En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020

C’est quoi une HDR ?

HDR signifie Habilitation à diriger des recherches. Dans le système académique français, il est nécessaire d’avoir son HDR pour concourir pour un poste de directeur.trice de recherche (DR) ou de professeur.e d’université (PU)*. Cela permet également de diriger des thèses – ceci explique que certaines personnes maîtres de conférence (MCF) précisent sur leur cv MCF – HDR. Cela signifie en clair, « je n’ai pas encore décroché de poste de prof (il y en a peu) mais je peux encadrer votre thèse. »

Cela varie selon les disciplines mais en géographie, une HDR est sensée être composée de deux volumes. Le volume 1 correspond à la position et au projet scientifique ; le volume 2 correspond à un cv détaillé suivi d’une sélection de publications. Le volume 1 est aussi appelé inédit. Selon la section 23 du CNU (Conseil national des universités, section géographie physique, humaine, économique et régionale), ce volume permet « une mise en perspective de travaux de recherche et d’une production scientifique pour montrer l’apport à une ou des disciplines dans un contexte national et international. »

L’HDR est donc en France une étape indispensable pour pouvoir espérer progresser au niveau professionnel. C’est également pour reprendre l’expression d’un collègue professeur d’université « un permis de tuer ». Il arrive régulièrement que des personnes toxiques soutiennent leur HDR avant de pourrir la vie de leurs doctorant.e.s. N’insistez pas, je ne donnerai pas de nom…

Pourquoi maintenant ?

J’ai enfin eu l’opportunité cette année d’encadrer des éudiant.e.s de master et j’ai adoré ça. Diriger ou plutôt co-diriger une thèse m’amuserait beaucoup. Je suis sceptique quant à mes chances de décrocher un jour un poste de DR (il y a un à deux postes par an et mieux vaut avoir à son palmarès des contrats de recherche type ANR ou ERC pour espérer arriver en tête) mais avoir mon « permis de tuer », ce serait bien.

C’est également l’opportunité de faire une pause dans la course à la publication. J’ai parfois l’impression d’avoir trop écrit et pas assez approfondi. Que j’ai pu par exemple publier deux articles sur les scènes metal sans citer la formidable thèse de Sophie Turbé** m’apparaît avec le recul problématique. Certes, on ne peut jamais tout lire et tout citer mais écrire moins et mieux me paraît un objectif intéressant.

Extrait de la thèse de Sophie Turbé, 2017, p31

Première étape : choisir la garante

En thèse, on a un directeur ou une directrice de thèse ; lorsqu’on prépare son HDR, on a un.e garante. Il y a x critères permettant d’expliquer le choix de la garante : affinités personnelles, compétences thématiques, stratégie professionnelle à moyen terme et j’en oublie. Clarisse Didelon-Loiseau a accepté d’être ma garante dans cette aventure qui va occuper la majeure partie de mon temps dans les deux années à venir et je l’en remercie.

Je l’ai croisée une première fois en 1998. J’entamais un M1 à Paris 7 avec une licence validée aux 4/5 (il me manquait une UE de télédétection, je n’ai jamais pu assister aux cours) avec le projet de faire un mémoire sur le vote FN en Alsace. J’étais aide-soignant, intérimaire, je n’ai pas réussi. J’ai repris mes études*** en 2006 et j’ai eu Clarisse Didelon (non encore Loiseau) lors de deux séances d’un cours sur la mondialisation de Claude Grasland et Christian Grataloup.

Notre parcours scientifique a réellement convergé en septembre 2008 lorsque Claude Grasland m’a recruté comme project manager sur le projet EuroBroadMap qu’il coordonnait avec Clarisse Didelon devenue MCF au Havre. J’ai adoré travailler avec elle. Et je suis ravi de refaire un bout de chemin en sa compagnie. Elle n’est pas la spécialiste de ce que je vais travailler dans mon volume 1 mais elle saura me pousser dans mes retranchements et surtout me dire quand je fais fausse route.

Calendrier

J’aimerais soutenir à 50 ans – 10 ans après la thèse. Je compte appliquer les conseils de mon directeur de thèse Christian Grataloup : les 8 premiers mois, partir dans tous les sens ; les 8 mois suivants, faire ce qui marche et enfin, les 8 derniers mois, écrire. Pour une thèse, remplacer 8 mois par un an. J’avais suivi ses conseils, ça avait plutôt bien marché.

Paris, 6 août 2020 – à suivre

*En fait, c’est un petit peu plus compliqué ; il faut soutenir son HDR dans une discipline donnée puis demander à la section CNU correspondante sa qualification pour pouvoir ensuite concourir à un poste de PU. Le même processus a lieu après la soutenance de la thèse pour pouvoir concourir à un poste de MCF. Les sections CNU jouent donc un rôle important de définition, à un moment t, du champ et des frontières d’une discipline.

** Cette thèse de sociologie – avec des emprunts affichés à la géographie – intitulée Observation de trois scènes locales de musique métal en France : pratiques amateurs, réseaux et territoire et soutenue en 2017 mêle avec brio observation participante, enquête et cartographie de données numériques ; elle me paraît une lecture indispensable à toute personne travaillant sur la production culturelle au sens large – que l’on soit ou non intéressé.e par la musique metal importe peu.

*** Je ne suis pas certain que cette trajectoire soit encore possible aujourd’hui. Lorsque j’ai fait mon M2 (il s’appelait Carthagéo recherche alors), il y avait deux jours de cours par semaine ; les autres jours, je travaillais ou je m’occupais de mon fils qui n’avait pas de place en crèche. C’était serré niveau budget mais c’était possible. Dans le M2 Géoprisme aujourd’hui, il y a cours cinq jours sur sept. Le message aux salarié.e.s est clair : on ne veut pas de vous. C’est un choix des équipes enseignantes et il est permis de le regretter.


Une réponse sur “En route vers l’HDR, épisode 1 – août 2020”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.