En route vers l’HDR S01EO6 – traduire

J’ai dans un précédent billet de cette série évoqué mes pratiques bibliographiques. Lire, lire beaucoup, lire en aval (pourquoi citer ce texte, cet autrice, cette revue ?), lire en amont (qui cite ce texte, qu’est-ce qui est retenu, qu’est-ce qui est mis de côté ou oublié ?) et faire grossir semaine après semaine le dossier bibliographie et le nombre de fiches Zotero (logiciel de gestion bibliographique). C’est évidemment une tâche à peu près impossible : tout lire, même sur un sujet aussi restreint que les débuts de l’analyse de réseau et de la théorie des graphes, supposerait de ne faire que ça durant des années. Cela supposerait également des déplacements – difficiles à programmer en ces temps de restriction durable des libertés individuelles, et par ailleurs d’un coût élevé – incessants pour avoir accès à telle ou telle ressource rare.

Deux options méthodologiques complémentaires permettent de s’en sortir le moins mal possible, c’est-à-dire de parvenir à produire quelques éléments de connaissance solides à l’aide d’un corpus volumineux mais incomplet. Une première option, sur laquelle je reviendrai dans un prochain épisode, consiste à croiser des approches quantitatives liées notamment, mais pas exclusivement, aux pratiques de citation. Il ne s’agit évidemment pas de calculer des h-index (indicateur bibliométrique d’un intérêt limité mais qui joue un rôle dans certaines disciplines et dans la compétition académique au niveau mondial) mais d’étudier par exemple les bibliographies présentes dans les premiers manuels de telle ou telle discipline (ancienneté des références, nombre d’autrices différents, étendue disciplinaire) et de repérer les invariants (tel auteur, tel article est toujours cité) et les spécificités (seuls les manuels de telle discipline citent telle revue ou telle autrice).

L’autre option est elle qualitative : il s’agit de lire attentivement une poignée de textes choisis (le choix des textes est bien entendu un sujet délicat) en prêtant attention au vocabulaire utilisé, aux mesures proposées et à la façon de les décrire. C’est ainsi par exemple qu’on peut étudier comment peu à peu durant les années 1950, le vocabulaire lié à l’analyse de réseau se stabilise discipline par discipline avant d’intégrer les éléments issus de la toute jeune théorie des graphes. Cette dernière phrase pourra en faire sursauter certaines. Je viens tout juste de recevoir l’évaluation d’une proposition de communication sur le sujet et l’évaluateur plaide pour un rejet – mon résumé est peu clair et en mauvais anglais, le rejet est amplement justifié pour de simples raisons d’intelligibilité – et écrit notamment : « If the author’s intention is to question – even to reject – the connection between network analysis and graph theory, the paper should be rejected since such a claim is simply senseless and can be rejected by the simplest textbook of network analysis. » Soit pour les non anglophones : « Si l’intention de l’auteur est de remettre en question – voire de rejeter – le lien entre l’analyse de réseau et la théorie des graphes, l’article doit être rejeté car une telle affirmation est tout simplement insensée et peut être rejetée par le plus simple des manuels d’analyse de réseau. » Cette personne a très bien compris ce que je tente de faire : montrer que l’analyse de réseau dans plusieurs disciplines existe avant la théorie des graphes et lui emprunte fort peu. Mais revenons à la lecture attentive des textes clés ou considérés ainsi.

En revenant sur certains textes, je me suis enfin rendu compte que je ne parvenais pas à les lire. Lorsque par exemple, je lis l’article du psychologue Alex Bavelas daté de 1948 et intitulé « A Mathematical Model for Group Structures », article passionnant proposant des mesures sur les relations entre « régions » au sein d’un système de « cellules », je peux certes noter que l’article ne fait référence ni à la théorie des graphes ni à la sociométrie de Jacob Moreno et qu’il utilise un vocabulaire qu’on retrouvera tant en analyse de réseau qu’en théorie des graphes (chaîne, distance, chemin, longueur d’un chemin, plus court chemin, etc.). Mais lorsque j’arrive page 21 et que commence un raisonnement mathématique plutôt simple au départ (inégalité triangulaire) mais qui se poursuit ensuite sur plusieurs pages, je ne lis plus, je saute les paragraphes les uns après les autres.

