Notes sur la production discographique du BlazeBirth Hall

J’ai évoqué ici récemment le Southern Elite Circle argentin, ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM plus ancien, le BlazeBirth Hall (BHH), né au milieu des années 90 dans la ville de Novomoskovsk, au sud de Moscou. Premier cercle NSBM russe, il compte sept groupes au total : Branikald (1993–2001), Forest (1994–2005), Rundagor (1994–1998), Raven Dark (1994–2000), Wotan Sølv (1994–2000), Vargleide (1999–2000) et Nitberg (depuis 1999), certains musiciens étant membres de plusieurs de ces groupes. Ses activités impliquent notamment l’animation d’un label (BlazeBirth Hall Records). L’un des artistes les plus actifs, Ulv Gegner Irminsson, a été poignardé à mort en 2005, ce qui a entraîné l’arrêt de certains groupes et un ralentissement des activités de ce cercle. Membre du Pagan Front, le BBH dispose d’un site web – en russe -, d’une page facebook (non alimentée) et d’une page active sur le réseau social russe vk – en russe évidemment. Le groupe Sternatis, originaire de cette même ville,  a sorti un disque sur le label du cercle et a compté des membres impliqués dans plusieurs des groupes cités, il n’est pourtant pas membre du BBH

Ce billet s’intéresse à un aspect précis lié au fonctionnement des scènes NSBM, le rôle des labels. Les différents sites utilisés permettent en effet de distinguer les sorties et les rééditions et, comme le montrent les graphes ci-dessous, si les sorties se font de préférence localement (autoproduction ou labels russes), les rééditions sont plus dispersés géographiquement. Si les faibles tirages peuvent correspondre au caractère underground revendiqué par la scène black metal et aux contraintes liées à l’auto-production, il s’agit le plus souvent dans le cas des rééditions d’une stratégie mercantile jouant sur la rareté (voir par exemple l’album éponyme de Forest sorti en 1996 et qui bénéficie en 2018 d’une sortie remasterisée en cd, en cd digipack et, en tirage limité, en vinyl de 3 couleurs).

Quelques précisions méthodologiques : les sorties considérées comme “Disputed” sur metal-archives ont été prises en compte (voir l’exemple de cet album de Forest sorti en 1999 par ISO666 Released*). Lorsqu’un disque sort la même année sur deux labels sur deux supports différents, cela est considéré dans les deux cas comme une première édition (exemple du EP de Nitberg Nitsanger sorti en 2005 en CD par Totenkopf Propaganda et en cassette par Tanhu Records). Par contre, je n’ai pas différencié les différentes rééditions d’un même disque. Dans certains cas, j’ai privilégié les informations fournies par discogs sur celles de metal-archives : le premier album de Vargleide est attribué au seul label Stellar Winter Records par le second, à Stellar Winter Records et à Ancient Nation par discogs ; l’examen de la pochette (en tête de billet) montre bien la présence de deux labels. Dernier détail, la version de The Beastrealm du groupe Rundagor sortie en 2018 chez The Hanged Traitors est considérée comme une réédition, or il s’agit d’une version pirate sortie deux jours avant la version officielle chez Ragnarock Records.

Sur le graphe des premières sorties, les groupes sont en rouge, les labels en jaune et l’épaisseur du lien indique le nombre de productions discographiques. Le sommet inde signale une auto-production. Treize des labels indiqués sont russes mais on trouve également la présence de labels américain, brésilien, grec, hongrois et ukrainien ; je n’ai trouvé aucun information sur le label Wofsblood.

La situation est un petit peu plus complexe en ce qui concerne les rééditions : le nombre de labels impliqué est à la fois plus grand et leur origine géographique légèrement plus variée (Allemagne, Canada, Finlande, Suède, etc.). La représentation graphique sous forme de graphe biparti n’est pas totalement satisfaisante dans la mesure où elle ne permet pas de mettre en évidence les disques co-produits par des labels, comme l’album Verdandi de Raven Dark ressorti en CD en 2006 par deux labels finlandais.


Sources : metal-archives.org, discogs.com, D. Maspero et M. Ribaric, 2014[2013], As wolves among sheeps, Camion noir, p.565-582. Je n’ai pas trouvé en ligne d’interviews des artistes et groupes de ce cercle. Même dans l’ouvrage pourtant bien documenté de Maspero et Ribaric, on trouve la seule mention d’une interview de Gorruth (proche de ce cercle mais non membre) parue dans le numéro 1 de Dark Blaze/Into the Pentagram en 2001.

*Selon l’un des membres de Forest, le conflit avec ISO666 Releases est lié au refus du label de garder les artworks d’origine (livret 16 pages en couleur) pour des raisons économiques (Maspero et Ribaric, note 4, p. 567-568).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.