Inventaire estival 2019

Ce qui suit est la liste des billets entamés et non achevés à ce jour ; certains ne le seront jamais (je précise lesquels). Il est possible que je parvienne à en finaliser certains. Plus d’idées que de temps, et plus de velléité que de motivation souvent. La date entre parenthèses est celle que la dernière modification – qui est parfois celle de la création du brouillon. Pourquoi ce billet ? Histoire de montrer que la recherche en général, et le blogging scientifique en particulier (dans mon cas, je ne généralise pas), c’est bien souvent plus de projets abandonnés que de projets finalisés.

Mise à jour du 21 avril 2020 : aucun de ces billets n’a été mis en ligne. Le dernier billet publié ici reprend des points que je souhaitais aborder dans Retour à Bure ainsi que dans Ne pas travailler sur les luttes, travailler depuis les luttes. Je compte bien finir un jour Notes sur le Hot Shower (dont l’édition 2020 a été évidemment annulée) et Notes sur un concert de rap clandestin (il faut juste que les concerts reprennent). Le reste restera à l’état de brouillons…

Retour à Bure ou les raisons d’un échec (académique, pas personnel…) (15/07/2019) : billet créé lorsque j’ai décidé de ne plus chercher à publier quoi que ce soit d’académiquement acceptable sur Bure. Depuis j’ai pris des vacances, j’ai provisoirement changé d’avis. Reste que j’ai du mal à faire rentrer mes matériaux – j’ai exactement le même problème avec les Nuits debout de quartier – dans le cadre des revues à comité de lecture. À suivre.

GJ (25/04/2019) : un ami (Pierre Blavier) avec qui je discutais des manifestations hebdomadaires des Gilets jaunes (j’en ai fait un certain nombre, et je continue à l’occasion) m’a encouragé à prendre des notes et à écrire mes observations. J’ai tenté mais l’exercice étant fait a posteriori, trop de faits se mélangeaient pour les premiers actes et inversement les notes étaient trop détaillés pour ceux du printemps 2019, ces notes resteront donc un brouillon. Surtout que j’ai renoncé (pour le moment) à travailler sur les GJ, mouvement social pourtant tout à fait innovant et passionnant, et mouvement victime d’une répression d’une violence inédite depuis des décennies.

Notes sur un concert de rap clandestin (08/04/2019) : j’ai eu l’opportunité d’assister à un concert de rap néo-nazi le 20 avril 2019. J’en ai tiré une dizaine de pages de notes. Je trouverai un jour le moyen de décrire ce concert en évitant à la fois les confortables et inutiles postures morales (le nazisme c’est mal, merci, on sait), le sensationnalisme, la complaisance, la délation (voir ce billet), etc. etc. Ceci dit, je préférerais d’abord aller à d’autres concerts (NSBM et RAC) afin de pouvoir anonymiser correctement les lieux, les organisations et les artistes. Sachant que mon objectif est de montrer en quoi, au delà du folklore (le côté « gogol88 » dirait le rappeur YoM), cela reste d’abord des concerts…

Notes sur le Hot Shower italien (25/01/2019) : billet que j’achèverai sans doute bientôt, sur le modèle de ce que j’ai commis sur le Call of Terror et les Night of Honour. Billet à but documentaire uniquement (dates & groupes présents).

L’ANDRA à la conquête de Youtube (août 2018) (20/11/2018) : billet listant les vidéos commandés par l’Andra à des youtubeurs plus ou moins populaires. La méthode est, à mes yeux, tellement écœurante (payer des personnes qui n’y connaissent rien pour qu’elles relayent ensuite la propagande de l’Andra, et mon vocabulaire est ici très en deçà de ce que j’en pense réellement) que je vais avoir du mal à aller jusqu’au bout de ce billet.

La lutte contre l’Andra et Cigéo : affiches et visuels (19/09/2018) : j’ai commencé à collecter tous les visuels que je pouvais trouver sur la lutte contre l’Andra et Cigéo. J’avais comme vague projet de travailler sur les symboles mobilisés au fil du temps (la poubelle souterraine, les chouettes et hiboux du bois Lejuc, etc.). Ce projet est en stand-by car si les visuels de la dernière décennie se trouvent facilement en ligne, la période 1999-2005 suppose un travail d’archives que je n’ai pas le temps et les moyens de faire pour le moment. À suivre.

Autonomies et champ académique : griefs et représentations (21/08/2018) : j’avais commencé à collecter les piques adressés par différents collectifs (Le comité invisible, Mauvaise troupe) au champ universitaire. Je n’ai pas poursuivi. Les milieux « anarcho-autonomes » (étiquette d’une pertinence douteuse mais je n’ai pas mieux pour le moment) savent écrire et produire leurs propres analyses, ils ont donc tendance à se méfier des « socio-flics » payés par l’État. Quand on lit ce que certains chercheurs écrivent (Subra, Lussault, etc.), on ne peut que leur donner raison.

Zad partout – le succès ambigu d’un slogan (09/08/2018) : billet dont le projet partait d’un constat très basique : depuis 2012, certains lieux se nomment zad, d’autres non, et il est difficile de trouver des critères pertinents pour expliquer ces choix. Vu le niveau général de connaissance sur les zad (qui est beaucoup plus bas, y compris chez mes collègues universitaires, que ce que je croyais), il est probable que je reprenne ce chantier un jour ou l’autre.

Ne pas travailler sur les luttes, travailler depuis les luttes : sur quelques enjeux éthiques (09/08/2018). Projet très convenu sur les questions d’engagement et de recherche. Tellement convenu que j’ai abandonné très vite.

Paris, 9 août 2019 – écrit avec Mgla, 2015, Exercices in futility,
Northern Heritage/No Solage


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.