Zad en librairie, printemps 2018

Petit tour d’horizon de quelques publications récentes*, les références complètes sont fournies à la fin de ce billet.

Zones à défendre

Le collectif français Des plumes dans le goudron associe une sociologue urbaniste (Anahita Grisoni), un économiste (Julien Milanesi) et deux géographes (Jérôme Pelenc et Léa Sébastien). Leur ouvrage vise à proposer « une perspective théorique et militante » (p. 13) permettant d’étudier conjointement différentes luttes de territoire, regroupées ici sous l’étiquette « grands projets inutiles et imposés » (GPII). Les auteur.e.s proposent le concept de « résistance éclairée » (déjà mobilisé par L. Sébastien dans des travaux antérieurs) pour regrouper ces différentes luttes en étudiant 4 aspects : « développement de nouveaux liens sociaux, acquisition et transfert de connaissances; attachement au territoire renouvelé; positionnements politiques » (p. 44). Les exemples mobilisés ne se contentent pas des luttes les plus emblématiques (Notre-Dame-des-Landes) et piochent dans des luttes de moindre visibilité médiatique (décharge à Saint-Escobille par exemple). Si le format éditorial de la collection (chapitres très courts, maquette aérée, légèreté de l’appareil académique classique – notes de bas de pages, références bibliographiques, etc.) fonctionnait bien pour l’ouvrage de Sélim Smaoui consacré à Nuit debout, cela n’est pas le cas ici. Les chapitres sont bien souvent trop courts pour être convaincants (comment traiter les luttes de territoire de 1945 à nos jours en 3 pages ?…) et le morcellement nuit à la clarté de la démonstration. L’ouvrage vise trop large en s’appuyant sur des catégories qu’on peut juger inutiles : le terme même de GPII est par exemple de moins en moins utilisé dans les milieux militants tant la taille d’un projet peut paraître un élément relativement secondaire. Enfin, pour qui connaît un tout petit peu le fonctionnement académique, imaginer un cadre théorique utile commun à quatre disciplines différentes laisse rêveur.

L’ouvrage de Camille Lepetit consacré à la zad de Roybon et issu d’une thèse récente de sociologie, est d’ambition plus modeste : montrer ce qui se joue entre les personnes en une zone occupée. Contrairement à la plupart des auteur.e.s (et je ne parle pas des journalistes**), l’auteure a vécu sur zone et y a recueilli une matière empirique extrêmement riche (entretiens, observations). L’auteure expose ses questionnements de manière fine et explicite (cf l’encadré « Comment nommer les acteurs et actrices des zad ? », p. 12), s’interroge sur son statut et la pertinence de sa recherche. Toute personne ayant passé quelques jours ou semaines sur zone retrouvera ici certaines caractéristiques majeures de la vie en zad : l’importance du faire, le rejet des étiquettes sociales usuelles et des structures militantes traditionnelles, la politique mise en acte au quotidien, la prise en compte de l’autre, l’expérience d’un temps social et relationnel intense et bien d’autres aspects encore. Si vous n’avez encore jamais mis les pieds sur une zad, cet ouvrage incarné est sans doute l’un des plus utiles pour comprendre ce qui se joue dans ces zones. Je regrette tout de même la lourdeur de l’appareil théorico-conceptuel d’un intérêt très limité. Dans une thèse, on doit à la fois se positionner par rapport aux différents courants de nos disciplines et montrer qu’on a lu truc, bidule et machin. Dans un ouvrage non universitaire, publié chez un petit éditeur, ces passages obligés n’apportent pas grand chose.

Zones d’autonomie temporaire

Si les places abordées dans Le livre des places n’étaient pas des zones à défendre, elles étaient a minima des zones d’autonomie temporaire. L’ouvrage est hybride, mêlant chercheurs et chercheuses, journalistes, écrivain.e.s, et propose des textes très différents les uns des autres sur des occupations elles-même très différentes dans leurs objectifs et modalités : de Barcelone à Paris, de New-York à Maïdan, 14 occupations de places sont évoquées ici. Il y a parfois un manque (assumé ?) de pédagogie et il est souvent nécessaire de faire des recherches pour se rappeler ce qui s’est joué à telle date à tel endroit. Si la plupart de ces occupations ont eu leur temps fait les gros titres, l’un des textes les plus intéressants est consacré au parc du triangle à Osaka, haut-lieu des luttes ouvrières et révolutionnaires japonaises, et dont j’ignorais totalement l’existence. Ce recueil hétérogène contient enfin la chronologie la plus pertinente que j’ai pu lire à ce jour sur Nuit debout République. Le chapitre écrit par Valérie Gérard et Arno Bertina décrit de manière fine ce qui s’est joué sur la place de la République (et en dehors) à partir du 31 mars 2016, l’importance des 1 mai (défilé encadré par un dispositif policier d’une agressivité délirante) et 18 mai (date où le syndicat policier Alliance privatise la place) et n’oublie pas les prolongations/résurgences qui ont suivi (Génération ingouvernable notamment).

