En route vers l’HDR épisode 3 – Noyade et premier test

Viser large…

Depuis que j’ai la chance d’encadrer des étudiant.e.s – j’adore ça -, je donne systématiquement le même conseil concernant la bibliographie : viser large, ne restez pas cantonné.e à votre thématique, votre discipline et vos choix méthodologiques, variez les plaisirs. Si vous voulez travailler sur la diffusion spatiale du mouvement des Gilets jaunes (bon courage) avec un attirail quantitatif conséquent, lisez bien sûr le papier de Pierre Blavier et d’Etienne Walker mais lisez également Ceux qui restent de Benoît Coquard – certes, c’est de la sociologie très qualitative et les gilets jaunes y sont périphériques mais ça vous donnera des idées. Si vous traitez un gros volume de données relationnelles nativement numériques avec des données manquantes (bonjour Twitter), lisez donc les articles d’Isabelle Rosé concernant la reine Emma (vers 890-934) ou Le pouvoir au village de Giovanni Levi – dans les deux cas, gros volume de données relationnelles et plein de données manquantes. Et je pourrais multiplier les exemples. L’objectif n’est évidemment pas de tout lire mais d’être surpris.e par des approches, des méthodes, des tentatives pour produire de la connaissance auxquelles on n’aurait jamais pensé si on était resté dans son pré carré disciplinaire et thématique.

Figure tirée de Blavier et Walker, 2020 – en ligne

…et se noyer

Si je donne ce conseil, c’est bien évidemment que je le suis depuis le début de mes activités de recherche. Mon mémoire de M1 m’a permis de lire des dizaines d’ouvrages d’histoire, ma thèse des centaines d’articles de science politique et si l’analyse de réseaux continue à m’amuser après dix ans de fréquentation assidue, c’est notamment parce qu’elle me permet de faire de grandes virées bibliographiques hors de ma discipline, que ce soit en sociologie, en physique ou en biologie (liste non exhaustive).

J’expliquais dans mon billet précédent la méthode utilisée : “je fonctionne par boule de neige en amont et en aval, jusqu’à saturation”. Ceci concernant la seule analyse de réseaux en géographie dans les années 1960. Où, après près de six mois de bibliographie intensive, je commence à lire chaque jour un tout petit peu plus d’articles que je n’en télécharge… Mais bien évidemment, d’autres questions surgissent : est-ce qu’on appelle ça un paradigme, une matrice disciplinaire, un programme de recherche ? Quelle est sa place dans la science géographique et est-ce que la géographie est une science et si oui, quelles sont ses théories et comment définir une théorie ? Oui, j’ai lu beaucoup d’épistémologie, d’histoire et de philosophie des sciences ces trois derniers mois. Avec un niveau de compréhension très variable de ma part.

https://www.flickr.com/photos/hbwml/2131895362 (détail)

Et le résultat tout à fait prévisible après six mois de recherche bibliographique ? Je suis noyé. Je ne sais plus quoi lire ou plus exactement je ne sais plus par quel fichier attaquer ce dossier qui enfle de jour en jour. Il m’arrive d’ouvrir un article, de saisir sa référence dans Zotero, de lire 3 pages puis de réaliser que je n’ai rien retenu. Je fais défiler les pages et je n’imprime rien. Je sais que c’est normal (ici je voulais signaler un thread twitter très chouette sur ce sujet, que j’ai vu passer la semaine dernière et je viens de perdre une heure à le chercher sans succès…). Je savais que c’était prévisible. Il y a tellement à lire que ce n’est tout simplement pas possible – et encore, je ne lis guère que le français, l’anglais, l’espagnol et parfois l’italien… Que faire dans ces cas là ? Une pause dans les lectures et commencer à tester des bricoles…

Tout premier test

L’une des hypothèses qui sera au cœur du volume inédit est que, contrairement à ce qu’on lit dans tous les manuels, les “programmes de recherche” d’analyse de réseaux, en géographie comme dans les autres disciplines, ne sont pas issus de la théorie des graphes. Pour une raison assez simple (autre hypothèse) : la théorie des graphes n’existe pas encore en tant que champ identifiable lorsque ces programmes de recherche se mettent en place dans les années 1950. Ou plus exactement, la théorie des graphes se construit comme domaine autonome en même temps que se construisent ces programmes de recherche d’analyse de réseaux en sociologie, en anthropologie, en écologie, en géographie, etc.

