Sur le carnet post-terrain (Bure, 2017)

Histoire d’un texte : deux collègues diffusent au printemps 2018 un appel sur le thème Géographie des mobilisations. Je leur envoie le mail suivant : ” [..]. Je me demandais si la revue pouvait éventuellement accueillir des “carnets post-terrain” et un texte expliquant à la fois pourquoi je ne tiens (tenais…) pas de carnet de terrain dans le bois occupé à Bure et les contraintes et limites des carnets post-terrain. Ça ne saurait évidemment être un article scientifique mais il me semble que l’explicitation des contraintes liées aux recherches sur les zones occupées (zad est un terme que j’utilise de moins en moins) et un exemple concret de matériau empirique reconstruit a posteriori pourrait justifier ce type de publication. N’hésitez surtout pas à être direct.e si cette proposition vous semble totalement saugrenue.” (27 mars 2018). On me répond alors qu’une rubrique est justement faite pour ça. Très bien, j’envoie. Et en septembre, ah bah non : ” […] il y a eu un malentendu. Je comprends que vous souhaitiez mettre un texte de ce genre à disposition des acteurs mais la revue n’est pas le support approprié […]”. Donc acte et voici donc 1. pourquoi je ne tenais pas de carnet de terrain en bois Lejuc occupé et les problèmes que cela pose ainsi que 2. des  extraits des  carnets post-terrain en question. J’espère que ces extraits seront compréhensibles aux personnes non familières de la situation sur place. Et si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me le signaler que je prépare une version enrichie et davantage contextualisée. Le texte qui suit a été finalisé en mai 2018.

Travailler sur zone : le choix du carnet post-terrain (Bure, 2017-2018)

Présentation

D’août 2016 à février 2018, le bois Lejuc, situé sur la commune de Mandres-en-Barrois (Meuse), a été occupé par des opposant.e.s au projet Cigéo (enfouissement des déchets nucléaires à durée de vie longue). J’ai eu l’occasion de séjourner à trois reprises dans ce bois, mon objectif initial étant de comprendre comment fonctionnait une occupation.

Le carnet de terrain est l’un des outils de base du travail de terrain. Or, lors de mes séjours à Bure, je n’en tiens pas. Le court texte qui suit tente d’expliquer pourquoi. Les extraits qui suivent tentent de montrer comment les observations recueillies sur place sont problématisées a posteriori afin de comprendre ce que met en jeu une occupation.

Afin que ce texte puisse être accessible à toute personne intéressée, et notamment à mes ami.e.s militant.e.s, j’ai volontairement choisi de me débarrasser ici de tout attirail académique (notes de bas de page, références bibliographiques, appareil conceptuel, etc.), attirail que je réserve aux « articles dans les revues à comité de lecture » en cours de préparation.

Vivre en occupant

Lors de mon premier séjour en juillet 2017, j’ai passé la plupart de mes journées dans le bois et la majorité de mes soirées à la Maison de résistance à la poubelle nucléaire située à 2 kilomètres, dans le village de Bure (voir plan infra). Il me semblait alors que pour comprendre un fait social, lorsque cela est possible, le plus simple est encore de le vivre. Cela n’est évidemment pas suffisant et n’empêche pas la recherche bibliographique classique (ouvrages, articles, textes et sites militants, institutionnels, etc.).

Pour comprendre comment fonctionne la maison, il est nécessaire d’y passer du temps et de participer aux tâches quotidiennes. Pour comprendre comment fonctionne le bois occupé, il est nécessaire d’y passer du temps et de participer aux tâches quotidiennes. J’ai choisi de me présenter non comme chercheur travaillant « sur Bure » mais comme militant venant régulièrement « à Bure » et étant par ailleurs chercheur.

En forêt, il est rare qu’une personne écrive. Les rares cas où j’ai eu l’occasion de voir une personne prendre des notes, c’est lorsque la réunion hebdomadaire (« la gravitante ») se tient à Vigie sud, point d’entrée du bois le plus proche de la maison, et qu’une personne est chargée du compte rendu. Étant parmi des personnes qui n’écrivent pas (en tout cas, pas en public), je ne le fais pas non plus.

Le bois Lejuc en juillet 2016 (source vmc.camp). Tous les lieux de vie ne sont pas représentés sur cette carte.

Je pourrais bien entendu m’isoler dans la journée ou la soirée pour prendre des notes mais je ne le fais que très rarement : il est en effet relativement difficile de s’isoler tant à la maison que dans la forêt. Le seul séjour où j’ai pu le faire, c’était en janvier 2018 où j’ai eu l’opportunité d’habiter seul la cabane des Karen, à proximité de Vigie sud. Et pourtant, même dans ces conditions, je n’ai fait que griffonner des notes très rapides chaque soir. Pourquoi ? Parce qu’écrire peut être dangereux pour les autres.