Revues militantes

L’excellente revue De tout bois est écrite par des habitant.e.s de la zad de Roybon. Responsables il y a quelques années d’une hilarante publicité Zad express, illes récidivent avec une double page centrale proposant Le zad-tour Au bout de l’extrême avec les extrêmes : à elle seule, elle mérite l’achat de ce numéro et ridiculise les « reportages » parus sur les zad dans… la plupart des titres que l’on peut trouver dans une maison de la presse. Illustré par des vieilles photographies de catalogue Pierre & Vacances (le spéculateur/bétonneur en chef du projet Center Parcs), on retrouve les rubriques habituelles (édito, chronologie de la lutte) et deux textes, l’un sur 50 ans de Pierre & Vacances, l’autre sur le tourisme en monde capitaliste.

Page Facebook créée en 2011, Nantes révoltée est maintenant également une revue papier (le numéro 3 vient tout juste de sortir, je ne me le suis pas encore procuré). Le numéro 2 est un hors-série consacrée à Notre-Dame-des-Landes. Sorti après l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport et avant les vagues d’expulsion/destruction, richement illustré, souvent drôle (cf le tutoriel Barricade en milieu rural ou la fausse publicité Décathlon à fond l’émeute), il contient un gros dossier sur NDDL (chronologie, photos, chants, etc.) ainsi que de brefs textes sur les luttes en cours, que ce soit en France ou à l’étranger (Hambach, Palestine).

Littérature

Tous les quatre-cinq ans, j’ai une période polar où je ne lis que ça – hors lectures professionnelles et militantes j’entends. Je vais toutes les trois semaines à la bibliothèque municipale et j’emprunte 1. les ouvrages d’auteurs récents 2. les récents ouvrages d’auteurs déjà connus. Jean-Bernard Pouy est évidemment dans la deuxième catégorie. Son dernier roman, Ma zad, est paru dans la série noire. Si l’on retrouve quelques éléments familiers (black bloc, attaque d’opposants toujours décrits comme fascistes, pression des gendarmes et de la justice, importance de l’approvisionnement et des palettes), le sous-texte politique lié aux zad reste peu convaincant, voire politiquement douteux. Sans dévoiler le fin mot de l’intrigue, que l’un des personnages zadistes principaux soit en fait issu de la bourgeoisie et désireuse de se venger de sa famille rappelle les déclarations idiotes d’un Mélanchon sur les « fils à papa cassant des Mac-Do ». Hormis ce détail, c’est un Pouy mineur, bourré de jeux de mots et de références culturelles (ne correspondant que rarement à l’âge affiché du narrateur), mais un Pouy mineur reste une lecture agréable.

Liste des publications évoquées (ordre alphabétique)
Collectif. Le livre des places. Paris: Inculte, 2018.
De tout bois #8, revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon. Hiver 2017/2018 (2 euros)
Grisoni, Anahita, Milanesi, Julien, Pelenc, Jérôme, et Léa, Sébastien. Résister aux grands projets inutiles et imposés. De Notre-Dame-des-Landes à Bure. Petite encyclopédie critique. Paris: Textuel, 2018.
Lepetit, Camille. Les zad. Des espaces d’expérience et d’émancipation. La menthe à l’eau. Paris: L’unebévue, 2018.
Nantes révoltée, numéro spécial Notre-Dame-des-Landes. Février/Mars 20118 (2 euros).
Pouy, Jean-Bernard. Ma zad. Série noire. Paris: Gallimard, 2018.

*Cette petite recension ne prétends pas à l’exhaustivité. Si vous repérez des manques flagrants, n’hésitez pas à m’envoyer un mot.
**Généraliser est idiot : Reporterre, CQFD, Ballast, Lundi matin et d’autres ont écrits d’excellents papiers sur les zad – un grand merci au passage à Reporterre pour ses articles sur le suivi des expulsions/destructions à NDDL. Mais ce qui est diffusé dans les médias grand public (presse, radio, télé) sur les zad est d’une médiocrité et d’une ignorance crasse.


Une réponse sur “Zad en librairie, printemps 2018”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.