Un des moyens envisagés pour tenter de consolider ces hypothèses est l’examen des références bibliographiques – moyen très classique, très souvent utilisé et depuis longtemps, ce qui signifie aussi que j’ai une tonne de livres et d’articles à lire à ce sujet…

L’objectif ici n’est pas de révolutionner l’approche des citations scientifiques mais, comme souvent sur ce blog, de montrer la cuisine de la recherche en train de se faire.

Je prends l’ouvrage collectif suivant : Chartrand, G., et Kapoor, S. F. The Many Facets of Graph Theory. Proceedings of the Conference held at Western Michigan University, Kalamazoo. Berlin: Springer-Verlag, 1968. L’ouvrage paraît à un moment où la théorie des graphes est bien installée dans le paysage mathématique. Il se compose de 32 chapitres dont seuls les deux derniers s’éloignent un peu des mathématiques pour aborder des applications dans d’autres disciplines. Je récupère pour chaque chapitre l’ensemble des références bibliographiques, je garde uniquement les initiales et noms ainsi que la date, je recode un petit peu (on peut trouver Ronald K. Hamelink, R.K. Hamelink et R. Hamelink dans le pdf) et je fais quelques mesures de base : distribution du nombre de références (de 0 à 86 références par chapitre), personnes les plus citées, distribution chronologique des citations et amplitude chronologique de ces citations (écart entre la plus récente et la plus ancienne), test entre le nombre de références et l’amplitude (a priori, plus il y a de références et plus cette amplitude augmente). J’avais prévu de tester des bricoles sur l’auto-citation et de mettre au point un indice qui pourrait s’appeler l’indice du melon (nom provisoire) mais ce sera pour une fois prochaine.

Si mon hypothèse n’est pas totalement absurde, je dois trouver très peu de références, quels que soient les auteur.e.s, avant 1950, beaucoup après, et des amplitudes chronologiques faibles.

Les graphiques ci-dessous montrent la distribution chronologique, le lien entre nombre de références et amplitude chronologique (avec une erreur que je ne m’explique pas encore, je maîtrise mal le tidyverse) et enfin les auteur.e.s les plus cité.e.s (seuls celles et ceux cité.e.s plus de deux fois sont représenté.e.s). Mais d’abord quelques remarques et compléments. Il y a au total 400 références différentes : 14 sont datées de 1969 (soit un an après la date de l’ouvrage), 3 sont notés submitted for publication et 45 notés to appear – ça paraît beaucoup mais il faudra évidemment comparer à d’autres ouvrages du même type (actes de colloque) pour vérifier. 212 personnes différentes sont citées dans l’ouvrage mais 120 ne sont citées qu’une seule fois. De façon assez inattendue, le premier manuel (en allemand) de théorie des graphes (König, 1936) n’est cité que par un seul auteur, et Claude Berge (auteur du premier manuel traduit en anglais en 1962) n’est cité que dans 3 chapitres. Les travaux d’optimisation des flux de Ford et Fulkerson sont également peu cités (3 occurrences). Le lien entre nombre de références et amplitude chronologique fonctionne plutôt bien. La distribution chronologique montre certes une jolie progression à partir de 1955 mais c’est moins net qu’espéré.

Plein d’autres traitements seraient possibles mais ce sera pour une prochaine fois et avec un corpus plus large.

Aubervilliers, 20 novembre 2020 – à suivre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.