Désolé, votre lutte n’est pas la mienne

« Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. » Virginie Despentes, 1 mars 2020, Libération.

Les luttes sociales, a priori, j’aime bien. Je suis venu à Paris en 1993 pour militer à Act-Up Paris. J’ai détruit mon couple et mes études en décembre 1995 car j’étais persuadé que le pouvoir pouvait tomber – un projet de réforme a été retiré, le pouvoir s’est maintenu. Il y eut ensuite une très longue pause. Je suis retourné dans la rue pour la COP21 à République et j’ai découvert un peu étonné que nous vivions dans un état policier, au sens strict. Il y eut le mouvement contre la loi travail, ses Nuits debout et son cortège de tête. On a perdu. Il y eut NDDL et Bure.

Il y a un mouvement depuis un an pour la survie des urgences et de l’hôpital public. Il y a un mouvement contre le bac Blanquer et ses E3C aberrants. Il y a depuis le 5 décembre un mouvement contre la réforme des retraites. J’en oublie. Les Gilets Jaunes évidemment – j’y reviendrai, j’attendais cette révolte populaire depuis des années… Et il y a depuis quelques semaines un mouvement dans mon milieu professionnel contre la LPPR (dans mon milieu, l’ESR – Enseignement supérieur et recherche – on ne sait pas parler sans sigle, LPPR signifie loi de programmation pluriannuelle de la recherche). Les luttes sociales a priori j’aime bien. Mais cette dernière se fera sans moi.

Banderole ayant beaucoup servi des points de ralliement lors des manifestations contre la loi travail au printemps 2016

Les non universitaires qui lisent ce blog n’ayant pas entendu parler de cette lutte, je la résumé en deux mots. Ce billet d’humeur assumant sa totale mauvaise foi, je n’évoquerai pas les quelques aspects stimulants de cette lutte (non, pas les flash-mobs…). Il semble que le projet de loi vise à privilégier les chercheurs (j’oublie l’écriture épicène pour ce billet, je connais surtout des mecs qui ont les comportements visés ici) qui « réussissent le mieux » (en clair, ceux qui décrochent des contrats et publient dans les « bonnes revues ») et à réduire le nombre de fonctionnaires afin de privilégier les CDD. Le monde de la recherche étant comme l’affirme mon PDG « inégalitaire comme le sont tous les milieux de haut niveau : le sport est inégalitaire, la grande cuisine est inégalitaire, le cinéma aussi » (oui, Mr Petit a dit ça ici), ce projet de réforme étonne peu. Il ne fait que confirmer une tendance à l’œuvre depuis des années : financement sur projet privilégié, baisse des recrutements, dégradation des conditions de travail à l’université, inégalité croissante entre les équipes dites d’excellence et les autres, recours généralisé à une main d’œuvre jetable.

Ce projet est consternant : il favorise une recherche de court terme dépendante des thèmes à la mode. La recherche sur projet est le plus sûr moyen d’avoir une recherche routinière, vite et mal faite, aux ordres des financeurs (voir ce billet publié il y a deux ans). Précariser davantage le personnel s’inscrit dans une politique néo-libérale mise en œuvre par les gouvernements en France depuis 1983. Si ce projet est consternant, pourquoi alors participer à reculons à la lutte en cours ? Pour deux raisons principales : l’hypocrisie effarante d’un milieu professionnel dégueulasse et le caractère totalement inoffensif des pratiques de lutte.

La citation de Virginie Despentes située en exergue n’est pas là pour faire joli. Elle décrit un monde où les dominants écrasent les dominé.e.s, un monde à déserter et/ou à détruire. Le monde de l’ESR français est un monde à détruire. Un monde où le mépris de classe domine – entendre en réunion d’équipe en février 2019 un collègue parler des gilets jaunes comme de « beaufs qui veulent pouvoir continuer à polluer avec leur diesel », un autre collègue surenchérit, j’ai oublié la phrase, j’étais trop énervé, moi qui allait dans la rue samedi après samedi en ayant chaque fois peur de revenir mutilé à la maison. Personne ne réagit. Un monde où les vacataires sont payé.e.s au lance-pierre avec des mois de retard et qui jamais n’obtiennent des administrations l’attestation exigée par pôle emploi ; où certains directeurs de thèse jouent à séduire leurs thésardes (vous êtes au courant que ça s’appelle un viol ?) ; où règne l’auto-exploitation forcenée des précaires qui sacrifient leurs loisirs et leur santé afin de continuer à espérer un jour décrocher un des rares postes disponibles.

