Chère collègue, cher collègue, la réponse est non

Chère collègue, cher collègue, tu – on se tutoie ? je tutoie facilement. J’étais aide-soignant dans une vie antérieure (1994-2001) et j’y ai pris l’habitude de tutoyer les collègues. Oui, et je n’étais pas un héros, juste un type avec un boulot crevant et mal payé. Bref. Tu me connais ou tu connais mon parcours ou tu m’as googlé et tu as vu que j’avais bossé sur (rayer la mention inutile) l’ONU, Nuit debout, les zad, les élections, les médias, la musique en ligne et que j’avais quelques notions en (rayer les mentions inutiles) statistiques, analyse lexicale, analyse de réseau. Et comme tu as un projet sur les effets du confinement, tu me contactes pour savoir si ça m’intéressait d’y participer. La réponse est non.

Je n’envoie pas promener les collègues sans raison. J’envoie promener les éditeurs privés quand ils me demandant d’évaluer un article. J’envoie promener les organismes qui me demandent de participer à la xième enquête en ligne, un peu longue certes, mais qui nous aidera à blablabla. Et j’envoie promener mon directeur de délégation régionale quand il veut m’obliger à suivre une formation sur la création de start-up (histoire vécue, Normandie, 2015) . Comme si j’avais choisi le service public en général et le CNRS en particulier pour créer une start-up… Avec les collègues, j’explique.

05 mars 2020

Effet de mode & saturation

Certes, ça va être dur dans les mois qui viennent de résister. Le nombre d’enquêtes et de projets lancés alors même qu’il y a quelques semaines nous étions soi-disant en lutte contre la LPPR (loi pluriannuelle de programmation de la recherche, voir ce précédent billet) le montre. Pour avoir des contrats de recherche, soumettre des dossiers thématiques à des revues, proposer des bouquins, des articles etc., évoquer le confinement et le post-confinement et la résilience des sociétés mondialisées etc. etc., ça va aider. Ce sera un peu comme après l’attentat du Bataclan en 2015. Le président du CNRS de l’époque avait lancé un appel à projets sur la radicalisation : il fallait vite proposer un projet, on obtenait vite l’argent et en contrepartie, il fallait vite arriver à des résultats. J’espère que ça a permis à quelques personnes de faire la soudure entre la fin de thèse et l’obtention d’un poste, que des personnes ont pu faire du tourisme académique dans de bonnes conditions, ça n’a pas dû avoir beaucoup plus d’impact. Pourquoi ? Parce que la recherche, ça prend du temps. Parce qu’aller vite, c’est le meilleur moyen de poser des questions convenues et d’y apporter des réponses attendues – la recherche lente et convenue existe aussi, évidemment. C’est un peu comme les tribunes dans la presse ou les chaînes d’information en continu : quand trop de personnes se mettent à parler sur le même sujet en même temps, l’effet de saturation finit par créer une doxa qu’il devient presque impossible de contrer (exemple : le confinement a sauvé x milliers de vie). Je refuse de participer à ce barnum scientifique mais j’ai confiance, je connais des personnes qui feront des recherches super intéressantes là-dessus parce qu’elles sauront poser des questions pertinentes.

13 mars 2020

Chercheur en télétravail, chercheur au travail ?

Je vais partie des privilégiés qui en théorie peuvent télétravailler. En théorie, j’ai juste besoin d’un ordinateur correct et d’une connexion internet correcte elle aussi. En réalité, j’ai besoin d’un bureau calme avec mes livres, mes revues, ma documentation. J’ai besoin de collègues avec lesquels discuter, échanger, prendre un café. J’ai besoin de pouvoir bosser des heures sans être interrompu. Ce que je n’ai pas dans notre appartement parisien – oui, je suis bien entendu resté à Paris avec femme et enfant. Ça fait des semaines que je bosse au ralenti. Que mes idées d’articles, de manuel, que mes projets sont au point presque mort. La seule activité professionnelle que je parviens à garder à peu près intacte concerne l’encadrement des étudiant.e.s. Le reste peut attendre. Et il faudrait que je me rajoute des projets alors que je n’avance pas sur les miens ? Désolé mais non.

30 mars 2020

Un objet subi qui m’intéresse peu

J’ai choisi de ne pas bosser sur les gilets jaunes, alors qu’il s’agit pour moi du mouvement social le plus important depuis mai 1968, parce que j’avais x projets en cours. Et parce que je vis à Paris où, hormis les samedis, ce mouvement avait peu d’espaces où agir. Et parce que je n’avais pas non plus envie de devoir subir à nouveau les centaines d’articles de presse honteux et de déclarations politiques scandaleuses sur ce mouvement. Alors bosser sur le confinement alors que ça ne m’intéresse pas du tout, pas question. Le confinement me terrifie, me scandalise, m’agace, me fatigue, impacte tous les instants de ma vie familiale mais je ne trouve pas que ce soit « intéressant ». Pareil pour le « monde d’après » qui devrait ressembler comme une goutte d’eau au monde d’avant avec plus de pauvres et plus de surveillance. J’ai pris quelques mois après l’attentat du Bataclan la décision de ne plus travailler que sur ce qui m’intéressait. C’est le privilège du chercheur CNRS, j’assume.

21 avril 2020

Quelques petites questions quand même…

Il est évident que ce moment pose, en France et ailleurs, une multitude de questions. Pour se limiter au cas que je connais le moins mal : l’infantilisation permanente du citoyen, la force de la propagande médiatique, la toute puissance policière et gendarmesque, la multiplication des fake news gouvernementales (mention spéciale à Jean-Michel Blanquer dont chaque déclaration ou presque a rapidement été contredite), la volonté punitive liée au confinement (interdire les plages, les forêts, fermer les parcs) etc. Cet exercice grandeur nature de contrôle total d’une population, contrôle fondé sur une poignée de modélisations, mérite examen. Mais j’ai bien peur, au vu des enquêtes déjà lancées, que ces questions soient quelque peu négligées et non financées… Il faudra également se pencher sur l’impact désastreux des modélisations scientifiques sur les libertés individuelles. Qu’un modèle épidémiologique proposé par une équipe puisse entraîner des absurdités comme les attestations dérogatoires de déplacement devrait inciter certaines équipes à plus de retenue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.