Les « artistes similaires » sur Deezer : l’exemple du punk français

J’ai la chance, grâce à mon collègue Thomas Louail, d’être membre d’un projet de recherche portant sur les pratiques d’écoute musicale en partenariat avec Deezer. Comme je n’utilisais pas cette plateforme jusqu’à la semaine dernière, je ne sais pas trop comment ça marche. Donc plutôt que d’attaquer de gros volumes de données sans trop savoir ce qu’ils signifient, j’explore lentement et manuellement certains aspects de la plateforme. Objet de ce billet : explorer la rubrique « Artistes similaires » accessibles sur la plupart des pages des artistes comme le montre la capture d’écran ci-dessous.

Je ne sais pas (pas encore) comment elle est construite (similarité musicale et linguistique ? des genres des groupes* ? co-écoute fréquente des personnes utilisant Deezer ? historique d’écoute ?) ni à quelle fréquence elle est actualisée. Pour explorer ces pages, je suis parti d’un corpus ad hoc d’une cinquantaine de groupes punk français en prenant soin de varier les époques (des Stinky Toys à Frustration) et les styles (oi!, skate punk, rock alternatif des années 80). Comme il y a des périodes que je connais un peu moins mal, les groupes de la fin des années 80 dominent. J’ai collecté pour 41 groupes le nombre de fans et la liste des artistes similaires affichée sur leur page.

Les groupes, passés ou présents, les plus obscurs sont évidemment absents mais certains moins confidentiels sont tout aussi absents (Zabriskie point, Infraktion, Roadrunners). D’autres groupes sont présents mais la rubrique « Artistes similaires » est absente (Outreau, Mon dragon, Warum Joe, Wunderbach, etc. – la liste complète est fournie dans le fichier metadata.txt du zip téléchargeable en fin de billet). Là où c’est assez surprenant, c’est que cette absence concerne également des groupes non totalement confidentiels pour les fans de punk (Métal Urbain, Les Sales Majestés, Marquis de Sade).

Dans (presque) tous les autres cas, 20 artistes sont indiqués comme similaires. Les deux seuls exceptions rencontrées concernent les groupes Les Porte-mentaux et Edith Nylon (11 artistes similaires pour les premiers, avec des résultats étonnants du type Daniel Balavoine, 12 pour les seconds). Ce mini-corpus confirme ce que j’avais déjà remarqué en fouillant du côté du black metal (vir par exemple la discographie du groupe français fondateur Gorgon) : Deezer gère mal les homonymes. La discographie de l’excellent groupe de Saint-Étienne Sixpack se retrouve mélangée avec celle du groupe allemand Sïxpack et d’autres groupes homonymes encore dont je n’ai trouvé la trace. Le résultat est évident, les artistes similaires indiqués n’ont rien avec le punk, l’emo ou quoi que ce soit. Le même phénomène est observable avec la discographie des City Kids ou la présence de deux groupes nommés Bijou et dont l’un mélange des éléments du Bijou français avec d’autres groupes homonymes.

Le graphe d’ensemble permet d’identifier les artistes atypiques : les groupes précurseurs avec des identités musicales diverses (Bijou, Édith Nylon, Marie et les garçons) et les groupes appartenant à des sous-genres du punk (post-punk pour Frustration, skate-punk pour les Burning Heads ou Uncommonmenfrommars). Un sous-graphe très fortement connexe comprend tous les groupes étiquetés rock alternatif dans les années 80 (OTH, Parabellum, La Souris déglinguée, etc.)

Par définition, le degré sortant des 40 groupes du corpus de départ est égal à 20 (à deux exceptions près) ; le degré entrant est par contre très variable. Pas moins de 7 groupes ne reçoivent aucun lien (Edith Nylon, Gogol premier, Les Olivensteins, Marie et les garçons, Little Bob Story, Los Carayos, Les Porte-Mentaux) ; 5 groupes du corpus ont eux un degré entrant supérieur à 20 (Parabellum, Les Wampas, Tagada Jones, Ludwig Von 88 et Bérurier Noir). Plus de la moitié de l’ensemble des artistes (40 groupes et groupes similaires) reçoivent un lien, 52 en reçoivent 2, 22 en reçoivent 3 puis les effectifs chutent très rapidement. La notion d’artiste similaire semble très liée à la langue : les groupes chantant en anglais ont des groupes anglophones dans les artistes similaires (des Burning Heads vers les Toy Dolls ou Bad Religion), les groupes chantant en français envoient presque exclusivement vers des groupes chantant en français. Ce qui explique sans doute l’absence des Clash et la très faible présence de groupes comme les Sex Pistols, les Dead Kennedys (2 liens entrants chacun, soit le même score que Statu Quo ou Jacques Higelin). Le fort degré entrant d’Hubert-Félix Thiéfaine (indiqué pour 15 des 40 groupes comme un artiste similaire) peut surprendre.

Les deux graphes ci-dessous s’intéressent aux seuls liens existants entre les 40 groupes du corpus de départ et différencient à gauche les liens mutuels (les Dogs sont considérés comme similaires aux Thugs et vice-versa) et les liens asymétriques (Pigalle est considéré comme similaire aux Los Carayos mais l’inverse n’est pas vrai).

Liens mutuels (gauche) et liens asymétriques (droite)

Au sein de ce corpus, les groupes les plus cités comme « Artistes similaires » sont également ceux qui comptent le plus de fans. Dans la figure ci-dessous, le degré entrant est en abscisse, le degré sortant en ordonnées et la taille du cercle est fonction du nombre de fans sur Deezer. La Mano Negra est hors catégorie avec plus de 330 000 fans contre 75 000 pour les Bérus.

Deux petites figures pour finir : les ego-networks de deux groupes du corpus ayant un nombre de fans équivalents sur Deezer : les Rats (2900 fans) et les Thugs (2600 fans). Par définition, ces deux groupes sont liés à l’ensemble des autres groupes (par un lien entrant ou sortant) et ne sont donc pas représentés. Si les Rats sont restés proches à une esthétique rock alternatif tout au long de leur carrière, ce n’est pas le cas des Thugs qui d’un punk mélodique chanté en anglais ont vers la fin écrits plusieurs titres proches de la chanson française (notamment sur Tout doit disparaître avec des titres comme Le hamac ou Rester debout) – d’où la grande différence entre les deux ego-networks obtenus.

Ego-network des Rats (gauche) et des Thugs (droite)

*De façon étonnante, le genre des groupes n’apparaît nul part. Or Deezer tague les albums (et les artistes ?) à l’aide de grands catégories (les rectangles de couleur qui s’affichent quand on clique sur Parcourir à gauche de l’interface) et d’une liste détaillée de plus de 200 sous-genres – sous-genres où le terme « punk » n’apparaît par ailleurs jamais.

Télécharger script R et données (encodage utf-8).


Une réponse sur “Les « artistes similaires » sur Deezer : l’exemple du punk français”

Répondre à Pascal Dewarrat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.