En route vers l’HDR (s02, e01)

Résumé des épisodes précédents

Mars 2020, premier confinement, coincé dans notre appartement parisien avec femme et enfant. Les dynamiques collectives étant à peu près au point mort (j’ai essayé la visio, je n’ai pas su faire), je me dis, tiens, si j’en profitais pour faire mon HDR. Mars 2021, j’ai rédigé le parcours, j’ai lu x articles, rapports et ouvrages pour le volume inédit. Fin avril 2021, je range le tout dans un dossier et j’explique que ça ne va pas être possible (cf le billet Sortie de route).

Été automne 2021 : à ce jour la pire dépression de ma vie adulte. C’est presque rassurant : il est possible de vivre des émotions totalement inédites après 50 ans. Quelques chantiers en collaboration avec des collègues amis et quelques traductions me permettent de maintenir un semblant d’activité professionnelle.

Fin 2021-fin 2022 : reprise d’une activité professionnelle à peu près normale. Les dynamiques collectives reprennent à peu près normalement, la relance de la revue ARCS est un défi intéressant. Et peu à peu, l’idée de reprendre l’HDR refait surface. Mais d’abord, je dois comprendre pourquoi je me suis planté la première fois. Et je dois aussi, et peut-être surtout, arriver à répondre à une question lancinante : pourquoi ai-je autant de mal dans cette profession si attrayante sur le papier ? Ce qui est l’objet du présent billet.

Les raisons d’un échec

Quand on se lance dans une tâche un peu exigeante (rédiger une thèse, retaper une maison), il est important de savoir pourquoi on le fait. J’ai fait une thèse parce que j’étais payé pour le faire et parce que je voulais devenir chercheur au CNRS. Pourquoi rédiger une HDR ? Est-ce que je souhaite devenir directeur de recherche ? Pas spécialement. Est-ce que j’ai envie de diriger des thèses ? Pas plus que ça. Est-ce qu’il est nécessaire de se plier à cet exercice pour prendre le temps d’approfondir et d’écrire un texte conséquent sur un sujet qui m’intéresse (ie ce qu’est en gros le volume inédit) ? Non. N’ayant pas de motivations fortes pour me plier à un exercice coûteux en temps et en énergie, il était peu surprenant que je cale – évidemment, la dépression n’aide pas.

Quand on se lance dans une tâche un peu exigeante, il est important de se rappeler ce que l’on est censé faire. Par exemple, une thèse est là pour montrer à vos pairs que vous savez faire de la recherche ; ce n’est pas écrire le texte de référence sur le sujet – l’idée qu’il puisse y avoir un texte de référence sur un sujet est par ailleurs absurde. Pas plus, pas moins. Et là encore, je me suis égaré tant pour le volume inédit que pour le volume consacré au parcours.

Concernant le volume inédit, j’ai foncé tête baissée dans le piège que j’avais su éviter en thèse : vouloir écrire le texte complet, parfait, définitif. Il est important d’être exigeant avec soi-même. Il est important de présenter un travail aussi rigoureux et complet que possible. Et c’est déjà beaucoup. Et personne ne saurait exiger plus. Ce qu’on propose, ce qu’on publie, ce n ‘est jamais complet, parfait et définitif. Et c’est normal.

Concernant le parcours, j’ai stupidement cru que c’était le lieu pour un examen réflexif sincère et approfondi sur mon parcours et mes pratiques de recherche. Ce qui ne pouvait donner dans mon cas qu’un texte déplaisant à l’égard de nombre de collègues et d’institutions. Ce n’est pas une autobiographie intellectuelle, c’est un exercice. C’est un exercice académique obligé, un peu vain, pour montrer à ses pairs qu’on a réfléchi, qu’on a progressé et qu’on est en capacité d’encadrer des thésard.e.s. Pas plus, pas moins.

Et comme j’ai plein de matériaux, que j’ai déjà écrit pas mal de choses, autant boucler cet exercice. Surtout qu’une poignée d’étudiant.e.s m’a demandé ces dernières années si je pouvais encadrer leur thèse et parfois, non seulement ça m’aurait plu mais je crois que j’aurais fait un encadrant correct.

Concernant la question posée plus haut : pourquoi ai-je autant de mal avec cette profession si attrayante sur le papier ? Je viens de passer deux heures à écrire quelques paragraphes. Je les ai relus, repris, corrigés et non, désolé, je ne peux pas publier ça…

Alors j’essaye de répondre à une autre question : est-il possible de se considérer comme un chercheur correct alors qu’on refuse en bloc, et de plus en plus explicitement, le modèle prôné aujourd’hui par les managers de l’ESR, managers qui réussiront à détruire la recherche publique en France tout comme les managers de la santé ont détruit l’hôpital public ? Quel est ce modèle ? Celui de “l’excellence”. Il faut publier beaucoup, en anglais, et dans les bonnes revues; tant pis si elles sont aux mains d’éditeurs privés et qu’il faut payer pour avoir les article en “accès libre”. Il faut décrocher des contrats – l’ERC semblant être le graal ultime. Il faut créer des emplois précaires qui permettront de gonfler son cv et de publier plus encore. Il faut être invité.e dans des colloques prestigieux et si possible à l’étranger, c’est mieux. Il faut participer aux indispensables et multiples activités d’évaluation de la recherche.

Ce que je ne fais pas et ce que je ne souhaite pas faire. Mais c’est important malgré tout de croire un minimum qu’on fait un travail correct. Sinon, il est difficile de terminer ce qu’on entreprend. Et il est donc nécessaire de construire un modèle alternatif. Ce qui prend du temps et de l’énergie. Il ne s’agit pas de prétendre qu’on a raison quand les autres auraient tort. Juste de trouver un moyen de continuer à exercer sa profession en y prenant du plaisir.

Désolé, ce billet se termine un peu en queue de poisson et il soulève plus de questions naïves qu’il n’apporte de réponses pertinentes mais tant pis, je publie quand même, ça fait plus d’un mois que je sèche sur ce billet et il est temps de passer à autre chose. Je ferai mieux la prochaine fois

Aubervilliers, 10 et 28 février. Bâclé le 14 mars 2023.

Aki Kaurismäki, 1990, La Fille aux allumettes



Citer ce billet
Laurent Beauguitte (2023, 14 mars). En route vers l’HDR (s02, e01). Espaces et radicalités. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj6k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search