Zad, cantines et anarchie – lectures de printemps 2019

Cet hiver, j’ai lu plein de choses intéressantes sur le nucléaire mais je n’ai pas pris le temps d’en faire un billet, je les liste et les commente rapidement à la fin de celui-ci. Au menu, De tout bois #10, un nouveau livre sur Notre-Dame-des-Landes, un ouvrage passionnant sur les cantines autogérées et enfin un livre sur les pratiques anarchistes contemporaines.

J’ai déjà parlé ici de l’excellent trimestriel en provenance de la zad de Roybon, De tout bois. À ne pas rater dans le dernier numéro sorti à l’automne 2018 l’éditorial titré “Au-delà des cagoules” qui fait le point sur les récentes interventions policières (à NDDL, à Bure et à Roybon) et plaide avec raison pour une complémentarité des pratiques. Comme illes l’écrivent justement, le maintien sur zone à Roybon n’a été possible que grâce à l’action juridique et, même si “ce n’est pas en constituant des dossiers administratifs qu’on génère de l’enthousiasme collectif […], il faut reconnaître que depuis quatre ans, c’est par la force du droit que nous sommes protégés”. Au sommaire également, la chronologie de la lutte à Roybon, un point sur les violences autour de la zad, un article sur Roybon dans les années 60-70 et, plus surprenant, la reprise d’un article paru sur le site web l’Essor de la gendarmerie nationale et intitulé “Les quatre enseignements de l’opération de maintien de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes”.

Encore un ouvrage sur la zad de Notre-Dame-des-Landes ?… Trois points justifient la lecture de cet énième livre d’un collectif : un récit très ancré dans la géographie des lieux et les pratiques des occupant.e.s ; un riche appareil cartographique qui montre l’évolution de la zone du tout début à aujourd’hui ; le fait que les destructions du printemps 2018 et la situation actuelle soient abordées. Pour qui connait un petit peu l’histoire récente de la zad, on peut d’ailleurs regretter que ces deux derniers points ne soient pas davantage développés. La description par exemple de la “fête” du 10 février 2018 célébrant l’abandon du projet d’aéroport oublie l’existence du off qui regroupait notamment les personnes expulsés de l’est suite à la destruction des cabanes (le Lama fâché devenu le Lamassacré) sur l’ex-route des chicanes ; et je n’ai vu nul part apparaître le CMDO et les polémiques autour des appellistes, dommage. L’ouvrage est bien écrit, joliment illustré, ça cite beaucoup la Mauvaise troupe mais également des sources moins mobilisées (le Lèse béton notamment). Et, vu les références bibliographiques, ça ne m’étonnerait pas qu’il y a ait un.e géographe dans le collectif (il est rare de voir citer dans ce type d’ouvrage et dans la même page Lacoste, Raffestin et Elissalde).

Coup de cœur du printemps : un livre sans auteur ni éditeur ni ISSN et intitulé Cantines. Précis d’organisation de cuisine collective (il s’agit de la deuxième édition, la couverture est différente de celle ci-dessous). Le livre, très joliment édité et illustré, est divisé en trois parties : généralités sur l’organisation d’une cantine (avec plein de conseils très pertinents sur l’hygiène, l’ergonomie, les courses, etc.) ; recettes vegan pour 100 personnes ; entretiens avec des personnes investies dans des cantines, le maraîchage, la boulange, etc. en ville, sur zone ou à la campagne. La partie pratique est bourrée de conseils et le livre dans son ensemble plein d’humour. Si comme moi vous avez régulièrement été épaté.e par la capacité de certaines cantines à nourrir 300 personnes ou plus, avec des repas vegan excellents, dans des lieux improbables, ce livre permet de comprendre ce qui rend ces moments possibles.

