Travailler depuis Bure, calendrier provisoire d’une recherche

Les quelques notes qui suivent sont à la fois un aide-mémoire chronologique et une façon de montrer modestement comment un centre d’intérêt militant se construit peu à peu en objet de recherche. Il s’agit aussi de tenter d’expliciter mes rapports – compliqués et fluctuants – avec cet objet. Je ne travaille pas sur Bure et Cigéo, je vais régulièrement vivre et lutter à Bure et ces séjours nourrissent une recherche en cours.

Avril 2016 : rencontre avec Jean-Pierre Petit dans une Nuit debout de quartier à Paris. Commence à m’intéresser à ce que se passe à Bure. Alors que je suis originaire de la Meuse et que plusieurs personnes de ma famille ont manifesté contre le projet au début des années 2000, je ne me suis jamais intéressé auparavant à ce projet.

16 août 2016 : destruction du mur de l’Andra. Je suis en vacances en famille à 40 kilomètres de là, non motorisé, et personne n’est disposé à nous emmener à cette manifestation, je le regrette. Depuis, visites très régulières du site vmc.camp, abonnement à la page facebook Les Bure à cuire et au tweet Les ZIRAdiéEs

Début 2017, mon travail sur Nuit debout est à peu près achevé (articles écrits et soumis, même si aucun n’a été publié à ce jour). Je commence à me demander comment travailler sur les luttes de territoire (Notre-Dame-des-Landes, Roybon, Les Lentillères, Bure). Sachant que ces lieux m’intéressent aussi et surtout car ils correspondent politiquement à ce à quoi j’aspire (lieux en lutte, autonomes et autogérés).
18 février 2017 : aller-retour en bus Paris-Bure pour une manifestation.
Avril 2017 : proposition avec Marta Severo d’une session thématique Luttes de territoire et représentations sociales pour le colloque du CIST (Mars 2018). Nous recevons 18 propositions, 10 seront retenues par le comité scientifique dont deux sont consacrées à la lutte de Bure.
Juillet 2017 : séjour de 8 jours à Bure (5 nuits à la maison de résistance, trois nuits en forêt à la piraterie*). Rédaction d’une vingtaine de pages manuscrites après ce séjour.
Août 2017 : séjour de deux nuits en forêt et en famille pour la manifestation du 15 août.
Septembre 2017 : premier texte lié à cette lutte soumis pour le colloque du CIST (Rouen, mars 2018) : Imaginaires et pratiques zadistes à Bure (Meuse) (ce texte sera disponible en ligne dans les semaines à venir) ; création du carnet de recherche Espaces et radicalités. Dans le texte soumis au CIST, j’essaye de définir les règles éthiques adoptées pour cette recherche : « Aucune information personnelle (pseudonyme, éléments biographiques communiqués lors de discussions informelles) et aucun élément permettant le dénombrement des personnes présentes dans le bois n’ont été collectés. Les méthodes impliquant une hiérarchie dans les relations (entretien, questionnaire) n’ont pas été mobilisées. Aucune photographie pouvant être utilisée à des fins d’identification (présence de personnes, de chiens, de véhicules) ou à des fins policières (détails des constructions, qu’il s’agisse de cabanes d’habitation ou de barricades) n’a été prise. »
Septembre 2017 : participe à la réunion de lancement du comité de soutien francilien à Bure à Ivry. Assiste de manière très épisodique aux réunions.
Octobre 2017 : séjour à Bure, 12 nuits en forêt à la piraterie. Rédaction de 17 pages de notes post-terrain qui commence ainsi : « Les lettres utilisées [pour désigner des personnes] ne correspondent ni aux pseudos présents ni à ceux utilisés en août. Les rares prénoms sont ceux de personnes visibles et connues dans la lutte pour lesquelles l’anonymat n’est pas nécessaire. »

Janvier 2018 : séjour à Bure, 3 nuits à la maison, 5 nuits en forêt aux Karen**. Passage au CLIS de Bure dont je ressors avec plus de 2 kilos de documents, essentiellement produits par l’Andra. Rédaction de 16 pages de notes post-terrain où j’écris notamment « J’utilise le féminin de manière systématique pour éviter les expressions du type ille ou celles et ceux. Le fait que je parle d’une personne au féminin ne donne aucune information sur son genre réel. » Contacte le service communication de l’Andra pour obtenir des documents, aucune réponse reçue à ce jour.
Février 2018 : proposition d’article à la revue Terrains/Théories intitulée « Plaidoyer pour une approche symétrique des terrains d’enquête » ; proposition à la revue L’Espace politique d’un dossier consacré aux Luttes de territoire avec Marta Severo ; aller-retour Paris – Bar-le-Duc le 13 février pour trois procès ; aller-retour le 11 février à Notre-Dame-des-Landes où je retrouve des amies de Bure ; courte visite aux Lentillères à Dijon.
22 février 2018 : évacuation du bois Lejuc par 500 gendarmes, destruction des lieux de vie et des barricades. M’étant surtout investi dans l’occupation et intéressé à son fonctionnement, mon centre d’intérêt principal, tant au niveau scientifique que personnel et politique, disparaît pour une durée inconnue.
Mars 2018 : aller-retour Mandres-en-Barrois – Paris pour le week-end inter-comités du 3 et 4 mars et participation aux deux marches du samedi après-midi et du dimanche matin.

À suivre…

*Cabane située derrière la vigie sud. A été démolie, comme celle citée ensuite, depuis suite à la reprise du bois Lejuc par les gendarmes le 22 février 2018.
**Cabane située en lisière de forêt à proximité de vigie sud. Les photographies ci-dessous ont été prises en janvier 2018. Elles n’étaient pas destinées à être rendues publiques mais, dans la mesure où cette cabane a depuis été détruite, leur mise en ligne ne me semble plus problématique.


Cabane des Karen vue de la forêt. À gauche, la chambre ; à droite la cuisine ; sur le côté droit, matériaux de construction et vaisselle.


Cabane des Karen vue de la lisière de la forêt. Contrairement à d’autres lieux de vie, cette cabane n’était pas « protégée » par des barricades.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.