Le “laboratoire” de l’Andra à Bure : courte chronologie d’une longue lutte

La chronologie proposée ici ne prend pas en compte les aspects juridiques (recours des opposant.e.s) et judiciaires (procès contre les opposant.e.s). Elle est volontairement sélective pour les dernières années, d’autres sources (vmc.camp notamment) permettant de suivre le détail des actions en cours depuis 2015. Les liens ont été visités en août 2018. Si vous repérez des oublis importants, n’hésitez pas à laisser des commentaires. Si vous ne souhaitez pas que ces commentaires soient publiés, il suffit de me l’indiquer.

1979
7 novembre : création de l’Andra (Agence nationale des déchets radioactifs), filiale du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

1987
L’Andra, mandatée par le gouvernement, étudie la possibilité d’implanter un centre d’enfouissement dans 4 départements correspondant à quatre couches géologiques : argile (Aisne), sel (Ain), schiste (Maine-et-Loire) et granite (Deux-Sèvres). L’Andra se heurte à une forte opposition dans les quatre départements.

1990
9 février : le gouvernement Rocard décide d’un moratoire d’une année sur les projets d’enfouissement et l’évacuation des 4 sites.

1991
30 décembre: loi relative aux recherches sur la gestion des déchets radioactifs, dite loi Bataille. L’Andra devient un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) “placé sous la tutelle des ministres de l’industrie, de la recherche et de l’environnement” (à l’époque, respectivement Dominique Strauss-Kahn, Hubert Curien et Brice Lalonde) et notamment chargé de “la réalisation et l’exploitation de laboratoires souterrains destinés à l’étude des formations géologiques profondes” (article 13). Création de la Commission nationale d’évaluation (CNE).

1992
Ouverture du site de Soulaines (Aube) pour les déchets nucléaires de faible et moyenne activité à vie courte. L’Andra lance un appel à candidature pour accueillir des “laboratoires de recherche géologique”.

1993
29 octobre : vote favorable du Conseil Général de la Haute-Marne pour la candidature du département à l’implantation du laboratoire avec l’exigence du respect de la loi du 30/12/91 et le rappel que cet engagement ne vaut pas pour le principe d’un éventuel stockage.
26 novembre : vote favorable unanime du Conseil Général de la Meuse pour la candidature du département à l’implantation du laboratoire avec l’exigence du respect de la loi du 30/12/91 et le rappel que cet engagement ne vaut pas pour le principe d’un éventuel stockage.
20 décembre : rapport Bataille proposant quatre départements pour “entreprendre les travaux préliminaires d’investigation géologique : Gard (canton de Bagnols-sur-Cèze), Haute-Marne (cantons de Chevillon, Poissons, Joinville, Doulaincourt-Saucourt et Saint-Blin-Semilly), Meuse (pour la plus grande partie de son territoire), Vienne (cantons de Charroux et Civray)”. On y lit également “les départements qui auront été retenus pour les travaux préliminaires devront pouvoir être aidés pour la durée qui s’écoulera entre la décision touchant les travaux préliminaires et les décrets d’autorisation des laboratoires. Je propose qu’ils puissent disposer chaque année d’un montant de crédit d’environ 5 MF”.

1994
6 janvier : autorisation donnée à l’ANDRA par les ministres de l’environnement et de l’industrie d’entamer des travaux de reconnaissance géologique dans les quatre départements (Gard, Vienne, Haute-Marne et Meuse).
Création des ILCI (Instance locale de concertation et d’information).
Création du Collectif meusien contre l’enfouissement des déchets radioactifs (CDR55).
Création de la Coordination nationale des collectifs contre l’enfouissement des déchets radioactifs (CN-CEDRA).

1995
2 février : loi relative au renforcement de la protection de l’environnement, dite loi Barnier.
Création de la Commission nationale du débat public (CNDP).
Novembre : enterrement symbolique de la Meuse.

1996
Rapport Bataille sur l’évolution des recherches en matière de gestion des déchets radioactifs.

1997
5 mars : manifestation à Bar-le-Duc.
Création du réseau Sortir du nucléaire.
Enquêtes publiques concernant l’implantation d’une laboratoires de recherche dans les trois sites (Vienne, Gard, Meuse/Haute-Marne).

