Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête

Le texte ci-dessous est un projet d’article proposé début 2018 à la revue Terrains/Théories, projet qui n’a pas été retenu par les personnes en charge du numéro « Des terrains sans sympathie ». Il est fort probable que je reprenne ce projet un jour tant il me semble important d’adopter la même posture de recherche et la même attitude compréhensive lorsque je suis au milieu de mes ami.e.s politiques à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure et lorsque j’échange avec ceux que je considère à titre personnel comme mes ennemis (artistes d’extrême-droite). J’ai rajouté entre crochets quelques éclaircissements destinés à faciliter la compréhension du texte.

Proposition d’article

Géographe formé essentiellement aux approches quantitatives, mes réflexions relatives aux terrains sans sympathie en ethnologie sont nourries de trois expériences liées à ma trajectoire récente de chercheur. Après avoir travaillé sur, ou plus exactement depuis le mouvement Nuit debout à Paris (assemblées de quartier dans le XIXe et le XXe arrondissements) où j’étais militant et chercheur (Beauguitte, 2017), mes sujets de recherche actuels concernent d’une part les luttes de territoire, et plus particulièrement l’opposition au projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), et d’autre part les scènes musicales d’extrême-droite, notamment en France et en Italie.

Dans le premier cas, mon terrain – le bois Lejuc, occupé illégalement par les opposant.e.s depuis août 2016 [cette proposition a été envoyée avant l’expulsion du bois survenue le 22 février 2018] – est peuplé d’ami.e.s politiques avec lesquel.le.s je partage nombre de positions (anti-capitalisme, décroissance, anarchie, anti-spécisme). Le risque est alors d’être suspect à la fois de non-scientificité par ses pairs (Müller, 2015) et d’entrisme par les militant.e.s qui préfèrent produire leurs propres textes théoriques qu’être considéré.e.s comme des objets d’étude. Dans le second cas, les opinions exprimées sont à peu de choses près à l’opposé des miennes (racisme, homophobie, virilisme, islamophobie, antisémitisme, culte de l’autorité, etc.) et cela pourrait apparaître comme un terrain sans sympathie classique (Avanza, 2008).

Pourtant, prenant comme référent théorique le programme fort proposé par David Bloor (1976) et plus généralement ce qu’on a appelé l’école d’Edimbourg en épistémologie des sciences (pour schématiser à gros traits, accorder la même attention aux théories scientifiques qui l’emportent et à celles qui sont défaites), l’un des positionnements scientifiques que je cherche à tenir, tant lors des terrains que dans leur restitution et leur exploitation, consiste à faire miennes, au moins de façon temporaire, les visions du monde de ces artistes a priori antipathiques.

Cette posture suppose tout d’abord une phase d’imprégnation tant au niveau littéraire (Le camp des saints de Jean Raspail, Les carnets de Turner de Willian Pearce) que des essais (Dominique Venner notamment) ou des références historiques indigènes (anniversaire de la mort de Sébastien Deyzieu1 pour la France). Il s’agit ensuite d’adopter la même attitude bienveillante vis-à-vis de mes contacts, qu’il s’agisse d’une libertaire anti-spéciste ou d’un rappeur catholique intégriste appelant le plus sérieusement du monde à éliminer tous les homosexuels.

Cela suppose également d’adopter les mêmes règles éthiques relatives à la protection des personnes. Dans un cas comme dans l’autre, un risque judiciaire existe (occupation illégale et action directe d’un côté, incitation à la haine raciale et antisémitisme de l’autre) et je protège mes sources (pas de prénom ou de nom dans les notes prises le plus souvent non pendant mais après les séjours sur le terrain) ; dans les deux cas, lorsque je souhaite utiliser des extraits de conversation dans un article ou un billet de blog, je demande d’abord l’autorisation à la personne en lui envoyant le texte complet et en précisant le contexte de publication.

Cette position symétrique n’est pourtant pas menée totalement à son terme : si je peux aider à défendre une barricade face à la gendarmerie au bois Lejuc (octobre 2016), si je peux assister à un concert de NSBM (black metal national-socialiste), dans ce dernier cas, je ne tends pas le bras en criant « Sieg Heil ! ». Cette non-symétrie doit cependant être relativisée : dans le premier cas, je garde en partie une position d’extériorité en raison notamment de mon statut social [et de la brièveté de mes séjours]. Chercheur au CNRS, ma stabilité professionnelle et ma relative aisance financière dénote dans un milieu où les formes de précarité dominent (logement, revenu, santé, etc.).

Au-delà des enjeux éthiques, quelles plus-values scientifiques attendre d’un tel positionnement qui pourrait paraître confiner à la schizophrénie ?

Tout d’abord, adopter une posture compréhensive me semble nécessaire pour étudier quelque aspect du monde social que ce soit, que cet aspect me semble politiquement séduisant ou non. Si dès les prémisses de la recherche, le chercheur ou la chercheuse souhaite combattre et juger ce qu’il ou elle étudie, comment prétendre comprendre et expliquer le phénomène ? Le cas emblématique, et à mes yeux repoussoir, concerne les études sur le Front National qui est, depuis plus de 30 ans, le plus étudié par les politistes, avec un souci régulièrement affiché de « l’étudier pour le combattre ». Si cela a permis à certain.e.s d’acquérir une notoriété académico-médiatique, les effets sur les résultats électoraux de ce parti paraissent minces. [Pour compléter, il me semble sain d’admettre que l’on choisit d’étudier les objets sociaux qui nous intéressent et que se draper dans une posture morale convenue n’est ni très utile – en terme scientifique – ni très honnête – depuis quand les recherches en sciences sociales prétendent-elles changer le fonctionnement du monde social et pire, définir ce qui est bien et ce qui est mal ?…]

Un autre objectif est de ne pas tuer un terrain difficile d’accès : adopter la posture de l’infiltré pour juger ou condamner ensuite est sans doute le meilleur moyen d’augmenter la défiance de ces artistes face à un univers académique qu’ils perçoivent comme hostile et infesté de gauchistes bien pensants – ces adjectifs euphémisent très largement la façon dont sont perçu.e.s les universitaires… Enfin et surtout, ces deux milieux ne sont pas si éloignés qu’il y paraît. Dans les deux cas, des personnes ont sur le monde actuel une pensée radicale et tendent de la vivre en actes, aux frontières de la légalité, et en choisissant de fait une marginalité activiste. [Cela ne signifie pas qu’à mes yeux et pour reprendre un cliché souvent lu et entendu, « les extrêmes se ressemblent ». Les pratiques et les valeurs, les secondes s’incarnant dans les premières, sont diamétralement opposées. Mais ces visions du monde – plurielles, tant dans les zones occupées que dans les mileux dd’extrême-droite – rejettent toutes deux la société capitaliste contemporaine.]

Références
Avanza M., 2008, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes » ? Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe » in Bensa A., Fassin D., Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, p. 41-58.
Beauguitte L, 2017, « Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout », Carnet de recherche Espaces et radicalités, https://esprad.hypotheses.org/213
Bloor D., 1983 [1976], Socio-logie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore.
Müller A., 2015, « Altérités et affinités ethnographiques : réflexions autour du proche, du lointain, du dedans et du dehors », SociologieS, http://journals.openedition.org/sociologies/4906.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.