En route vers l’HDR, épisode 2 (septembre 2020)

Lire, lire, lire

Je fonctionne toujours de la même façon : lorsque je commence à travailler sur un sujet, je lis. Beaucoup, longtemps, tout ce qui me tombe sous la main et qui a un rapport plus ou moins lointain avec le sujet en question. Ayant décide de me lancer dans l’HDR, j’ai commencé par lire… des HDR. Des HDR de membres présents ou passés de mon labo et de ma discipline (par ordre alphabétique Arnaud Banos, Myriam Baron, Clarisse Didelon-Loiseau, César Ducruet, Renaud Le Goix, Frédéric Santamaria, Camille Schmoll, Julie Vallée, Christine Zanin), que leurs objets de recherche soient proches ou non des miens. Des HDR de complices scientifiques de plus ou moins longue date, géographe (Yann Richard) ou non (Christophe Prieur, Marta Severo). Des HDR de géographes trouvées sur HAL (Virginie Baby-Collin, Francine Barthe-Deloizy, Corinne Luxembourg, Samuel Rufat, Eric Verdeil) et celle d’un archéologue trouvée également sur HAL (Pierre Garmy). Merci aux personnes ayant mis leur HDR en ligne, merci aux personnes qui ne l’ont pas encore fait (qu’attendez-vous ?) mais ont accepté de me transmettre leur manuscrit.

Atkinson G., 1949, The Sociogram as an Instrument in Social-Studies Teaching and Evaluation. The Elementary School Journal, 50(2): 74-85.

Dix-huit habilitations à diriger les recherches donc, lues avec attention, pour arriver à une conclusion simple : il est possible de faire à peu près ce que l’on souhaite, qu’il s’agisse du volume inédit ou du volume consacré au parcours et au choix des publications. Je m’en doutais un peu mais il est toujours bon de vérifier. On peut lister les cours effectués comme on établirait une liste de courses ; on peut faire une description sensible et passionnante de la construction d’un cours (Camille Schmoll) ou partager ses difficultés à faire lire des textes lors de TD (Renaud Le Goix, j’ai toujours eu le même problème). On peut se gargariser d’avoir encadré plus de 50 mémoires de M1 en moins de 10 ans sans jamais expliciter comment se fait cet encadrement, ce qui fonctionne, ce qui fonctionne mal, ce qui a évolué. On peut être très pudique sur les liens entre recherche et vie privée, on peut l’être moins. Ce qui est certain, c’est qu’en lisant, on sent très bien si on a envie de discuter avec cette personne ou non. En d’autres termes, que la personne livre ou non des morceaux de son intimité, lire son HDR permet de la connaître un peu mieux.

Runner J. R., 1937, Social Distance in Adolescent Relationships. American Journal of Sociology 43(3): 428-39

J’ai lu (et continue à lire) des thèses. Parce que c’est le seul moment où il est possible d’écrire longuement sur un sujet, en présentant ce qui marche et ce qui ne marche pas, en se frottant aux concepts et aux méthodes. Il est des thèses très (trop) classiques, d’autres bancales mais avec des moments lumineux (mention spéciale à la thèse de Sébastien Rey-Coyrehourcq soutenue en 2015, le titre est atroce, la table des matières fait peur et pourtant je la recommande chaudement, notamment pour les deux entretiens placés en annexe, un pur bonheur de lecture pour quiconque s’intéresse aux débuts de l’informatique dans les sciences sociales), d’autres brillantes, mais j’apprends toujours plus en lisant une thèse qu’en lisant un « article scientifique ». Ce dernier est forcément court, présente ce qui marche et tait le reste, ne permet que rarement l’explicitation et la discussion du cadre théorique choisi, bref, l’article me laisse trop souvent sur ma faim. Y compris et surtout lorsque j’en suis l’auteur… Je peux à nouveau consacrer des mois à ne faire que lire et réfléchir aux trois-quatre mêmes questions, ça ne m’était pas arrivé depuis la thèse et c’est un plaisir rare. Il est vrai que si je ne changeais pas d’objet d’étude tous les deux ou trois ans, je pourrais sans doute avoir une démarche légèrement plus cumulative dans mes lectures – j’aborderai ce point dans le volume 2 de mon HDR…

Chesnais M., 1975, Géographie des transports et analyse régionale, L’Espace géographique, 4(3): 183-95

Enfin et surtout, je lis des articles et des manuels datant de la création des méthodes d’analyse de réseaux dans les différentes disciplines, qu’il s’agisse de la sociométrie, de l’optimisation des flux, de l’analyse des réseaux de communication ou d’infrastructures. Il y a un certain nombre d’articles que je relis – je m’intéresse à l’analyse de réseaux depuis une petite dizaine d’années maintenant, j’ai quelques références en tête – et je fonctionne par boule de neige en amont et en aval, jusqu’à saturation. En clair, je prends un article « classique » dans ma discipline – mettons le Shimbel, 1953, Structural parameters of communication networks paru dans The bulletin of mathematical biophysics 15.4, pages 501-507. Je regarde quels sont les articles cités (une seule référence, Shimbel, 1951), je me procure cet article et je regarde quels sont les articles cités – méthode boule de neige en amont donc. Et en aval, je regarde qui cite cet article (via Persée, JSTOR, Cairn, Google scholar). Tout n’est évidemment pas accessible – et certains articles et ouvrages sont trop cités pour que je puisse tout lire… – mais grâce à des portails précieux comme sci-hub, Lib-gen ou zlibrary, il est possible de retrouver beaucoup de choses. Oui, ce sont trois portails pirates : sci-hub pour les articles, Lib-gen pour les ouvrages et zlibrary pour les deux. Mais sans eux, j’aurais eu un mal fou à me constituer la collection de documents qui va servir de base à mes analyses. Sans eux, j’aurais été contraint de choisir une autre approche.

Cook, L. A. (1945). An experimental sociographic study of a stratified 10th grade class. American Sociological Review, 10(2), 250-261

Lire et traduire

J’ai lu des HDR – j’ai compris le fonctionnement, je n’en ai pas d’autres sur ma liste mais je relirai celle de CR pour le fun -, j’ai lu et lis des thèses – mettez-les en ligne svp, on a envie de vous lire in extenso, pas dans une version expurgée dans une collection d’ouvrages universitaires quelconque, introuvable et hors de prix – et je lis depuis des mois et pour quelques mois encore des articles et ouvrages parus entre 1940 et 1970 (fourchette approximative). Je lis et certains textes m’échappent. Je pense par exemple aux auteurs des années 1950-1960 ayant travaillé sur l’optimisation des flux (Dijkstra, Ford, Fulkerson, Kruskal, etc) ; je lis leurs papiers (très courts en général) et je ne comprends pas. J’ai donc commencé à les traduire. Ce qui permet de découvrir par exemple que le vocabulaire est fluctuant d’un auteur à l’autre (Kruskal appelle loop ce qu’on appellerait aujourd’hui un cycle). Que les termes et définitions utilisés méritent d’être examinés de près. Alors bien entendu, traduire ces textes va prendre du temps mais là encore, ceci est un effet secondaire positif de cette aventure. Surtout qu’il est fort possible que ce chantier traduction permettre la relance du groupe fmr

Aubervilliers, 1 septembre 2020 – à suivre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.