Recherche & engagement, retour sur un échec relatif

Ce texte étant écrit au bout d’un mois et quelques de confinement policier et alors que mon rythme de travail est devenu « remettre à la semaine prochaine ce que je pensais faire la semaine dernière », il est fort possible qu’il soit d’un intérêt très limité. Surtout qu’en gros malin, ravi après cinq ans au CNRS d’avoir enfin un bureau digne de ce nom (non, ce n’est pas une plaisanterie), j’y ai emmené tous mes bouquins, mes carnets, mes notes, ma doc, et que je n’ai plus rien à la maison. Bref. Retour un brin désenchanté sur deux essais de recherche militante à Nuit Debout (2016-2017) et à Bure (2017-2018).

J’ai abordé régulièrement le sujet sur ce blog (voir les billets des catégories Une vie de chercheur et Luttes de territoires) : j’ai essayé ces dernières années de mener des recherches empiriques un peu solides sur des terrains où j’étais par ailleurs militant. Avec l’ambition d’être utile aux luttes en question. Résultat des courses : des rencontres précieuses, des moments magiques mais pas terrible question militantisme et pas terrible non plus question recherche. Je vais vite évacuer le premier point et passer un peu plus de temps sur le deuxième.

Bure, bois Lejuc, janvier 2018

Que je sois un militant médiocre est normal, ça fait quelques décennies que ça dure, pour des raisons assez simples. Tout d’abord, je n’ai jamais retrouvé l’énergie et l’urgence trouvées à Act-Up Paris en 1993 – il y a x raisons à cela, la principale étant que ces personnes luttaient, au sens propre, pour leur vie. Ensuite, le militant est par définition celui (j’écris au masculin mais c’est évidemment valable pour les militantes) qui sait, celui qui a raison, celui qui essaye de te faire changer d’avis parce que tu ne penses pas comme lui. Le militant a des réponses à tout et, très vite, le militant me fatigue, y compris lorsque je suis ce militant.

Question recherche, j’ai énormément lu, appris, discuté, essayé, progressé. Je n’ai pas du tout perdu mon temps. Je n’ai pas le sentiment d’avoir dilapidé l’argent public. Et j’ai finalement réussi à faire ce qu’on attend d’un chercheur : publier des articles dans des revues à comité de lecture (il faut vraiment que j’écrive ce billet sur « Publier dans une revue à comité de lecture » ; j’avais prévu de le faire juste après le billet sur la recherche sur projet et je n’ai jamais pris le temps. J’essaye de le faire avant la fin du confinement policier promis). Les deux articles basées sur un travail de terrain au long cours étant d’un côté (Re)politiser l’espace public. Les Nuits debout de quartier du Nord-est parisien (2016-2017), paru en début d’année dans Carnets de géographes, et de l’autre Le Bois Lejuc occupé : éléments sur le fonctionnement d’une petite zad en Meuse (2016-2018), paru fin 2019 dans L’Espace politique. Ces deux papiers sont évidemment sortis dans des revues en accès libre.

Debout Place des fêtes, 21 mai 2016

Dans les deux cas, le processus de publication a été laborieux. Pour le dire vite, j’avais un matériel empirique important et pas de cadre conceptuel ou théorique. A titre personnel, ça ne me posait aucun problème : Nuit debout et les ZAD ont provoqué tellement d’articles de commentaires et d’interprétations que mettre au cœur des papiers l’expérience concrète de ces lieux me paraissait utile.

La première version du papier sur Nuit debout a été écrite au printemps 2017. Soumise à Politix, demande de modifications majeures mais je ne voyais pas comment appliquer ces modifications. Papier mis de côté. Puis soumis à Carnets de géographes pour un dossier sur les Géographie(s) des mobilisations – ne me demandez pas pourquoi le s est entre guillemets. Demande de modifications majeures, puis majeures moins, puis mineures, puis des détails. Puis des remarques de ci de là. Ce papier a été tellement repris, réécrit, modifié, trituré que je ne sais plus ce qu’il raconte. Et je n’ai toujours pas osé informer les personnes interrogées à l’époque de la mise en ligne de l’article. J’avais réalisé des entretiens en été 2016 avec des participant.e.s à des Nuits debout de quartier. En prenant soin d’expliquer que je souhaitais que ces entretiens soient utiles à la lutte plus qu’à ma carrière. Ce qui n’a pas été le cas.

Nuit debout , carnet de terrain 1, p. 13.

Pour Bure, le délai de publication a été plus rapide – dans mon milieu professionnel, rapide signifie qu’entre le moment où je propose un article à une revue et le moment où il est publié, il s’écoule un an, un an et demi. Les modifications moins lourdes. Mais, là encore, je n’ai pas informé les personnes intéressées de la mise en ligne de l’article. Le décalage est tel entre la richesse des moments vécus sur zone, la difficulté du militantisme sur place (la densité gendarmesque est terrible là-bas) et le caractère convenu et conventionnel de mon article que je me vois mal les contacter pour si peu. Ils et elles ont d’autres chats à fouetter.

Tout ceci est terriblement banal. L’article scientifique s’adresse aux collègues, et encore. L’article scientifique basé sur un terrain non académique n’est pas fait pour les personnes rencontrées sur ce terrain. Les normes de présentation, d’écriture, les précautions oratoires et méthodologiques, le cadrage théorético-conceptuel, tout est mis en place pour exclure le lecteur ou la lectrice. Et c’est normal. Alors j’ai eu beau multiplier les garde-fous et les textes justifiant le refus de toute posture de surplomb, de toute démarche créant une hiérarchie, etc. etc., j’ai reproduit le schéma ultra-classique du chercheur qui vient, observe, écoute puis repart et publie ses trucs pour faire avancer sa carrière.

J’essayerai de faire mieux la prochaine fois si prochaine fois il y a.

 

PS : lorsque j’ai commencé à écrire ce billet, j’avais une vague idée de ce que je voulais écrire et c’est parti dans une direction que je n’avais pas prévu. Un deuxième volet n’est donc pas totalement exclu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.