Retour sur les 10 ans d’Hypothèses, pourquoi et comment je blogue

Le 8 janvier dernier avait lieu à Paris les 10 ans d’Hypothèses où se succédaient deux types de présentations : des présentations concernant la plateforme Hypothèses – son histoire et son évolution (Marin Dacos et François Pacaud), les liens entre carnets (Josquin Debaz), les pratiques de navigation des internautes sur la plateforme (Pierre Mercklé), la présentation du séminaire HYCAR ; et des témoignages de personnes tenant des carnets. Cette journée ayant été filmée – j’y reviendrai -, tout ceci devrait être disponible en ligne très prochainement. Je m’étais porté volontaire pour répondre à la question “pourquoi et comment je blogue” car ça me paraissait intéressant de faire le point sur mon utilisation de cet outil, j’ai été retenu, ce fut une journée intéressante. Ci-dessous, deux trois réflexions sur la tendance pénible à la captation vidéo des journées d’étude et autres colloques, puis les notes ayant servi de support à mon intervention.

C’est devenu une habitude : les colloques, les séminaires, les journées d’études sont de plus en plus fréquemment filmés. Et chaque fois, je refuse d’être filmé ou enregistré. Karim Hammou m’ayant signalé que ça risquait de poser problème pour l’ensemble de la session où j’intervenais, j’ai accepté – à contrecœur – d’être enregistré. Mais ça me pose problème pour trois raisons au moins – j’y reviendrai peut-être plus longuement dans un billet ultérieur. Tout d’abord, qui va trouver le temps pour regarder ou écouter l’intégralité d’un colloque ? Il est toujours très utile d’avoir des comptes-rendus écrits détaillés et mettant en perspective les différentes interventions mais cela prend du temps à écrire. Tout enregistrer est certes plus simple… Deuxièmement, un colloque ou un séminaire est en général l’occasion de présenter à ses collègues une recherche en train de se faire avec ce que cela suppose de fausses pistes ou d’approximations, ça n’a pas vocation à être diffusé sans précaution. Enfin et surtout, ce dispositif ne peut qu’inciter à l’autocensure. Ce que je dis dans le cadre fermé d’un colloque scientifique, notamment lorsque je réponds à des questions que je n’avais pas anticipées, peut facilement être excessif voire faux. Il m’arrive (souvent…) de dire des bêtises, je n’ai aucune envie qu’elles se retrouvent en ligne.

Comme je le fais de plus en plus souvent, je n’ai pas préparé de diaporama, me contentant de noter quelques idées à peu près ordonnées pour dérouler un exposé un peu construit. Mais, manque de chance, je passais en fin de journée et plusieurs remarques faites avant mon intervention m’ont fait réaliser que j’avais oublié des choses. J’ai donc raturé au fil de la journée mes feuilles A4 et je ne suis pas certain que l’ensemble soit totalement convaincant. Ce qui suit est une mise en forme des notes que j’avais ce jour-là mais comme j’ai tendance à improviser sur mes notes, ça ne correspond pas exactement à ce que j’ai raconté. De plus, étant enregistré, je me suis censuré à plusieurs reprises. Parmi les questions posées, Karim Hammou a voulu savoir pourquoi je parlais d’activité “non académiquement rentable” mais répondre correctement à cette question nécessiterait un autre billet.

Introduction

Quatre points seront abordés : ma découverte relativement tardive de l’écosystème hypothèses, l’utilisation de la plateforme pour des entreprises se voulant collectives, l’utilisation actuelle et enfin je répondrais à la question comment et pourquoi je blogue.

  • Une découverte tardive

Je suis dans le monde de la recherche depuis 2009. Je fréquentais le carnet Quanti (premiers billets en 2008) mais n’avais aucune idée qu’il était possible de créer facilement un carnet. Du coup, le projet FP7 qui finançait ma thèse a un site créé de toutes pièces en 2009 (mort depuis) ; un projet ANR où je suis en post-doc en 2012-2013 a un site créé par un ami du porteur de projet. Dans les deux cas, grosses difficultés pour refléter des dynamiques collectives (un gate-keeper administrateur du site et personne ne sait comment y publier). Et, évidemment, le nom de domaine n’est pas renouvelé et les deux sites ont depuis disparu.

