GDR3771 – Fin de partie

Il aurait été logique de publier le billet ci-dessous sur le carnet du GDR. Le carnet du GDR étant celui d’un collectif, il m’a paru plus opportun de le faire ici : les propos qui suivent n’engagent que moi. La pertinence de leur mise en ligne n’est sans doute pas totalement évidente…

Ceci n’est pas le  bilan du GDR3771 Analyse de réseaux en SHS, le bilan chiffré, mis en tableaux et en images, où l’on raconte à longueur de pages qu’on n’a pas tout réussi mais que quand même, on a fait du bon boulot dans l’ensemble – ce dont je suis par ailleurs persuadé. Non, ici il s’agit plus modestement de donner quelques éléments qui je l’espère pourront être utiles aux personnes qui se lanceront dans l’aventure GDR prochainement.

Dans le dossier demandant la création du GDR, Serge Lhomme et moi demandions 5 000 euros par an pour 4 ans, soit 20 000 euros au total pour 4 ans (j’ai appris l’année dernière seulement que le GDR était censé durer 5 ans…). La somme nous semblait suffisante pour ce que nous souhaitions faire. On a reçu 20 000 euros par an de 2016 à 2019 et 16 000 euros cette année – dernière année du GDR. Ça nous a permis de faire beaucoup plus de choses que prévu (financer des précaires pour des colloques en France et à l’étranger par exemple – cf le vrai bilan à venir) mais nous n’avions pas besoin de telles sommes. Chaque année, nous avons rendu de l’argent à l’INSHS (Institut National des Sciences Humaines et Sociales). Dans l’audit réalisé en décembre 2019, et dont j’ai appris l’existence a posteriori, on peut lire en rouge les phrases suivantes « Les reprises de crédits en Subvention d’État en fin d’exercice sont très importantes au regard du montant de la subvention reçue par le laboratoire. Un travail doit être réalisé par l’unité pour pallier à cette sous-consommation ». En fait non. On n’a jamais eu besoin de sommes pareilles, on ne les a jamais dépensées, point.

Recevoir 20 000 euros d’argent public suppose d’en justifier l’utilisation. Chaque année jusqu’en décembre 2018, j’envoyais courant décembre un court descriptif des actions réalisées par le GDR dans l’année avec les coûts associés à l’INSHS.  Je ne sais pas si quelqu’un a reçu ces mails. Si quelqu’un les a lus. Je n’ai jamais reçu la moindre réponse. Sans doute aurais-je pu insister davantage. Téléphoner. Trouver l’interlocuteur.trice adéquat.e. J’ai cessé en 2019 d’envoyer ces mini-bilans annuels.

Dépenser l’argent suppose 1. de le recevoir et 2. d’avoir une personne compétente pour le gérer. En 2018, l’UMR IDEES où j’étais alors affectée s’est retrouvée sans gestionnaire. Pendant 8 mois. Pendant 8 mois, le GDR était au point mort et il ne m’a donc pas été possible d’organiser l’école de Cargèse – merci à l’équipe toulousaine d’avoir pris le relais & mention spéciale à Marie-Ange Parisot pour sa redoutable efficacité. L’INSHS a reporté l’argent non dépensé au budget de l’année suivante.

En janvier 2019, je suis affecté à l’UMR Géographie-cités à Paris. Le GDR, pour une raison que j’ignore, reste à Rouen. Les crédits sont versés à la délégation Normandie et il faudra 5 mois et x courriers pour que les crédits puissent être récupérés. En 2020, je suis toujours à Paris et les crédits sont à nouveau affectés en Normandie… Le temps de les récupérer (début avril), le confinement a commencé et toutes les activités prévues (formation à Lille en juin, rencontres Réseaux et histoire et formation à Aix en octobre) sont annulées (Lille) ou reportées (Aix).

Alors, quand le 26 mars dernier, je reçois le mail suivant 

DG

je décline en argumentant un peu – et en me trompant de date pour l’absence de gestionnaire.

La nouvelle directrice adjointe scientifique à l’INSHS en charge des réseaux m’a aussitôt proposé un rendez-vous téléphonique – je l’en remercie – et je n’ai pas donné suite – je m’en excuse. J’étais confiné, tous les papiers du GDR étaient dans mon bureau. De plus, le GDR s’achève cette année, l’année 2020 sera une année blanche et je n’ai pas grand chose à ajouter. J’ai encore un bilan à produire. Je ne sais pas à qui l’adresser ni qui le lira mais il sera accessible sur le blog du GDR évidemment.

Bon, ça peut sembler amer tout ça. Ça s’inscrit dans un contexte politique et académique un peu spécial (confinement, LPPR, universités fermées, novlangue gouvernementale, etc.). Aux personnes qui se lanceront : le budget d’un GDR ne permet de payer ni salaire ni matériel (ce n’est pas fait pour ça) mais ça reste des sommes confortables pour se réunir, échanger, se déplacer, organiser des séminaires, des conférences, des formations, etc. Personne ne vous demande rien, vous pouvez faire ce qui vous semble pertinent et c’est très bien ainsi. Je recommande juste d’éviter les mobilités. Ou de prévenir l’INSHS (ou l’IN2I) des mois auparavant afin que l’argent arrive au bon endroit…

Paris, le 27 juillet 2020 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.