Notes & graphes sur le Southern Elite Circle (Argentine)

English version available here

La formation de cercles plus ou moins fermés et élitistes est une des caractéristiques notables du black metal depuis ses origines. Ce billet s’intéresse à un cercle de NSBM (black metal national-socialiste) argentin, actif depuis le début des années 2000 et basé à Buenos-Aires : le Southern Elite Circle. Outre un certain nombre d’informations sur ce cercle, j’en profite pour évoquer recueil de données, méthodologie, analyse de réseaux et visualisation.

Comme la plupart des cercles NSBM en activité, les artistes impliqués dans ce cercle cumulent activités musicales (enregistrement d’albums, animation d’un label – Dark Hidden Productions -, concerts et organisations de concerts) et politiques (Narok étant par exemple l’un des créateurs mouvement néo-nazi Legion Pretoriana). Dans le contexte argentin où la loi interdit l’apologie du régime militaire (1976-1983), cette activité est clandestine.

Les sources mobilisées sont l’encyclopédie en ligne metal-archives.com (dont j’ai déjà souvent parlé sur ce carnet), le site discogs.com qui recense les productions discographiques, l’ouvrage As Wolves among sheeps (aussi complaisant que bien informé), un numéro du fanzine péruvien – écrit en anglais – Psicoterror et une interview en ligne de l’animateur principal de ce cercle.

Artistes et groupes

Si l’on en croit metal-archives, 6 groupes composent le Southern Elite Circle, ces 6 groupes impliquant en tout en pour tout 3 artistes seulement. Si l’on représente l’appartenance des artistes au groupe sous forme de graphe, on obtient une figure de ce type : les artistes sont en vert, les groupes membres en rouge et le groupe non membre en orange (les autres membres de Votz Naudor ne sont pas renseignés ici).

Or si l’on examine la pochette de la démo enregistrée en 2015 et tiré à 88 copies (un classique du NSBM) par Votz Naudor, on y trouve le logo du dit-cercle (cf ci-dessous). De plus, le graphe ci-dessus ne prend en compte que les membres actuels des groupes (ou leur dernière composition connue).

Le graphe ci-dessous intègre Votz Naudor – et tous ses musiciens – et tous les musiciens (en jaune) ayant un jour participé aux activités de ces différents groupes (en vert). Les dates entre parenthèses suivant le nom des groupes renseignent sur leurs dates d’activités connues, les dates en italique sur les liens renseignent sur l’appartenance des artistes aux groupes. Certaines informations fournies par metal-archives ont été rectifiées : Campo de Mayo est actif de 2002 à 2009 et la rubrique Members indique qu’Eviigne y joue “Vocals, Guitars, Keyboards, Drums” de 2002 à 2011. Par ailleurs, certaines informations sont floues (Past, Past (live), etc.). Le seul cas documenté dans les interviews consultées concerne Napalm qui a été exclu par Eviigne de Campo de Mayo et de Permafrost au motif qu’il “is just an untalented man who goes stealing songs from all the guitar players that pass through his bands.” (interview de 2012)

Groupes et labels

Autre utilisation possible des graphes pour étudier le fonctionnement d’une scène, créer des graphes groupes – labels. Sachant que, comme toujours, les choix effectués modifient les résultats obtenus. Le nombre de labels dépend en partie de l’importance de la production discographique du groupe. Il n’est pas rare par ailleurs qu’un même disque soit produit par plusieurs labels : la compilation de Campo de Mayo sortie en 2006 est ainsi le produit d’une collaboration entre Desastrious Records (USA), Dark Hidden Productions (Argentine) et Fetch the Rope Records (USA). Par ailleurs, les tirages de ces groupes sont généralement faibles (1000 maximum, souvent beaucoup moins) et des rééditions peuvent être effectuées par d’autres labels : par exemple le split Campo de Mayo/Permafrost A Blindfold Stained with Blood / Haunting the Forgotten sorti en 2009 sur leur label Dark Hidden Productions est réédité par le label américain Vanguard Productions en cassette en 2015 .

Sur le graphe ci-dessous, un lien est créé chaque fois qu’un label (en jaune) s’est investi dans la production discographique d’un groupe (en rouge), qu’il s’agisse d’une collaboration entre labels ou d’une réédition. La place centrale de Dark Hidden Productions était attendu : animé par Narok, l’un des artistes les plus actifs de ce cercle, il est logique qu’il en produise les groupes. L’aspect international n’est pas non plus tout à fait surprenant, le Southern Circle Elite étant membre du réseau international NSBM Pagan Front, réseau sur lequel je reviendrai un jour ou l’autre. Il y aurait bien sûr d’autres moyens de représenter ce type de liens : indiquer une intensité sur les liens correspondant au nombre de productions, pondérer par le volume de la discographie, etc

Enfin, il est un graphe que j’aurais pu réaliser, celui des splits, mais 1. je l’ai déjà souvent fait sur ce carnet et 2. il y a peu de collaborations : le split Permafrost/Campo de Mayo déjà cité (soit 2 groupes du même cercle partageant la plupart des mêmes musiciens), un split Furor avec le groupe bulgare Aryan Blood en 2008 et enfin un split associant les groupes Argenraza, Grafvolluth (USA) et Stormlüst (France) sorti en 2007.

Sources

Dark Hidden Productions (ensemble des titres produits, distribués, tirages) : http://dark-hidden.com/distribution.html

Maspero, Davide, et Ribaric, Max. As Wolves among Sheeps. La saga funeste du NSBM. Camion noir, 2014, p. 790-793.

Psicoterror, 2016, issue X, Campo de Mayo & The Southern Elite Circle, texte d’Eviigne, p. 10-11 et, dans le même numéro, Ulfhetnar, interview d’Eviigne et de Narok, p. 41-42.

Interview with Eviigne, 2012, https://waffen-schwarze-metal.blogspot.com/2012/12/interview-with-eviigne.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.