En 2011, co-écriture d’un billet avec Pierre Mercklé – tutoriel pour logiciel Pajek sur le carnet Quanti mais le déclic ne se fait pas. Je reste consommateur sans avoir l’idée qu’il est possible d’être producteur.

Je co-anime un groupe de travail sur l’analyse de réseaux depuis 2010 et nous avons le projet de créer un site web – là encore, projet de le créer ad nihilo, on y réfléchit en 2011, et une collègue invitée lors de notre séminaire mensuel à présenter ses travaux – Marta Severo – nous parle d’Hypothèses. J’ai été voir, j’ai rempli le formulaire et je mets enfin les pieds dans hypotheses. Les premiers billets sont publiés en mai 2012 (groupefmr.hypotheses.org), le carnet  existe toujours, le dernier billet ayant été publié en octobre 2018.

Découverte tardive mais depuis, je n’ai pas arrêté de créer, d’inciter à créer ou de participer à des carnets :

2 pôles successifs : carnet au service d’une dynamique collective, carnet comme terrain de jeu et d’expérimentation individuel

  • Le carnet au service de dynamiques collectives ?

Le carnet semble être accessible, facile, et pourtant, on observe des pratiques très diverses avec une grande disparité en terme de contributions dans les carnets collectifs. En règle générale, une poignée d’auteur.e.s fournit la très grande majorité des billets.

La seule exception est le carnet Réseaux et histoire :  les trois principaux auteur.e.s ont fourni respectivement 45, 28 et 23% du total des billets – cela correspond à la mise en ligne de textes présentés lors des journées réseaux et histoire et assez peu à de l’écriture de billets originaux.

Le pire actuellement, c’est sans doute le carnet du groupement de recherche que je dirige – structure faite pour animer du collectif – où je me retrouve auteur de plus de 85% des billets publiés – 95% si on ajoute 4 étudiant.e.s à qui j’ai imposé d’écrire un billet…

  • Expérimentations individuelles

De 2012 à 2017, j’écris uniquement dans des carnets liés à des dynamiques collectives et où je suis souvent, mais pas toujours, l’un des plus actifs des utilisateurs.

Envie  d’avoir un espace consacré à mes recherches personnelles et à tout ce qui n’est pas publiable dans les circuits académiques traditionnels, envie de montrer une recherche en train de se faire avec les pistes, les essais, les impasses etc.

Impression que ça pourrait être un terrain d’expérimentation beaucoup plus libre que ce que j’ose pour le moment, formatage académico-universitaire dont il est dur de se défaire. Je commence seulement à oser prendre un minimum de liberté avec le ton et le format des billets.

Alors que j’envisageais un carnet plus personnel, quelques mois après avoir commencé ce carnet, j’ai commencé à ajouter des utilisateurs.

  • Pourquoi et comment ?

Pourquoi ? Souplesse, liberté, pratique, accessibilité – et non rentabilité académique.

Comment ? de façon très irrégulière, beaucoup de brouillons, pistes que je jette en l’air et si ça ne retombe pas, je finis par les jeter. Mon carnet a aussi un côté poubelle, j’ai tendance à y mettre tout ce qui est refusé (projet de recherche, d’article).

Pratique : seul moyen que j’ai trouvé pour afficher un cv à jour sur une plateforme non marchande.

Volonté de favoriser/mettre en œuvre une recherche reproductible or cela suppose de documenter très précisément la collecte et le recodage des données – cette cuisine méthodologique est non publiable or elle me paraît essentielle.

Limite lié à ma pudibonderie de chercheur : beaucoup de mal à soigner la présentation des sites. Ça s’améliore peu à peu mais franchement, j’ai parfois honte… J’ai également une gestion assez chaotique des mots clés (d’ailleurs, je ne sais pas quoi mettre pour ce billet-ci…).

Réticence janséniste à faire joli et attractif et, en même temps, volonté de faire des billets accessibles. Quelque chose qui me démange ces temps-ci, le fait qu’à peu près personne dans ma famille ne sache ce que je fais et en quoi consiste le métier de chercheur. Cela permet également de montrer aux acteurs et actrices de mes sujets de recherche (zad et scènes musicales d’extrême-droite) qui sont généralement réticentes à la recherche académique mes pratiques et mon éthique de chercheur.

Pour conclure, merci, merci à vous, merci de nous offrir ces espaces libres qui nous sont devenus indispensables.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.