En route vers l’HDR S1E05 – Tourisme académique 1

En temps normal – i.e. lorsque l’on est libre de se déplacer et de se rencontrer – les colloques sont des moments très plaisants de la vie académique. On présente ses travaux, on voit ce que font les collègues et surtout, on retrouve des amies, on rencontre de nouvelles personnes et c’est très agréable. En temps d’autoritarisme sanitaire, chacun chacune est plantée devant sa webcam et c’est d’un ennui sans nom. Bref. Ce billet totalement égocentré s’intéresse aux colloques que j’ai fréquenté entre 2009 et 2019. Il s’agit d’objectiver des éléments de mon parcours tout en proposant des pistes d’interprétation. Ce billet ne prétend nullement épuiser le sujet mais vise à transformer une liste quelque peu rébarbative en figures que j’espère parlantes.

Sur ce carnet se trouve l’ensemble des manifestations scientifiques auxquelles j’ai assisté durant mes dix années de chercheur. Je n’ai retenu que les colloques proprement dit et ai supprimé les séminaires, les journées d’étude et autres workshops. Pour les personnes extérieures à ce petit milieu, quelques définitions s’imposent. Un colloque est un événement ouvert : un appel à communications est diffusé et on répond, généralement avec un texte court (une page, rarement plus). Si on est retenu, on doit s’inscrire – i.e. payer, les colloques sont très rarement gratuits – et le moment venu, on va présenter ses travaux – une présentation dure en général 20 minutes, suivies de 10 minutes de question. Parfois c’est plus court – à Potsdam en 2009, j’avais 7 minutes pour présenter mes recherches. Parfois c’est plus long. Inversement les séminaires supposent rarement des appels à communication : les personnes qui l’organisent choisissent les personnes qui interviennent. J’ai également supprimé les colloques où c’est un ou une des mes coauteures qui a présenté nos travaux (je n’ai jamais mis les pieds à Tel-Aviv ou à Aarhus).

On s’en doute : un colloque peut représenter un budget conséquent. Il faut s’inscrire – et certains colloques demandent quelques centaines d’euros -, se déplacer, se loger, se nourrir. Si on est dans un labo qui a des sous, c’est bien. Si on participe à un programme de recherche, c’est mieux. En 10 ans, j’ai commis 41 présentations dans 31 colloques. La distribution chronologique est la suivante :

Deux à quatre colloques par an, excepté en 2012. Pourquoi ce trou ? Parce que je débute en janvier 2012 un post-doctorat (poste précaire après la thèse et destiné à payer le loyer en attendant un éventuel recrutement) sur un sujet que je ne connais pas (géographie électorale des grandes villes françaises), je passe des mois à lire, des mois à traiter les données et ne commencerai à communiquer sur le sujet qu’en 2013.

Si on s’intéresse à la saisonnalité des colloques, on remarque deux pics, l’un en mars et l’autre plus prononcé en septembre. Les calendriers universitaires expliquent en grande partie cette répartition – je ne prétends évidemment pas que mes habitudes de colloque sont représentatives du calendrier de l’ensemble des colloques mais il y a tout de même des périodes plus favorables que d’autres.

En ce qui concerne la discipline dominante des colloques où je présente mes travaux, il est normal que les années de thèse (2009-2011) soient consacrées en premier lieu à me faire connaître de mes pairs – mon recrutement futur dépend en partie de mon réseau… L’ancrage disciplinaire est plus ou moins fort selon les années mais reste clair. Les forts liens existants avec le groupe Res-Hist explique la présence régulière de l’histoire. La proportion Autres, qui tend à augmenter, est lié à l’évolution des objets d’étude et à la lassitude vis-à-vis de colloques de géographie que j’ai beaucoup fréquenté les années précédentes (cf infra).

En ce qui concerne la localisation des colloques fréquentées, ma thèse se fait à l’UMR Géographie-cités dans le cadre d’un projet européen : chaque fois que je demande si je peux aller à un colloque, ma demande est acceptée. Je voyage donc beaucoup – ce qui est très nouveau pour moi, les déplacements dans mes vies professionnelles antérieures étaient limités à la région parisienne. La part des colloques à l’étranger est nulle depuis 2016 et peut s’expliquer par trois éléments complémentaires : des objets de recherche que je ne sais pas comment « vendre » à l’étranger (Nuit debout, zad de Bure) ; un labo que je décide de quitter rapidement et à qui je ne souhaite pas demander de budget pour des colloques à l’étranger ; l’absence de projets de recherche ou, plus exactement, le fait de favoriser les précaires impliquées dans les projets. Une personne en post-doctorat a plus besoin que moi d’étoffer son réseau.

La carte de potentiel réalisée avec Magrit (formidable outil libre et gratuit de cartographie en ligne) montre que non seulement je communique surtout en France mais que je fréquente les mêmes villes de façon assez nette (Rouen et Paris notamment). Il y aurait moyen de faire des traitements plus riches* sur ces données mais je les réserve pour un billet consacré à l’ensemble des déplacements liés à mes activités de recherche. Suite à une remarque de mon collègue Pierre Pistre, je précise que le fait de calculer un potentiel ici a seulement un intérêt esthétique…

Enfin, le caractère casanier de ma consommation de colloques se retrouve quand on examine les colloques fréquentés : il y a 15 colloques où j’ai mis les pieds une fois et une seule mais j’ai communiqué 4 fois au colloque européen de géographie théorique et quantitative (ECTQG – et j’espère bien pouvoir aller à Manchester en septembre prochain…), 4 fois aux rencontres Réseaux et histoire, 3 fois aux colloques du CIST et au ThéoQuant bisontin. Ce caractère casanier de ma trajectoire se retrouve d’ailleurs dans mes publications ; j’ai tendance à publier dans le même petit périmètre de revues.

Si l’on s’intéresse non plus aux colloques proprement dit mais aux communications, on remarque la part importante des collaborations (23 communications avec au moins un ou une coauteure, 19 seul) excepté les deux premières années de thèse et durant ma courte période Nuit debout/Bure où je présente seul mes travaux. Enfin, concernant la langue utilisée, même si 23 colloques sur 31 se situent en France, les communications en anglais représentent plus de 40% du nombre total de communications (18 sur 42).

Les colloques ne représentent bien entendu qu’une partie des déplacements liés à mon activité de chercheur : s’y ajoutent les cours, les séminaires, les réunions de travail, etc. Un prochain épisode d’En route vers l’HDR sera consacré à l’ensemble de ces mobilités. En attendant de pouvoir un jour peut-être en avoir de nouvelles.

Aubervilliers, 1 février 2021. À suivre.

*voir par exemple les traitements sur les lieux de vie effectués par Anaïs Dubreuil dans sa thèse soutenue en 2020, Les pratiques spatiales quotidiennes durant la transition vers l’âge adulte : trajectoires biographiques et espaces d’activité des jeunes montréalais·es


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.