Protéger les ami.e.s

Vivre en zone occupée implique qu’à tout moment, une intervention des gendarmes peut entraîner une perte ou une confiscation des affaires personnelles. Il serait donc dangereux pour les autres occupant.e.s de prendre des notes incluant des informations sur des personnes ou des trajectoires. De la même façon, prendre des photographies suppose de respecter des règles visant à assurer la sécurité des personnes : absence de personne, de chien, de véhicule, de tout élément permettant une identification. Lors de la perquisition de septembre 2017, plusieurs ordinateurs personnels ont été saisis à la maison de résistance, il est donc risqué également d’emmener un ordinateur.

Une situation banale

Ces deux exigences minimales (être un occupant parmi les occupant.e.s, veiller à leur sécurité) n’ont rien d’exceptionnelle et peuvent se retrouver dans bien d’autres types d’observations ethnographiques. Toute étude d’un milieu clandestin et/ou socialement stigmatisé se heurte aux mêmes contraintes.

Reconstructions et critères de scientificité

Si l’absence de notes de terrain peut se justifier, comment par contre écrire ses notes post-terrain et surtout, comment avoir un minimum d’exigence de scientificité concernant la nature de ces notes écrites après coup ?

Vivre en occupant crée une familiarité de fait avec certaines personnes, familiarité qui me permet de connaître des éléments de trajectoires spatiales et biographiques. Ces éléments sont évidemment utiles pour comprendre le fonctionnement de l’occupation mais dans la mesure où je refuse de les écrire, même a posteriori, je ne crée pas les conditions d’une recherche reproductible.

La solution provisoire trouvée pour éviter cet écueil est double : ne pas avancer de conclusions basées sur des observations non écrites ; rendre au maximum public et accessible ce qui peut l’être afin de mettre à disposition un matériau empirique auto-censuré certes, mais aussi précis que possible sur les aspects ne mettant pas en danger les personnes concernées.

Des carnets contraints par le temps

Faire du terrain en zone occupé entraîne une perturbation importante de mes activités de chercheur, notamment parce que je n’ai pas accès à mes mails. Chaque séjour au bois Lejuc suppose après coup deux journées exclusivement consacrées à la gestion de ces messages. Toutes les activités nécessitant de la co-présence (réunion, séminaire, encadrement, formation, etc.) sont également concentrées hors des séjours sur le terrain. De plus, ces séjours sont physiquement éprouvants, notamment en ce qui concerne le sommeil (conditions de couchage précaires, réveil à 5h30 pour surveiller les points d’accès au bois).

Lit de camp à la piraterie (lieu de vie situé derrière Vigie sud) – occupé en octobre 2017 (photo de l’auteur)

Si sur zone, je n’écris pas, au retour, j’ai un emploi du temps où trouver quelques jours pour me remémorer aussi exactement que possible le séjour et l’écrire est à peu près impossible. J’essaye d’écrire un maximum de notes dans les deux semaines qui suivent mes terrains, puis je les complète à la marge lors de mes relectures (en notant toujours les dates des ajouts).

L’enjeu de la restitution

J’ai séjourné à trois reprises dans le bois Lejuc. Certaines personnes sont devenues des amies dont je ne connais pas le nom – l’usage du pseudonyme est la norme, et ces pseudonymes changent régulièrement. Il est des personnes que je croise très régulièrement (à Bure, à Bar-le-Duc pour les procès de militant.e.s, à Notre-Dame-des-Landes, lors de manifestations parisiennes), je les informe quand j’ai mis en ligne un texte sur Bure.

Il en est d’autres que je n’ai pas revues depuis des mois et je n’ai aucun moyen de les joindre. Je n’ai pas encore trouvé de solution satisfaisante à ce problème. La seule démarche visant à favoriser une transparence maximale est 1. de privilégier de manière exclusive les revues en accès libre 2. de multiplier les textes non scientifiques pouvant être lus et commentés par un public qui ne soit pas exclusivement bac + 5 et plus (ce que je tente de faire sur ce blog). N’ayant à ce jour eu ni retour ni commentaire des ami.e.s, je ne suis pas certain que cela soit suffisant.

La sélection suivante met en relief trois aspects spécifiques : les questionnements liés à ma position en tant qu’occupant-chercheur ; les relations entre lieux (à l’intérieur du bois, entre le bois et les lieux habités par des opposant.e.s alentour) ; les conditions matérielles de la vie sur place.

