Un concert NSBM à Rouen ? Rouen dans la rue vs Horna

Les polémiques concernant la présence de groupes de black metal suspectés d’entretenir des liens avec la sphère du black metal national-socialiste (NSBM) sont fréquentes : retour sur la dernière en date concernant trois dates en France du groupe finlandais Horna. Je précise que la ligne politique du site Rouen dans la rue est proche de la mienne. Mais ceci est un blog de chercheur, non un blog militant…

Un long article du site Rouen dans la rue commence par expliquer qu’Horna, qui est programmé le 6 novembre à Rouen, n’est pas un groupe NSBM, puis cherche à convaincre le lecteur ou la lectrice que “se rendre à ce concert, c’est soutenir par sa présence et son argent l’activité d’un groupe entretenant des liens ténus avec la scène National Socialist Black Metal”.

Cela est bien précisé au début de l’article : Horna n’est pas un groupe NSBM. Je cite : ” Le groupe pratique un Black Metal brutal et direct. Bien que n’appartenant pas directement à la scène NSBM (les textes abordés tournent autour de Satan, du paganisme et de l’occultisme, sujets somme toute courants dans le milieu)”. Pourquoi alors s’inquiéter ? Trois raisons sont évoquées dans la suite de l’article : le chanteur du groupe a tenu jusqu’en 2012 un label (Grievantee Productions) ayant sorti des albums de NSBM et notamment une réédition du groupe français Kristallnacht ; Horna est actuellement signé chez World Terror Comitee, label animé par un “membre depuis 2016 du groupe ouvertement antisémite Grand Belial’s Key et membre de longue date d’Absurd” et enfin le chanteur de Horna joue depuis 2017 du clavier dans Peste Noire (aka Kommando Peste Noire ou K.P.N.).

Je ne m’attache pas ici à la structure marabout – bout de ficelle de l’article qui permet d’évoquer tous les “grands noms” de la scène NSBM avec des développements du type Sven Zimper est membre d’Absurb, Hendrick Möbus aussi et ce dernier a créé un mouvement néo-païen d’extrême-droite.

Prenons les arguments un à un.

Grievantee Productions a sorti 35 albums de black metal entre 2004 et 2012 (https://www.discogs.com/fr/label/49760-Grievantee-Productions), essentiellement de groupes de black metal finlandais. Il suffit de les parcourir pour comprendre que ce label est un projet musical plus qu’un projet politique (Anal Blasphemy ou Necroslut ne véhiculent pas un discours politique…). Et rééditer Kristallnacht – un des groupes pionniers du NSBM en France – est aussi un acte musical : ce groupe véhiculait une idéologie nazie et composait de très bons titres de black metal. J’y reviendrais mais l’orientation politique et le talent sont deux phénomènes distincts.

En ce qui concerne W.T.C Productions (World Terror Committeehttps://www.discogs.com/fr/label/38304-WTC-Productions), c’est un peu pareil. Le label a sorti plus de 170 albums de black metal depuis 2002 et toutes les sous-catégories du black metal sont représentées. Pour le formuler autrement, il a existé et il existe toujours des labels musicaux d’extrême-droite dont le projet est ouvertement politique (Rebelles européens, Tuono Records, etc.). Dans le monde du black metal, cette situation est relativement rare et la très grande majorité des labels sortent des productions NSBM mais également ds groupes satanistes, death, etc., etc.

Le grief principal, et c’est d’ailleurs écrit dans l’article (” le lien le plus actuel et le plus pertinent à nos yeux pour bannir de nos salles de concert ce groupe”), concerne la collaboration avec Peste Noire – ce qui est prétexte à un long  développement sur le chanteur Famine et ses liens avec le GUD devenu Bastion social ou l’organisation ukrainienne Militant Zone. Le fait qu’un des cinq membres du groupe joue du clavier depuis un an avec Peste Noire devrait suffire à justifier l’interdiction des concerts de ce groupe en France. Or cette collaboration n’est qu’une des multiples activités du chanteur qui a participé à des dizaines de projets (https://www.metal-archives.com/artists/Shatraug/1369) depuis 1998.

Tout ce qui est écrit concernant Peste Noire est précis et documenté. Les textes de ce groupe véhiculent une idéologie d’extrême-droite (cf les paroles du Dernier Putsch par exemple) et le chanteur a des liens forts, qu’il ne cache pas, avec des organisations d’extrême-droite en France et à l’étranger. Et c’est également l’un des groupes de black metal les plus talentueux et les plus intéressants musicalement depuis un bon nombre d’années. Certain.e.s de mes ami.e.s politiques le regrettent mais on peut être d’extrême-droite et avoir du talent.

Pour en  revenir à Horna, prendre prétexte de la collaboration d’un membre d’un groupe non politique avec un autre groupe pour demander l’interdiction d’un concert me paraît peu pertinent. Ce qui l’est moins encore, c’est de se livrer à des raccourcis comme celui visible dans l’image qui suit.

Statut facebook de la page Action Antifasciste Quartier Rouen du 4 novembre 2018

Conclusion provisoire : le NSBM existe, en France comme dans de nombreux pays. Les groupes ouvertement NSBM se produisent très rarement sur scène en France et dans des concerts clandestins dont le lieu exact n’est jamais annoncé à  l’avance (Hatred and War ce week-end en Rhône-Alpes, le Call of Terror le 9 février 2019). Exactement comme les festivals de RAC (Rock against Communism). Et, s’il est important d’être vigilant, peut-être est-il important d’éviter de se tromper d’ennemis ou de combats.

Pour aller plus loin

  • Émission radio sur la scène NSBM de web radiocrochet. Plutôt bien documentée et nuancée.
  • Un ensemble de liens plus ou moins ténus entre Horna  et la scène NSBM sur le site antinsbmfrance.
  • Une déclaration ancienne de Horna liée à cette vieille polémique sur metalunderground.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.