Petites notes sur les Call of Terror et les Night of Honour

Call of Terror et Night of Terror sont les deux principaux festivals de metal nationaliste (euphémisme) français, il s’agit, en modèle réduit, de l’équivalent de l’Asgardsrei  ukrainien – modèles réduites en terme d’audience (500 personnes maximum par concert en France contre le triple en Ukraine, un seul soir au lieu de deux à Kiev).  De façon plutôt étrange, ces deux événements se déroulent à peu près au même moment comme le montrent les différentes dates ci-dessous :

    Night of Honour 1 20/02/2016
Call of Terror 1  28/01/2017 Night of Honour 2 18/02/2017
Call of Terror 2 03/02/2018 Night of Honour 3 17/02/2018
Call of Terror 3 09/02/2019  Pas d’édition 4 prévue en 2019  

Niveau géographique, le Night of Honour s’est semble-t-il à chaque fois tenu dans le local géré par Serge Ayoub aka Batskin en Picardie, le Call of Terror se déroulant lui dans de petits villages à une heure de route de Lyon. Pour éviter toute interdiction, les lieux précis sont communiqués aux spectateurs quelques heures avant seulement avant le début des concerts.

Dans les deux cas, le caractère international des affiches est plutôt impressionnant pour des événements clandestins et autofinancés :

Night of Honour 1 : Blessed in Sin (France), Baise ma hache (France), Stahlfront (Allemagne) et Nordglanz (Allemagne)

Call of Terror 1 : Peste Noire (France), Baise ma hache (France), Goatmoon (Finlande), Dark Fury (Pologne).

Night of Honour 2 : Der Stürmer (Grèce), Frangar (Italie), Dark Fury (Pologne), Sacrificia Mortuorum (Lorraine).

Call of Terror 2 : Nocturnal depression (France), Kroda (Ukraine), Temnozor (Russie), Naer Mataron (Grèce), Nokturnal Mortum (Ukraine)

Night of Honour 3 : Fatherland (Finlande), Via Dolorosa (Italie), Aghone (France), Selbstmord (Pologne)

Call of Terror 3 : Absurd (Allemagne), Stahlfront (Allemagne), Vermine (France), Baise ma hache (France), Goatmoon (Pologne). Petite précision pour Vermine, one-man band français, dont le line-up pour cette occasion inclut un membre de Peste Noire, deux de Malsaint, le membre d’Elitism et un membre de Via Dolorosa (posts facebook de la page Call of Terror des 18 octobre 2018 et 1 janvier 2019).

Outre la diversité géographique des groupes, on note aussi que certains sont des habitués de ces festivals, notamment les savoyards de Baise ma hache.

Précision importante : certains de ces groupes sont des acteurs majeurs de la scène NSBM, notamment Via Dolorosa, Absurd (dont il s’agit d’après les organisateurs du premier concert en France), Der Stürmer ou Goatmoon. Ceci explique que ces événements accueillent un public néo-nazi et un public de metalleux curieux de voir ces groupes sur scène, public venant de toute la France et des pays voisins (cf par exemple les comptes rendus en ligne sur le site antipestenoire).

Je ne désespère pas de réaliser un jour prochain des entretiens avec les personnes organisant ces concerts – j’ai tenté quelques contacts par mail mais pas de réponse à ce jour. À suivre donc…

 

Sources utilisées : metal-archives.com, page facebook Call of Terror, blogs https://antinightofhonour.noblogs.org/ et https://antipestenoire.noblogs.org/, http://lahorde.samizdat.net/2017/02/19/encore-un-concert-neonazi-au-local-des-bikers-dayoub/. Le fait que la plupart des informations soient disponibles sur des sites antifascistes n’est pas une nouveauté : l’une des meilleures sources d’information sur la scène RIF (Rock identitaire français) des années 90 est un livre écrit par le réseau No Pasaran (Rock Haine Roll, 1999). Ceci s’explique aussi par le fait que je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre à ces festivals et de m’y procurer les fanzines adéquats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.