriction durable des libertés individuelles, et par ailleurs d’un coût élevé – incessants pour avoir accès à telle ou telle ressource rare.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR S01EO6 – traduire »

En route vers l’HDR S1E05 – Tourisme académique 1

En temps normal – i.e. lorsque l’on est libre de se déplacer et de se rencontrer – les colloques sont des moments très plaisants de la vie académique. On présente ses travaux, on voit ce que font les collègues et surtout, on retrouve des amies, on rencontre de nouvelles personnes et c’est très agréable. En temps d’autoritarisme sanitaire, chacun chacune est plantée devant sa webcam et c’est d’un ennui sans nom. Bref. Ce billet totalement égocentré s’intéresse aux colloques que j’ai fréquenté entre 2009 et 2019. Il s’agit d’objectiver des éléments de mon parcours tout en proposant des pistes d’interprétation. Ce billet ne prétend nullement épuiser le sujet mais vise à transformer une liste quelque peu rébarbative en figures que j’espère parlantes.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR S1E05 – Tourisme académique 1 »

En route vers l’HDR, épisode 4 (déc 2020) – en boucles et en tandems

L’analyse de réseaux et moi, ça dure depuis un petit moment. Alors que je zappe allégrement d’un thème à l’autre – l’Assemblée générale de l’ONU, la géographie électorale, le Conseil des droits de l’homme, l’actualité internationale, Bure, Nuit debout, les scènes musicales d’extrême-droite, la musique metal, plus toutes les incartades fugitives liées aux projets et aux amitiés scientifiques – je fréquente depuis 10 ans les territoires pluri-disciplinaires de l’analyse de réseaux. Je l’utilise somme toute assez peu dans mes travaux, hormis parfois à des fins d’illustration, mais je l’enseigne souvent, j’y lis beaucoup, et j’ai eu la chance d’organiser un certain nombre d’événements scientifiques sur le sujet avec des personnes qui me sont devenues très chères. Au programme de l’épisode 4 : boucles temporelles et duos scientifiques et amicaux, 2010-2020.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 4 (déc 2020) – en boucles et en tandems »

En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test

Viser large…

Depuis que j’ai la chance d’encadrer des étudiant.e.s – j’adore ça -, je donne systématiquement le même conseil concernant la bibliographie : viser large, ne restez pas cantonné.e à votre thématique, votre discipline et vos choix méthodologiques, variez les plaisirs. Si vous voulez travailler sur la diffusion spatiale du mouvement des Gilets jaunes (bon courage) avec un attirail quantitatif conséquent, lisez bien sûr le papier de Pierre Blavier et d’Etienne Walker mais lisez également Ceux qui restent de Benoît Coquard – certes, c’est de la sociologie très qualitative et les gilets jaunes y sont périphériques mais ça vous donnera des idées. Si vous traitez un gros volume de données relationnelles nativement numériques avec des données manquantes (bonjour Twitter), lisez donc les articles d’Isabelle Rosé concernant la reine Emma (vers 890-934) ou Le pouvoir au village de Giovanni Levi – dans les deux cas, gros volume de données relationnelles et plein de données manquantes. Et je pourrais multiplier les exemples. L’objectif n’est évidemment pas de tout lire mais d’être surpris.e par des approches, des méthodes, des tentatives pour produire de la connaissance auxquelles on n’aurait jamais pensé si on était resté dans son pré carré disciplinaire et thématique.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test »

GDR3771 – Fin de partie

Il aurait été logique de publier le billet ci-dessous sur le carnet du GDR. Le carnet du GDR étant celui d’un collectif, il m’a paru plus opportun de le faire ici : les propos qui suivent n’engagent que moi. La pertinence de leur mise en ligne n’est sans doute pas totalement évidente…

Ceci n’est pas le  bilan du GDR3771 Analyse de réseaux en SHS, le bilan chiffré, mis en tableaux et en images, où l’on raconte à longueur de pages qu’on n’a pas tout réussi mais que quand même, on a fait du bon boulot dans l’ensemble – ce dont je suis par ailleurs persuadé. Non, ici il s’agit plus modestement de donner quelques éléments qui je l’espère pourront être utiles aux personnes qui se lanceront dans l’aventure GDR prochainement.

