En route vers l’HDR ? S01E07 – Dépression & domination

Si je n’avais pas une poignée d’étudiant.es qui soutiennent leurs mémoires dans une semaine, si je n’étais pas co-organisateur d’un colloque en ligne qui a lieu de mercredi à vendredi et où je suis censé animer je ne sais combien de sessions mortifères en ligne, si je n’avais pas une réunion pédagogique la semaine prochaine et je ne sais combien d’autres trucs encore, bref, si je pouvais en ce moment faire passer ma santé mentale avant mon travail, je ne serai pas devant un écran à taper ces bêtises, je serai dans mon verger en Meuse à tailler des ronces et des aubépines. Il y a des périodes où on sait à peu près ce qu’on fait, où le travail avance bien, et parfois même, on en est un peu satisfait ; il y a des périodes où ça va moins bien. Ce qui suit est écrit dans une période où ça va moyen moins (euphémisme). Il est donc tout à fait possible que j’exagère. Que je sois hyper-sensible ces temps-ci et que je vois le mal partout. Peut-être. Je n’en suis pas certain. Une collègue ingénieure – que je ne citerai pas pour ne pas risquer de lui nuire mais qui se reconnaîtra aisément – avec qui j’en parlais récemment avait elle aussi tout un tas d’anecdotes sur le sujet. Donc ce billet ne parle pas d’HDR mais de ce qui me heurte ces temps-ci dans le monde de l’ESR.

Je m’excuse par avance mais tout ce qui suit est construit autour d’une logique binaire homme – femme.

Un séminaire d’équipe : deux femmes présentent un projet en cours, un homme présente le sien. Les deux femmes passent près de la moitié de leur présentation à souligner les limites, les difficultés, le caractère très imparfait et très perfectible de ce qu’elles présentent. Les deux tiers des réponses aux questions posées insistent sur ces mêmes aspects. L’homme présente son projet et évacue très vite les limites. La séquence de questions-réponses montre une réelle satisfaction vis-à-vis du travail accompli. Il est tout à fait légitime d’être satisfait de son travail. Il devrait être légitime d’être satisfaite de son travail sans s’excuser à tout moment de son caractère imparfait.

Une conférence organisée avec des collègues, nous sommes deux à proposer une personne pour être keynote. Celles et ceux qui ne la connaissent pas vont voir ses travaux et sont enthousiastes, notre proposition est validée. La collègue accepte, peut-être par amitié. Elle travaille depuis plus de 10 ans sur son sujet, elle a beaucoup publié, beaucoup communiqué et teste régulièrement de nouvelles approches, de nouvelles méthodes. Le taux de redondance d’un article à l’autre est plutôt faible dans la production de cette chercheuse. Et, alors que nous partageons un verre avec un ami, elle explique qu’elle est stressée depuis des jours, qu’elle ne se sent pas légitime, qu’elle est trop jeune, que sa présentation ne va pas être à la hauteur. Je suis persuadé que le keynote qui ouvre la conférence n’éprouve pas ces scrupules.

Une réunion de soutenances de master animée par la directrice du master, professeure des universités depuis des années. Après la réunion, elle me demande en aparté : « Est-ce que ça a été ? J’ai toujours peur de faire ça mal. » C’est la deuxième fois que j’assiste à ce type de réunions, elle les fréquente depuis des années. Et lors de la réunion en question, un homme s’écoutait longuement parler, n’hésitant pas à interrompre les autres (femmes) pour les reprendre : « mais ce n’est pas de l’espace, ce sont des lieux ! » – j’ai dû lever les yeux au ciel. Avant d’à nouveau interrompre une femme pour préciser : « Je ne dis pas ça pour te corriger, c’est pour m’aider à comprendre ». Bref. « Est-ce que ça a été ? » Jamais je n’ai entendu un homme me poser cette question après avoir animé une réunion. Jamais.

Je pourrais multiplier les anecdotes de ce type ; comme j’ai tendance à oublier vite ce qui me pourrit la vie, je me suis contenté de situations vécues ces deux dernières semaines. Je me limite volontairement aux situations banales, quotidiennes, à celles qui ne demandent pas de poursuites judiciaires (harcèlement, chantage et autres), aux situations auxquelles souvent on ne fait pas attention.

Si vous le souhaitez, on peut jouer au « not all men, not all women« . Oui, certains hommes dans l’ESR ont des comportements que j’aimerais pouvoir qualifier de normaux ou décents. Ils ne coupent pas la parole, ils laissent les autres s’exprimer et même, souvent, ils se taisent car ils préfèrent écouter l’autre que s’écouter parler. Et il est par ailleurs des femmes avec des comportements masculinistes tout à fait toxiques. Ok. Il ne s’agit pas d’une question individuelle mais d’une question structurelle – et que le premier ou la première qui me traite d’islamo-gauchiste « aille se faire enfler au Pakistan » (#Fauve, 2013, Blizzard).

J’avoue me sentir démuni. Organiser des réunions non-mixtes dans l’ESR serait sans doute un premier pas dans la bonne direction. Ce n’est évidemment pas à un mec blanc hétéro cisgenre de bientôt 50 ans (j’oublie des étiquettes) de proposer ça. N’empêche que si le GDR Analyse de réseaux en SHS existait encore, je proposerais volontiers à mes collègues amies de proposer des formations non-mixtes…

Aubervilliers, 29 juin 2021

Collages féministes Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.