1998
Dissolution de la CN-CEDRA.
Août : grand rassemblement européen anti-nucléaire à Bure. Voir le reportage diffusé sur France 2 sur la page de l’INA consacrée à Bure.
9 décembre : choix du site de Bure, le site du Gard est écarté, le site de la Vienne (granit) est écarté mais l’Andra doit continuer à étudier cette roche.

1999
21 mars : marche pour la vie, Verdun.
5 juin : manifestation symbolique à Bure.
3 août : décret autorisant l’ANDRA à installer un laboratoire de recherche à Bure. Les ministres signant le décret sont Lionel Jospin (premier ministre), Dominique Strauss-Kahn (ministre de l’économie, des finances et de l’industrie), Claude Allègre (ministre de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie), Dominique Voynet (ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement) et Christian Pierret (secrétaire d’État à l’industrie).
Création du Comité local d’information et de suivi (CLIS), qui se substitue aux deux ILCI.
Création du CACENDR (Collectif d’action contre l’enfouissement des déchets radioactifs).

2000
Création par arrêtés ministériels des groupements d’intérêts publics (GIP) Objectif Meuse (20 mai) et Haute-Marne (16 août).
Juillet-août : manifestation à Bure. Reportage France 2.

2001
Juillet : Camp de deux semaines organisé par le CN-CEDRA.
22 juillet : marche des élus de Couvertpuis (seule commune ayant voté contre le projet) à Bure.

2002
15 mai : accident mortel dans le puits.
20 juin : le tribunal de Bar-le-Duc ordonne l’arrêt des travaux pendant 5 mois face aux “graves manquements en matière de sécurité”.
Mi juillet : manifestation à Bure

2003
Mars : reprise des travaux.
25-31 août : marche Cattenom-Bure (Cattenom est une centrale nucléaire située en Moselle).
Automne : ouverture du centre de Morvilliers (Aube) pour les déchets TFA (Très faible activité).

2004
Février : création de l’association Bure zone libre (BZL) par des antinucléaires français et allemands. Achat par BZL et le réseau Sortir du nucléaire de la Maison de résistance à la poubelle nucléaire à Bure.
7 novembre : Sébastien Briat, 21 ans, meurt à Avricourt (Moselle) lors d’une opération de blocage d’un convoi de déchets nucléaires à destination de l’Allemagne.

2005
25 juin : la nuit contre les déchets nucléaires, table de presse et concert à Nancy.
29-31 juillet : Festival Ne pas laisser faire à Bure (programme) et manifestation vers le laboratoire le 31.
24 septembre : manifestation nationale N’empoisonnez pas la Terre ! à Bar-le-Duc (5000 personnes).
Septembre à janvier : premier débat public national consacré aux “options générales en matière de gestion des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue”.

2006
12 avril : loi relative à la gestion durable des matières et des déchets radioactifs.
13 juin : loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, création de l’Autorité de Sureté Nucléaire
28-30 juillet : festival Décibels contre la poubelle à Bure, manifestation le dimanche jusqu’au rond-point en face du laboratoire.

2007
9 mai : arrêtés interministériels renouvelant les GIP Objectif Meuse et Haute-Marne. Les recettes du GIP Haute-Marne sont de 7.7 millions d’euros en 2005, 20 millions d’euros en 2007, 30 millions d’euros en 2010 (cf rapport de la Cour des comptes, p.7). La progression est équivalente pour le GIP Objectif-Meuse.

2008
Juin : appel aux candidatures auprès de 3115 communes (4 départements) pour accueillir un centre de stockage des déchets FAVL (faible activité à vie longue). Plus de 40 communes se déclarent candidates, dont Gondrecourt-le-Château où est créée l’association Les habitants vigilants du canton de Gondrecourt-le-Château.

2009
Juin : le gouvernement retient deux sites (Auxon et Pars-lès-Chavanges dans l’Aube) pour le centre de stockage des déchets FAVL. Sous la pression des opposants, ces deux communes se retirent du projet en juillet et août 2009.
Octobre : l’Andra propose la création d’une Zone d’intérêt pour la recherche approfondie (ZIRA) de 30 km2.

