En route vers l’HDR, épisode 4 (déc 2020) – en boucles et en tandems

L’analyse de réseaux et moi, ça dure depuis un petit moment. Alors que je zappe allégrement d’un thème à l’autre – l’Assemblée générale de l’ONU, la géographie électorale, le Conseil des droits de l’homme, l’actualité internationale, Bure, Nuit debout, les scènes musicales d’extrême-droite, la musique metal, plus toutes les incartades fugitives liées aux projets et aux amitiés scientifiques – je fréquente depuis 10 ans les territoires pluri-disciplinaires de l’analyse de réseaux. Je l’utilise somme toute assez peu dans mes travaux, hormis parfois à des fins d’illustration, mais je l’enseigne souvent, j’y lis beaucoup, et j’ai eu la chance d’organiser un certain nombre d’événements scientifiques sur le sujet avec des personnes qui me sont devenues très chères. Au programme de l’épisode 4 : boucles temporelles et duos scientifiques et amicaux, 2010-2020.

Structure des diplomaties fortes dans le monde. Extrait de Beauguitte, L., & Didelon, C. (2011). Structures spatiales des relations diplomatiques mondiales. Dixièmes Rencontres de Théo Quant.

L’un des privilèges inouïes de la recherche (même si ça ne devrait plus durer très longtemps grâce aux ânes qui prétendent nous gouverner), c’est de rencontrer des gens avec qui on s’entend bien et de faire des choses rigolotes ensemble. Je n’aurais pas eu la même trajectoire sans Céline Rozenblat et César Ducruet. Le 3 février 2010, je me rends à une journée d’études organisée par la première, notamment pour assister à la présentation d’Emmanuel Lazega. J’avais déjà croisé César auparavant mais, de mémoire (je peux me tromper, je ne tiens plus de journal détaillé depuis des décennies), c’est la première que nous échangeons longuement que ce soit sur la paternité, la recherche ou les réseaux. On discute réseaux et on se rend compte qu’on ne se comprend pas. On travaille tous deux sur des réseaux internationaux mais lui parle communautés et moi cliques, il parle de clustering coefficient et moi de transitivité. Il est venu à l’analyse de réseaux via les physiciens, moi je ne connais alors que la Social network analysis et le manuel de Wasserman et Faust. Dans les semaines qui suivent nait l’idée du groupe fmr (flux, matrices, réseaux) dont la première réunion se tient dans les anciens locaux de Géographie-cités, rue du Four, Paris 7, le 26 octobre 2010. Ce groupe a eu pour moi une importance majeure en donnant une visibilité certaine à nos travaux, d’abord via les synthèses produites chaque mois et mises dans une collection sur HAL, puis grâce au carnet de recherche sur hypotheses – suite à une suggestion fort pertinente de la collègue et amie Marta Severo. Seul, je me serais intéressé à l’analyse de réseaux, j’aurais commis quelques tutoriels mais guère plus. Grâce à César et aux personnes qui constitueront le premier noyau dur du groupe (Françoise Bahoken, Matthieu Drevelle, Serge Lhomme, Marion Maisonobe), j’ai commis beaucoup plus que prévu. Merci à vous.

Extrait de Beauguitte, L., Severo, M., & Pecout, H. (2016). Une analyse géomédiatique de l’actualité internationale: hiérarchies et effets de voisinage. LEspace geographique, 45(2), 124-141.

La production continue de ressources, de tutoriels, de billets de blog, de supports de courts a fini par être visible y compris hors de ma discipline. En 2013, année où je digère mal un premier échec au concours CNRS et qu’une collègue en poste, vexée sans doute que je sois sceptique sur la pertinence de certains de ses travaux, ne cesse de me mettre des bâtons dans les roues (j’euphémise, cette personne cherche à me rayer du paysage, il n’est pas certain que je raconte cette histoire un jour), l’invitation de Pierre Mercklé d’intervenir au Quantilille 2013, la rencontre des piliers du groupe Res-Hist (Réseaux et histoire) à Nice et l’invitation des physicien.ne.s du séminaire Complet networks permettent d’élargir mes perspectives et mes réseaux. Aussi, lorsque deux ans plus tard avec Serge Lhomme, nous lançons l’idée d’un groupement de recherche pluri-disciplinaire sur l’analyse de réseaux en SHS, nos réseaux personnels sont devenus suffisamment riches pour que le projet aboutisse sans encombre. Si les circonstances ont changé – nous ne sommes plus en thèse mais en poste, nous passons du groupe informel à la structure CNRS -, l’importance du tandem reste. Seul, je n’aurais pas osé démarcher les personnes pour créer ce GDR. Seul, je passe trop de temps à douter pour réussir à avancer de façon efficace. Sans Hugues Pecout, je n’aurais pas travaillé sur la base metal-archives ; sans Marta Severo, je n’aurais pas proposé de session sur les luttes de territoire au CIST ; sans Myriam Baron, je n’aurais pas animé des sessions sur les réseaux lors de 3 colloques européens successifs de géographie quantitative. Et je pourrais prolonger la liste encore et encore.