La seule solution que j’ai trouvée consiste à traduire ces textes de A à Z. J’ai commencé à y réfléchir l’été dernier, je lisais alors l’ouvrage de Karel Kansky, 1963, Structure of transportation networks, ouvrage que j’ai déjà parcouru x fois et je réalisais qu’il était plus complexe que dans mon souvenir. Et que ce serait une bonne idée de le traduire. Et je me suis fait la même réflexion avec des articles d’Alfonso Shimbel, de Z. Prihar, de William Garrison, et bien d’autres encore. En septembre, j’ai proposé au noyau dur du groupe fmr de lancer une collection « textes » qui présenterait de vieux textes et en fournirait une version bilingue et commentée. Nous avions déjà évoqué les traductions au sein du groupement de recherche Analyse de réseaux en SHS mais le chantier n’avait jamais abouti, à la fois par difficulté à stabiliser un corpus intéressant les différentes disciplines impliquées et par refus de ma part de négocier quoi que ce soit avec les éditeurs détenant les droits de ces vieux textes dont certains sont encore aujourd’hui inaccessibles sans payer 30 ou 40 US$. Heureusement, il y a Sci-Hub. Mille mercis, et je n’exagère pas, à Alexandra Elbakyan.

Le temps universitaire est parfois long, surtout quand les consignes débiles et les protocoles sanitaires de la même eau se succèdent et changent de semaine en semaine. Chacune a son calendrier, ses priorités, ses recherches en cours. Il me semblait pourtant important d’injecter dans ce processus égoïste – je traduis ces textes parce que j’en ai besoin pour le volume inédit de mon HDR – un minimum d’échanges et de collectif. Et la création d’une collection « textes » paraissait un moyen intéressant pour faire repartir le groupe fmr créé en 2010 et en sommeil depuis quelques années. Nous avons repris le template .tex utilisé pour les synthèses produites entre 2010 et 2013, j’ai créé un nouveau logo (simple, basique) en reprenant la charte graphique du groupe et le chantier a démarré.

L’objectif était de commencer à mettre des textes en ligne fin 2020, le premier l’a été en février 2021. Le processus est toujours le même : prendre le pdf de l’article, le passer en format .txt via un outil disponible en ligne et fourni par Huma-Num, mettre le texte anglais en forme dans le fichier .tex – ce qui me permet, comme les synthèses fmr à l’époque, de progresser en LaTeX -, contrôler x fois la mise en forme puis attaquer la traduction et enfin s’occuper de ce que je vais appeler pompeusement l’appareil critique, à savoir présentation de l’auteur, du texte et commentaires. Le style des textes de départ n’est pas toujours éblouissant et la traduction littérale devient parfois pénible, notamment du fait des répétitions qui visiblement ne posent aucun souci en anglais. Les traductions sont littérales mais légèrement amendées : certaines répétitions sont supprimées, les éventuelles coquilles sont corrigées, certaines phrases sont reformulées afin de sonner un peu moins mal en français.

Il restait une inconnue : est-ce qu’on allait pouvoir déposer ça sur HAL ? Nous n’avons pas contacté les éditeurs pour négocier quoi que ce soit, les auteurs sont morts depuis des années voire des décennies, il nous paraît normal et utile de faire ce travail et de le mettre à disposition. Le premier article déposé a été accepté au bout d’un délai inhabituellement long de deux semaines. Le deuxième texte a été mis en attente, un modérateur de HAL estimant qu’il fallait indiquer le nom de l’auteur original dans les métadonnées relatives aux auteurs du document. En clair, si je traduis un article de Shimbel et le dépose sur HAL, les auteurs du fichier dans HAL seront Shimbel (auteur) et Beauguitte (traducteur). Et si des personnes scrappent les données et les analysent, je vais me retrouver un nombre important de co-auteurs américains décédés… Ce qui n’est au fond pas très grave, un hébergement pérenne nous paraissant important.  Le chantier suit son cours, trois textes sont d’ores et déjà disponibles en ligne, d’autres suivent.

Toutes les illustrations du billet sont extraites de Bavelas, Alex. « A Mathematical Model for Group Structures ». Applied Anthropology 7 (1948): 16‑30. Et, mais vous l’avez déjà compris, sa traduction est en cours et sera prochainement disponible sur la page HAL du groupe fmr.

Aubervilliers, mars 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.