2010
Mars : l’Andra est autorisée à mener des investigations géologiques approfondies au sein de la ZIRA, début du projet Cigéo (centre industriel de stockage géologique).
28-29 août : (Petit) festival contre la (grosse) poubelle nucléaire à Bonnet (commune meusienne voisine de Bure).

2011
17-18 septembre : (Petit) festival contre la (grosse) poubelle nucléaire à Bonnet.

2012
Le CDR55 devient Burestop 55.
14 au 16 septembre : troisième (Petit) festival contre la (grosse) poubelle nucléaire à Bonnet.

2013
Deuxième débat public intitulé “Projet Cigéo – création d’un stockage réversible profond de déchets radioactifs en Meuse/Haute-Marne”. “initialement prévu du 15 mai au 15 octobre 2013, [il] devait comporter quatorze réunions publiques.” Les réunions publiques ne pouvant avoir lieu du fait de l’action des opposant.e.s (23 mai, Bure ; 17 juin, Bar-le-Duc), le CNDP a mis en place des “débats contradictoires sur Internet, partenariats avec la presse locale, permanence, ainsi qu’une conférence de citoyens”.
30 août-1 septembre : quatrième édition du (Petit) festival contre la (grosse) poubelle nucléaire à Bonnet.

2014
1 juin : rassemblement devant le laboratoire de l’Andra.
5 et 6 septembre : (Petit) festival contre la (grosse) poubelle nucléaire à Nancy

2015
17 mars : premier billet sur le site vmc.camp. vmc signifie Vladimir, Martine and co, clin d’oeil à “Vladimir Martinenko, le conducteur de la déneigeuse qui a percuté, le 20 octobre 2014, l’avion qui transportait Christophe de Margerie, patron du groupe Total.” (Isabelle Rimbert, Reporterre)
7 juin : marche des 100 000 pas à Bure.
2 juillet : Mandres-en-Barrois, le conseil municipal vote l’échange du bois Lejuc (cédé à l’Andra) par 7 voix pour et 4 contre.
1 au 10 août : camp anti-autoritaire et anticapitaliste contre Cigéo et son monde à Bure.

2016
Janvier : un mort à cause d’un éboulement dans une galerie d’expérimentation.
5 juin : marche des 200 000 pas à Bure.
19 juin : manifestation et première occupation du bois Lejuc.
7 juillet : première évacuation.
16-17 juillet : manifestation de réoccupation, l’occupation cesse dès le lundi 18.
1 août : le TGI de Bar­-le­-Duc condamne l’ANDRA pour infraction au code forestier et défrichement illégal.
14 août : manifestation de réoccupation. Le bois Lejuc sera occupé jusqu’au 22 février 2018.

2017
18 février 2017 : manifestation du bois Lejuc (vigie Sud) à l’écothèque.
28 février, le Tribunal administratif de Nancy reconnaît l’irrégularité de la délibération communale de cession du Bois Lejuc à l’Andra.
18 mai : le conseil municipal de Mandres-en-Barrois se réunit pour délibérer à nouveau sur la cession du Bois Lejuc à l’Andra. Vote favorable par six voix contre cinq.
20 mai : marche des 300 000 pas à Saint-Dizier.
11-13 août : Festival Les Bure’lesques à Biencourt-sur-Orge.
15 août : manifestation à Bure.

2018
22 février : évacuation du bois Lejuc.
3-4 mars : week-end inter-comités à Bure et à Mandres-en-Barrois.
17 mars : pose d’une plaque de l’EODRA à la lisière du bois Lejuc.
16 juin : Une journée contre la poubelle nucléaire, manifestation à Bar-le-Duc.

Principales sources mobilisées : legifrance.gouv.fr, andra.fr, vmc.camp, clis-bure.com, stopbure.com, burestop.free.fr, cedra52.jimdo.com, sortirdunucleaire.org, les-habitants-vigilants.over-blog.com et les ouvrages BureStop 55, Notre colère n’est pas réversible. Enfouir les déchets atomiques : le refus (2014) et Pierre Ginet (dir.), L’opposition citoyenne au projet Cigéo. Cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux (L’Harmattan, 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.