Paris, décembre 2018. Source Facebook Marion Vacca Photographie

Le monde de l’ESR glorifie les puissants. Ceux qui décrochent des ANR (projets financés par l’Agence nationale de la recherche) et des ERC (projets européens très bien financés et attribués non à des équipes mais à des individus), ceux qui publient dans les « bonnes » revues anglophones (au main d’éditeurs privés), ceux qui pilotent les trucs en -ex (Idex, labex et autres, je n’ai jamais bien compris comment ça marchait : en gros, plus vous êtes riche, plus on vous donne d’argent, ça ne vous rappelle rien ?) et ceux qui créent des start-up. Le monde des statutaires de l’ESR pratique de manière généralisée la domination. Et qui aujourd’hui signe des tribunes dans les journaux de l’élite ? Les précaires ? Le personnel administratif et de soutien à la recherche dont les salaires sont minables ? Non, évidemment non, ce sont les chercheurs et enseignants chercheurs statutaires de l’ESR. Les bons élèves aux egos surdimensionnés font ce qu’ils savent faire, ce qui leur a valu d’être recrutés : se mettre en avant.

On ne vous a pas entendu sur l’hôpital, on ne vous a pas vu les samedis au côté des gilets jaunes qui se faisaient mutiler en masse dans l’indifférence à peu près générale, on ne vous a pas entendu sur les retraites, on ne vous voit pas avec les lycéens et les lycéennes qui se font gazer et là, vous jouez les révoltés et je ne comprends pas pourquoi. Je comprends la lutte des précaires et des BIATOSS (les non chercheurs du monde de la recherche). Elles et eux sont légitimes pour signer les textes, les tribunes, les motions. Les titulaires qui jouent le jeu de l’excellence depuis tant d’années, qu’ils apprennent enfin à se taire. J’ai honte d’être des leurs quand je les vois parader dans les médias, se glorifier en AG, jouer une radicalité que chacun de leurs actes contredit depuis si longtemps.

Faut-il vraiment évoquer les moyens d’action ? Le monde des bons élèves fait ce qu’il sait faire : il écrit. Des motions, des tribunes. Je n’ai pas vu de pétitions en ligne mais il doit y en avoir. Il fait des AG. Il se rassemble. Parfois il manifeste. Gentiment. Personne n’en parle et c’est normal. Certains enseignants-chercheurs sont tellement aliénés qu’ils remplacent leurs cours par des « cours alternatifs » et des universités qui se prétendent populaires – dans des locaux universitaires et lors des heures de bureau… Parfois certains se rendent sur des blocages tôt le matin ou à des rassemblements non autorisés et découvrent étonnés que la police n’est pas là pour les protéger.

Détruire le monde dégueulasse que vous avez construit prendra du temps – je suis en colère, je ne suis pas pressé. Cela suppose de refuser de participer à ce système. Ne pas déposer d’ANR ou d’ERC. Ne pas candidater pour les trucs en ex. Ne pas soumettre dans les revues appartenant aux éditeurs privés. Détruire le monde que vous maintenez en l’état suppose une lutte de longue haleine. Et celle où vous paradez à l’heure actuelle, désolé, ce n’est pas la mienne.

Un dernier mot : détruire ce monde suppose d’en faire partie. J’encourage les précaires à jouer le jeu. Soumettez dans les « bonnes » revues anglophones d’Elsevier, Springer et autres. Si elles vous sollicitent pour évaluer un papier, acceptez. Participez à des ANR. Faites-vous financer pour les gros colloques qui n’apportent rien si ce n’est une ligne sur le CV. Et laissez les titulaires organiser les AG et peindre les banderoles. Pensez à vous et à votre avenir, personne ne le fera à votre place.

Aubervilliers, 2 mars 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.