PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2)

Dans un précédent billet, j’étudiais les liens entre les entrées du tout récent et très recommandable lexique franco-punk issu du projet PIND. On avait affaire, pour mobiliser les termes techniques de l’analyse de réseaux, à un graphe unimodal (tous les sommets sont de même type, les entrées du lexique) et orienté (un terme a peut renvoyer vers un terme b sans que l’inverse ne soit vrai). Ce deuxième et dernier billet s’intéresse aux liens entre auteur.e.s et entrées ; le graphe correspondant est de type biparti (liens entre deux types de sommets, des auteur.e.s et des entrées) et non orienté.

Comme toujours lorsqu’on fait de l’analyse de réseau, il convient de définir sa population de sommets et la signification des liens. Ici, les sommets sont l’ensemble des auteur.e.s et l’ensemble des entrées ; un lien signifie qu’un.e auteur.e a écrit (seul.e ou non) une entrée. La liste des auteur.e.s en fin de volume pourrait suffire si elle ne négligeait pas les artistes ayant participé à l’écriture (voir par exemple les entrées de Gilles Bertin ou de Gogol 1er) ; j’ai collecté tou.te.s les auteur.e.s cité.e.s dans le corps de l’ouvrage et non uniquement celles et ceux cité.e.s en fin de volume.

Le graphe d’ensemble donne une figure de ce type : les auteur.e.s sont en jaune, les entrées en bleu. Contrairement au graphe des entrées, celui-ci n’est pas connexe ; on trouve de nombreux sous-graphes de taille variable séparés les uns des autres.

Tous les configurations en dyade (un rond bleu lié à un rond jaune) et en étoile (un rond jaune lié à des ronds bleus) n’apportent aucune information supplémentaire à la liste des auteur.e.s présentes en fin d’ouvrage comportant la liste des entrées qu’elles et ils ont écrites. Par contre, les composantes connexes comprenant plus d’un.e auteur.e sont plus intéressantes à observer, soit parce qu’elles permettent de visualiser certains fonctionnements éditoriaux du projet PIND, soit qu’elles mettent en évidence les auteur.e.s ou les entrée.e.s servant de passerelle entre plusieurs thématiques. Aussi, la composante connexe de Solveig Serre et Luc Robène (les pilotes du projet) montre une coécriture systématique et la présence rare d’autres auteurs (un musicien bordelais, un thésard dirigé par Solveig et Luc).

La composante connexe comprenant Etienne Samuel montre à la fois sa spécialité thématique liée au fanzinat (j’en profite pour signaler le lancement par cet auteur d’un semestriel consacré aux fanzines : http://strandflat.fr/zines/) et le rôle d’intermédiaire joué par l’entrée Harry Cover (magazin ouvert aux Halles en 1975), co-écrite avec François Guillemot qui lui a des entrées spécialisées fringues et début du punk français – les entrées liées aux fringues peuvent surprendre quand on connaît son passé musical (BxN évidemment).

J’ai gardé la plus grande composante connexe pour la fin dans la mesure où elle est évidemment plus riche mais plus longue à explorer. Les deux auteurs principaux renseignent essentiellement les groupes et les salles, en se partageant les décennies, les autres auteurs apparaissant pour des thématiques plus spécifiques (l’ami Gildas sur la oi! et les skins ; Nicolas Lahaye pour le cinéma par exemple).

Au delà de l’exploration visuelle, qui permet de mettre en évidence certains termes et auteur.e.s, qu’est-il possible de mesurer dans un graphe de ce type ? Il existe bien sûr une formule permettant de calculer la densité (elle est indiquée dans le script R) mais quel sens a-t-elle ? Pour mémoire, la densité mesure dans un graphe le nombre de liens présents divisé par le nombre de liens possibles et varie entre 0 (graphe vide) et 1 (graphe complet). Imaginer ici une densité de 0 n’a guère de sens (les entrées ne seraient pas signées) ; une densité de 1 n’aurait guère de sens non plus (cela voudrait dire que tou.te.s les auteur.e.s ont signé toutes les entrées – dans ce cas-là, on choisit un nom collectif une fois pour toutes non ?). Il est bien sûr possible de calculer le degré (nombre d’entrées par auteur.e, nombre d’auteur.e.e par entrée). Mais le lexique des auteur.e.s et leurs entrées respectives apportaient déjà cette information. Dans ce cas précis, l’exploration visuelle des différentes composantes connexes est peut-être la stratégie de recherche la plus prometteuse car elle permet de visualiser ce qui n’était pas possible de voir autrement, et qu’elle renseigne sur les choix éditoriaux de l’équipe PIND.

La stratégie longtemps adoptée avec les graphes de ce type consiste à opérer une projection afin d’obtenir des graphes unimodaux valués. En clair, à l’aide d’une opération matricielle basique, on peut obtenir le graphe des liens entre auteur.e.s (les liens indiquant le nombre d’entrées écrites en commun par les auteur.e.s) et le graphe des liens entre entrées (les liens indiquant les auteur.e.s commun.e.s à ces entrées). Cette démarche classique n’a aucun intérêt pour les étoiles mentionnées plus haut : ainsi les entrées – à dominante normande mais on le savait déjà en lisant ses entrées – de Christophe Pécout créent une clique où toutes les entrées sont liées les unes aux autres. Là encore, le script R fourni avec les données permet de faire cette opération qui, dans ce cas, n’est pas d’une utilité évidente.

Télécharger les données et le script R.


2 réponses sur “PIND, 2019, Lexique franco-punk – étude relationnelle (2)”

  1. Bonjour,

    je lis  » Ici, les sommets sont l’ensemble des auteur.e.s et l’ensemble des sommets » mais il faut lire  » Ici, les sommets sont l’ensemble des auteur.e.s et l’ensemble des entrées », non? Ou alors quelque chose m’échappe… Merci pour le partage et le travail d’explicitation au passage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.