Continuer la lecture de « GDR3771 – Fin de partie »

En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020)

Lire, lire, lire

Je fonctionne toujours de la même façon : lorsque je commence à travailler sur un sujet, je lis. Beaucoup, longtemps, tout ce qui me tombe sous la main et qui a un rapport plus ou moins lointain avec le sujet en question. Ayant décide de me lancer dans l’HDR, j’ai commencé par lire… des HDR. Des HDR de membres présents ou passés de mon labo et de ma discipline (par ordre alphabétique Arnaud Banos, Myriam Baron, Clarisse Didelon-Loiseau, César Ducruet, Renaud Le Goix, Frédéric Santamaria, Camille Schmoll, Julie Vallée, Christine Zanin), que leurs objets de recherche soient proches ou non des miens. Des HDR de complices scientifiques de plus ou moins longue date, géographe (Yann Richard) ou non (Christophe Prieur, Marta Severo). Des HDR de géographes trouvées sur HAL (Virginie Baby-Collin, Francine Barthe-Deloizy, Corinne Luxembourg, Samuel Rufat, Eric Verdeil) et celle d’un archéologue trouvée également sur HAL (Pierre Garmy). Merci aux personnes ayant mis leur HDR en ligne, merci aux personnes qui ne l’ont pas encore fait (qu’attendez-vous ?) mais ont accepté de me transmettre leur manuscrit.

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020) »

En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020

C’est quoi une HDR ?

HDR signifie Habilitation à diriger des recherches. Dans le système académique français, il est nécessaire d’avoir son HDR pour concourir pour un poste de directeur.trice de recherche (DR) ou de professeur.e d’université (PU)*. Cela permet également de diriger des thèses – ceci explique que certaines personnes maîtres de conférence (MCF) précisent sur leur cv MCF – HDR. Cela signifie en clair, « je n’ai pas encore décroché de poste de prof (il y en a peu) mais je peux encadrer votre thèse. »

Continuer la lecture de « En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020 »

Chère collègue, cher collègue, la réponse est non

Chère collègue, cher collègue, tu – on se tutoie ? je tutoie facilement. J’étais aide-soignant dans une vie antérieure (1994-2001) et j’y ai pris l’habitude de tutoyer les collègues. Oui, et je n’étais pas un héros, juste un type avec un boulot crevant et mal payé. Bref. Tu me connais ou tu connais mon parcours ou tu m’as googlé et tu as vu que j’avais bossé sur (rayer la mention inutile) l’ONU, Nuit debout, les zad, les élections, les médias, la musique en ligne et que j’avais quelques notions en (rayer les mentions inutiles) statistiques, analyse lexicale, analyse de réseau. Et comme tu as un projet sur les effets du confinement, tu me contactes pour savoir si ça m’intéressait d’y participer. La réponse est non.

Continuer la lecture de « Chère collègue, cher collègue, la réponse est non »

Inventaire estival 2019

L'auteur de ces lignes à Noter-Dame-des-Landes le 18 février 2018

Ce qui suit est la liste des billets entamés et non achevés à ce jour ; certains ne le seront jamais (je précise lesquels). Il est possible que je parvienne à en finaliser certains. Plus d’idées que de temps, et plus de velléité que de motivation souvent. La date entre parenthèses est celle que la dernière modification – qui est parfois celle de la création du brouillon. Pourquoi ce billet ? Histoire de montrer que la recherche en général, et le blogging scientifique en particulier (dans mon cas, je ne généralise pas), c’est bien souvent plus de projets abandonnés que de projets finalisés.

