Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016

La sélection qui suit ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle ne reflète que mes pérégrinations en librairie et sur le web.

Après le Comité invisible (Maintenant, La Fabrique, 2017) et, de façon plus cursive, le collectif Mauvaise troupe (Saisons. Nouvelles de la zad, L’éclat, 2017), c’est au tour du collectif toulousain Bad Kids de livrer son analyse du printemps 2016 (Mais tout commence. Analyse du mouvement contre la loi travail. pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire, Acratie, 2017). Revendiquant une vision classiste du monde (prolétaires contre patrons), imprégné de marxisme mais soucieux de l’adapter à l’époque, aux enjeux et au lectorat contemporains, l’ouvrage est dense, agréablement rédigé et contient plusieurs analyses intéressantes. Le rôle des syndicats, et notamment de la CGT, lors du mouvement contre la loi travail est bien mis en perspective ; la difficulté croissante à faire vivre les luttes sur les lieux de travail et dans les universités est particulièrement bien exposée – et le mouvement étudiant du printemps 2018 confirme la lecture proposée ici. Si les pages consacrées à Nuit debout peuvent paraître exagérément critiques, celles consacrées au cortège de tête, aux rapports entre médias et « casseur » ainsi que le plaidoyer pour une défense collective plus efficace (face à la police et plus encore face à la justice) méritent la lecture. Enfin, si le collectif est toulousain, on y trouve des échos des manifestations rennaises et parisiennes.

Autre ouvrage consacré au mouvement du printemps 2016, le 127 jours en mars. Petit abécédaire combatif contre la loi travail et son monde de Nathalie Astolfi et Alain Dervin (Le passager clandestin, 2018). 26 entrées – dont une fausse, Maalox renvoyant à Xolaam au bout de 5 lignes, précédés d’une courte introduction et d’une chronologie de 10 pages, permettent un tour d’horizon partiel de ce mouvement social. Je me suis étonné de l’absence d’une entrée « Nasse », ce dispositif policier ayant consisté à mes yeux une des grandes innovations de ce printemps 2016, mais le sujet des stratégies et des brutalités policières est abordé à plusieurs reprises , notamment dans les entrées Bassin de l’Arsenal, Flics, Lacrymos et Répression. Les auteur.e.s, qui se présentent en quatrième de couverture comme des « militants syndicalistes depuis 30 ans, membres de la CNT » ont visiblement vécu ce mouvement à Paris et à Paris seulement. Bien écrit, bien documenté, l’abécédaire se lit avec plaisir même je ne m’explique pas la quasi absence des manifs sauvages, pourtant particulièrement nombreuses à Paris durant cette période.

Écrivain de polar et militant de longue date, de La banquise dans les années 80 à Lundi matin aujourd’hui, Serge Quadruppani aborde à son tour Le monde des Grands Projets et ses ennemis. Voyage au cœur des nouvelles pratiques révolutionnaires (La Découverte, 2018). Le propos se veut plus large dans la mesure où , s’il aborde évidemment Notre-Dame-des-Landes (NNDL) et le Val Susa, il évoque aussi tant Nuit debout que le cortège de tête du printemps 2016. Visiblement rapidement écrit, l’ouvrage comprend quelques erreurs factuelles – la manifestation du 14 juin 2016 est déplacée au 17 (p. 17), le collectif Mauvaise troupe devient le groupe Constellation (p. 101) -, certaines formules reviennent d’un chapitre à l’autre et le ton se fait parfois grandiloquent. L’auteur n’est pas seul responsable, il manque ici un vrai travail éditorial. Sur le fond, les personnes qui suivent l’actualité sociale en général et celle des zad en particulier n’apprendront pas grand chose. Mais après tout, quand un Bruno Latour, que j’imagine mal à NDDL, se sent autorisé à faire l’éloge des mauvaises herbes*, pourquoi un militant chevronné n’aurait-il pas droit lui aussi à son ouvrage sur les zad ? Ceci étant, en tant que géographe, les piques décrochées contre Michel Lussault, géographe incontournable sur le plan politico-académique depuis plus de deux décennies, font plaisir à lire (pp 67-71).

La dernière livraison de la revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon, De tout bois #9 est toujours aussi riche, agréable et pertinente. À l’heure où un troisième débat public sur l’énergie approche, l’article d’Henri Mora, « Débat public, État de droit et cha-cha-cha » rappelle que le souci affiché de prendre en compte les désirs des citoyen.ne.s a peu de poids face au lobby industriel et aux connivences politiques de tous bords. La revue poursuit son exploration du système Center Parcs ou comment déraciner des arbres tropicaux centenaires et les transporter sur des milliers de kilomètres pour décorer des bulles à 29 degrés et agrémenter la baignade des client.e.s. Le court communiqué « Quand les fachos brûlent notre pote » revient sur l’agression récente perpétrée par une milice locale pro Center Parcs.

La revue Nunatak – revue d’histoires, cultures et luttes des montagnes a sorti son numéro 3 été automne 2018 (téléchargeable à l’adresse https://revuenunatak.noblogs.org/numeros/). Un riche sommaire avec notamment un long article intitulé « Briser les frontières » sur l’aide aux migrants dans les Alpes, un retour sur la lutte du Larzac et un entretien avec un éleveur ariégeois membre du Collectif d’agriculteurs contre les normes.

À signaler également, une nouvelle revue en ligne consacrée à NDDL : https://zadibao.net/.

Enfin, l’ouvrage de Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, paru chez Zones en 2014 vient d’être réédité en poche à La Découverte.

Sur le web (en vrac)

Interview de Geneviève Pruvost sur la zad de Notre-Dame-des-Landes paru dans Télérama le 24/07/2018 : https://www.telerama.fr/idees/la-non-violence-de-letat-devrait-redevenir-un-debat,n5735294.php.

Une série de 4 documentaires sur le nucléaire sur france culture. Le dernier sur les déchets nucléaires est particulièrement recommandable : https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires.

Le site des Bad Kids de Toulouse https://badkids.noblogs.org/. Et celui très proche du précédent du collectif Classe qui trouve ses origines dans le mouvement contre la loi travail et créé en opposition à la Nuit debout toulousaine : http://www.classeenlutte.org/.

Last but not least, pour toutes celles et ceux qui, comme moi, ne comprennent pas très bien ce qui s’est joué – et se joue encore – à la zad, un beau texte d’un collectif rennais dans Lundi matin : https://lundi.am/La-Zad-est-morte-vive-la-Zad.

*Titre de l’ouvrage collectif coordonné par l’excellente journaliste Jane Lindgaard (Médiapart) et comprenant notamment des contributions de Damasio, Despentes, Graber… et Latour donc. Je ne l’ai pas encore lu.


2 réponses sur “Lectures de l’été 2018 : zad, luttes et printemps 2016”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.