Beauguitte, L., & Severo, M. (2019). Luttes de territoire: enjeux spatiaux et représentations sociales. L’Espace Politique (37).

En 2021, le GDR s’arrête et le groupe fmr devrait repartir avec un nouveau projet. En 2020 je retourne vers les articles et ouvrages d’analyse de réseaux en géographie que j’avais étudié il y a 7 ou 8 ans. Je reviens sur mes pas. Si je retourne aujourd’hui sur ce terrain, c’est en grande partie grâce à deux personnes que je connais un petit peu mais avec qui je n’ai jamais dû discuter plus de 5 minutes consécutives. Denise Pumain tout d’abord. Nous avons eu un court échange il y près de 10 ans – ce devait être au printemps 2011 – à propos des indices mis au point par Kansky dans sa thèse en 1963. Je lui disais que ces indices étaient totalement inconnus en dehors de la géographie, elle m’a répondu en substance que pourtant ça venait de la théorie des graphes. Le 28 octobre 2019, Bernard Ellisalde me contacte par mail pour me demander un article sur les indices Kansky destiné à l’encyclopédie en ligne Hypergeo. Je creuse, je lis, je n’ai jamais sans doute autant lu pour un résultat aussi bref, et ce que je lis vient nourrir une intuition qui est à la base de mon travail actuel d’HDR : la théorie des graphes fournit un léger vernis terminologique commun à x disciplines (edge, vertex, path, diameter…) mais chaque discipline invente ses indicateurs pour répondre à ses propres questions de recherche. Ce qui n’est que la première d’une série de questions dont lesquelles je grenouille depuis mai dernier. Avec donc un retour à l’analyse de réseaux en géographie, un retour du duo Beauguitte – Didelon-Loiseau mais également un retour sur l’histoire de la discipline que j’avais abordée dans mon mémoire de M1 puis dans l’entretien avec Alain Reynaud.

Premières notes prises le 27 juillet 2020, reprises et transformées en décembre 2020 – Paris, Aubervilliers, à suivre.

Rustine du 5 janvier 2021, Aubervilliers

L’avantage de s’infliger deux heures de marche quotidienne dans un environnement urbain peu attrayant (Couronnes – Campus Condorcet via la porte d’Aubervilliers), c’est que les pensées ont le temps de flotter librement. Et, repensant à ce billet un peu mal fichu, j’ai réalisé qu’il manquait un certain nombre de personnes – séance de rattrapage express.

Nicolas Lambert et Yann Richard sont des complices de longue date, ils étaient impliqués dans le projet EuroBroadMap qui finança ma thèse. Le premier est un ingénieur cartographe enthousiaste et talentueux qui a toujours été partant pour travailler avec moi sur des sujets aussi divers que les élections à Paris, Nuit debout ou les financements liés au projet Cigéo. Le second est mon co-auteur idéal : fiable, ponctuel, bosseur, il sait faire ce que je déteste (les longs états de l’art conceptuels attendus par les revues anglophones) et est toujours emballé par mes bidouilles avec les données. Dans les deux cas, il y a peu d’analyse de réseau, ce qui explique leur coupable oubli ci-dessus.

Il y a les tandems peu solides, quelques collaborations de ci de là mais on devrait pouvoir faire beaucoup plus, en analyse de réseaux avec ma voisine de bureau Marion Maisonobe, ou un vrai bon travail sur les concerts punks avec Timothée Giraud. Je finis mon HDR et on en reparle…

Il y a enfin les duos virtuels, les personnes que j’apprécie humainement et scientifiquement depuis des années et avec lesquelles j’aimerais travailler un jour – l’occasion ne s’est pas encore présentée c’est tout. Lucie Bony, François Briatte, Julie Fen-Chong, Pierre Pistre et j’en oublie évidemment. Sans compter toutes les personnes qui arrivent, qui viennent de soutenir leurs thèses ou sont en train de la terminer, mais il faut leur laisser le temps de trouver une place d’abord – bon courage à vous.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.