Continuer la lecture de « Inventaire estival 2019 »

Recherche & engagement, retour sur un échec relatif

Ce texte étant écrit au bout d’un mois et quelques de confinement policier et alors que mon rythme de travail est devenu « remettre à la semaine prochaine ce que je pensais faire la semaine dernière », il est fort possible qu’il soit d’un intérêt très limité. Surtout qu’en gros malin, ravi après cinq ans au CNRS d’avoir enfin un bureau digne de ce nom (non, ce n’est pas une plaisanterie), j’y ai emmené tous mes bouquins, mes carnets, mes notes, ma doc, et que je n’ai plus rien à la maison. Bref. Retour un brin désenchanté sur deux essais de recherche militante à Nuit Debout (2016-2017) et à Bure (2017-2018).

Continuer la lecture de « Recherche & engagement, retour sur un échec relatif »

Désolé, votre lutte n’est pas la mienne

« Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. » Virginie Despentes, 1 mars 2020, Libération.

Les luttes sociales, a priori, j’aime bien. Je suis venu à Paris en 1993 pour militer à Act-Up Paris. J’ai détruit mon couple et mes études en décembre 1995 car j’étais persuadé que le pouvoir pouvait tomber – un projet de réforme a été retiré, le pouvoir s’est maintenu. Il y eut ensuite une très longue pause. Je suis retourné dans la rue pour la COP21 à République et j’ai découvert un peu étonné que nous vivions dans un état policier, au sens strict. Il y eut le mouvement contre la loi travail, ses Nuits debout et son cortège de tête. On a perdu. Il y eut NDDL et Bure.

Continuer la lecture de « Désolé, votre lutte n’est pas la mienne »

Les « artistes similaires » sur Deezer : le cas du black metal

Dans la lignée du précédent billet consacré au punk français sur Deezer et à la rubrique « Artistes similaires », nouveau test avec un genre musical autre, le black metal. Tout comme le punk, ce style n’apparaît dans la liste détaillée des 203 sous-genres utilisés par Deezer pour taguer les albums : on trouve « metal », « metal finlandais » et « hard rock » ; pas de black, de thrash, de death, de hardcore et que sais-je encore. Pourquoi dans ce cas choisir ce genre musical ? Tout simplement parce que je suis à peu près capable d’évaluer la qualité des suggestions pour des genres que je connais un peu moins mal que les autres, et j’écoute essentiellement des musiques bruyantes…

Continuer la lecture de « Les « artistes similaires » sur Deezer : le cas du black metal »

Les « artistes similaires » sur Deezer : l’exemple du punk français

J’ai la chance, grâce à mon collègue Thomas Louail, d’être membre d’un projet de recherche portant sur les pratiques d’écoute musicale en partenariat avec Deezer. Comme je n’utilisais pas cette plateforme jusqu’à la semaine dernière, je ne sais pas trop comment ça marche. Donc plutôt que d’attaquer de gros volumes de données sans trop savoir ce qu’ils signifient, j’explore lentement et manuellement certains aspects de la plateforme. Objet de ce billet : explorer la rubrique « Artistes similaires » accessibles sur la plupart des pages des artistes comme le montre la capture d’écran ci-dessous.

Continuer la lecture de « Les « artistes similaires » sur Deezer : l’exemple du punk français »

PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2)

Dans un précédent billet, j’étudiais les liens entre les entrées du tout récent et très recommandable lexique franco-punk issu du projet PIND. On avait affaire, pour mobiliser les termes techniques de l’analyse de réseaux, à un graphe unimodal (tous les sommets sont de même type, les entrées du lexique) et orienté (un terme a peut renvoyer vers un terme b sans que l’inverse ne soit vrai). Ce deuxième et dernier billet s’intéresse aux liens entre auteur.e.s et entrées ; le graphe correspondant est de type biparti (liens entre deux types de sommets, des auteur.e.s et des entrées) et non orienté.

Continuer la lecture de « PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2) »