Le titre du dernier ouvrage de François Dupuy-Déry, à qui l’on doit un ouvrage bienveillant et documenté sur les black blocs sorti chez Lux en 2009 et régulièrement réédité depuis, est mensonger : il n’y est question ni des nouveaux anarchistes ni des zad. L’ouvrage s’intéresse moins aux individus qu’à trois pratiques anarchistes apparues ou réapparues dans les années 2000 : le groupe affinitaire (aussi vieux que l’anarchisme), les clowns activistes et enfin les campements autogérés. L’ouvrage reprend trois articles parus entre 2005 et 2011, légèrement remaniés et actualisés. C’est bien écrit, rapide à lire en raison de la maquette plus qu’aérée de la collection, et bien documenté. Petit plus, les références bibliographiques anglophones sont particulièrement nombreuses. Ceci étant, l’intérêt de dépenser 16 euros pour avoir trois articles légèrement remis au goût du jour se discute.

Enfin, je ne me le suis pas encore procuré mais je signale la parution d’un livre collectif consacré à la zad de Haren contre un projet de méga-prison en banlieue de Bruxelles Ni prison, ni béton. Voir le site http://niprisonnibetonlelivre.be/.


Ouvrages cités par ordre d’apparition

  • De tout bois #10, automne 2018, 2 euros
  • Collectif Comm’un, Habituer en lutte. Zad de Notre-Dame-des-Landes. Quarante ans de résistance, Le passager clandestin, 20 euros
  • Cantines. Précis d’organisation de cuisine collective, 10 euros en librairie, “prix fourchette entre 5 et 10 euros de la main à la main”.
  • François Dupuy-Déry, 2018, Les nouveaux anarchistes. De l’altermondialisme au zadisme, Textuel, Petite encyclopédie critique, 16 euros.

Annexe spéciale nucléaire

Deux thèses (relativement) récentes à recommander. La première de Julie Blanck intitulée Gouverner par le temps. La gestion des déchets radioactifs en France, entre changements organisationnels et construction de solutions techniques irréversibles (1950-2014) et soutenue en 2017. Thèse de sociologie des organisations, elle montre comment l’Andra a peu à peu su s’imposer, notamment face aux producteurs de déchets, et la stratégie mise en place pour promouvoir l’enfouissement profond, solution choisie dès les années 80. La thèse est disponible en ligne. Autre thèse consacrée à l’Andra, celle de Lény Patineau, soutenue elle aussi en 2017, et intitulée Enfouir des déchets nucléaires dans un monde conflictuel. Une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique en France (1982-2013). Thèse de sociologie des sciences, disponible en ligne, elle montre à quel point le discours de l’Andra sur les 100 000 de sécurité assurée par le projet Cigéo (ça a baissé, il y a 20 ans, l’Andra affichait sans rire  un million d’années) est plus un pari qu’une certitude – je caricature, la thèse est beaucoup plus argumentée.

Le livre militant La canaille à Golfech. Fragments d’une lutte antinucléaire fournit un éclairage sur la lutte contre le projet de centrale nucléaire dans le Tarn-et-Garonne à la fin des années 70 – début des années 80. La lutte a échoué mais les pratiques montrent une radicalité perdue depuis (Mutines éditions, 2013). Pour prolonger, autre lecture militante, l’Histoire lacunaire de l’opposition à l’énergie nucléaire en France, parue en 2007 aux éditions La lenteur, recueil de textes essentiellement issus de la composante autonome de la lutte anti-nucléaire. Le constat d’un affaiblissement de la lutte anti-nucléaire en France depuis la fin des années 70 est également mis en évidence dans l’ouvrage de Sezin Topçu, La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée (Le Seuil, 2013). L’ouvrage est notamment intéressant parce qu’il montre 1. que la nucléarisation du territoire s’est toujours accompagnée d’un déferlement d’argent sur les communes concernées et 2. que l’enjeu du vocabulaire reste d’actualité (pourquoi les mots déchets et nucléaire sont-ils absents de l’acronyme Cigéo à votre avis ?).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.