En route vers l’HDR ? Sortie de route

Lorsque j’ai entamé ce carnet de recherche, l’un de mes objectifs était de montrer une recherche en train de se faire. Montrer comment à partir d’une envie, d’une intuition, de quelques données, on construit peu à peu un objet de recherche avant de parvenir, si tout se passe bien, au stade de l’article dans une revue à comité de lecture. Je ne pensais pas avoir à présenter une recherche en train de se défaire et c’est pourtant le cas dans ce billet.

J’ai mis mon HDR en pause en août 2021, après avoir écrit une première version du volume Parcours et sélection de publications ainsi que l’introduction et le premier chapitre du volume dit inédit. Ces textes ont depuis été lus et abondamment commentés par ma garante Clarisse Didelon-Loiseau que je remercie une fois encore pour son investissement.

Il est possible que je reprenne un jour le chantier HDR. Il est possible que ce ne soit pas le cas. Les motivations pour terminer puis soutenir manquent. Je ne tiens pas spécialement à diriger des thèses : accompagner des personnes brillantes puis les voir s’épuiser de postes précaires en contrats tout aussi précaires n’est pas une perspective réjouissante. Je ne suis pas non plus certain d’avoir les qualités requises pour accompagner une personne dans son parcours doctoral. Je ne tiens pas spécialement à changer de grade : je n’ai pas besoin de gagner plus et, dans ma discipline, on manque de directrices de recherche, pas de directeurs. Enfin, ces temps-ci, l’idée même de vivre une soutenance en mode “entrée dans le dernier cercle” me rebute quelque peu.

Le volume inédit était censé porter sur la création de l’analyse de réseaux en géographie. Une version très synthétique a été publiée dans la toute jeune revue Passerelles ; d’autres billets et articles sont susceptibles de suivre. J’étais plutôt content de la forme du volume consacré au parcours : chaque partie s’ouvrait par une image de film suggérant une interprétation parfois décalée du contenu qui suivait. Vues les images choisies pour la couverture et pour introduire la conclusion (cf ci-dessous), il n’est peut-être pas étonnant que j’ai décidé de stopper l’HDR. Se projeter dans le monde de la recherche, quand les politiques qui prétendent nous gouverner détruisent brique par brique tous les services publics depuis des années, est parfois difficile…

Isao Takahata, 1988, Le tombeau des lucioles. Image prévue pour la couverture.

Ridley Scott, 1991, Thelma et Louise. Image prévue pour la conclusion.

Aubervilliers, 27 avril 2022


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search