Extraits du carnet post-terrain d’octobre 2017

Relations entre lieux et entre personnes

Si tou.te.s les personnes présentes sont contre le projet Cigéo, les lieux sont occupés par des personnes différentes : il est rare qu’une même personne passe beaucoup de temps en forêt et à la maison (* et * étant les deux exceptions qui confirment la règle). Les personnes passant d’un lieu à l’autre en forêt sont également une minorité. Les qualificatifs utilisés pour désigner les personnes des autres lieux sont explicites : pour Vigie sud, Sud-est c’est peuplé de hippies et barricade nord idem. Les surnoms patchoulistan et hippistan ont été utilisés plusieurs fois. Cela ne préjuge pas d’une hostilité personnelle (« il y a beaucoup de gens que j’aime bien là-bas ») mais d’une ambiance générale. D’autres lieux sont considérés comme ayant un usage spécifique : ainsi la Communale, non joignable par téléphone ou talkie-walkie et hors de portée de la corne de brume est considérée comme un lieu non stratégique, non défensif mais permettant un chill-out (usage de stupéfiants et descente dans un environnement sûr) et/ou une grasse matinée.

Si beaucoup de monde passe à Vigie sud, c’est sans doute parce qu’il s’agit du lieu de vie le plus aisément accessible depuis Bure, que ce soit à pied ou en voiture. Y passer pour rejoindre les Karen, Sud-est ou la Communale est également quasi obligatoire. Par contre, aller de Vigie sud à barricade nord est plus rare : vivant et participant aux activités quotidiennes de Vigie sud, je ne suis passé que deux fois en neuf jours à nord. Comme les deux personnes que je connais là-bas n’y étaient pas, je n’avais pas de raison d’y aller (excepté pour amener tabac et café).

J’ai été témoin de nombreuses critiques concernant les lieux et les personnes – sans doute parce que je suis resté plus longtemps au même endroit et qu’une personne en particulier était dans un état de fatigue et d’énervement intense. Certains lieux peuvent être rejetés en bloc et l’hostilité vis-à-vis de la maison est fréquemment exprimée en forêt (« la maison, c’est de la merde ») avec des arguments divers (« illes chient dans l’eau potable », « tu ne peux pas laisser tes affaires », « illes passent leur temps à mater des séries et leur facebook, illes ne servent à rien dans la lutte »). Le manque de réactivité face à certaines situations agace beaucoup (pas de téléphone pendant deux jours à barricade nord – qui n’a donc pu être jointe lors de l’attaque du vendredi -, livraison d’eau et de nourriture aléatoires, crédit téléphone de 70 cents à Vigie sud pendant 3 jours, ce qui interdisait tout appel, etc.). […]

Vivre, construire et travailler hors de la sphère marchande

Depuis ma dernière visite (moins de deux mois), les travaux ont été nombreux : construction d’un portail à barricade nord, rehaussement de la vigie, couverture de la cuisine et arrivée de l’électricité (panneau solaire, deux ampoules et possibilité de charger les talkie-walkie et les téléphones) à Vigie sud, création d’un nouveau lieu de vie à Sud-est (deux yourtes, cuisine, abri pour le bois, toilettes et dortoir en construction). Le Dracab – cabane dans les arbres que je n’ai toujours pas trouvée – est par ailleurs terminé et régulièrement habité. Il est impressionnant de voir l’énergie déployée pour créer, entretenir, améliorer des lieux de vie dont toutes et tous connaissent la dimension précaire. Chacun.e sait ici qu’en cas d’expulsion, toutes ces installations seront détruites en une poignée d’heures. Pourtant, beaucoup travaillent sans cesse. Le fait que je me sois levé plus souvent à 5 heures du mat que dans toute l’année écoulée montre l’importance du temps nécessaire pour créer et défendre ces lieux construits collectivement avec du matériel de récupération (palettes, bâches, couvertures de seconde main, bois).

J’ai appris davantage concernant les ressources des un.e.s et des autres. Certaines personnes font des petits boulots alimentaires à temps très partiels, essentiellement pour financer la consommation de produits (tabac, shit, alcool). D’autres sont au RSA. D’autres n’ont aucun revenu, ne souhaitant pas effectuer les démarches permettant l’accès au RSA. L’une des personnes avec laquelle j’ai le plus échangé considère par exemple que manger et s’habiller sont des besoins au même titre que respirer, et il est donc délirant de payer pour satisfaire ces besoins. Lorsque cette personne a besoin d’argent (elle paye uniquement sa consommation d’herbe), elle fait la manche. La nourriture et le tabac proviennent des dons et de la maison, les vêtements du free-shop. De nombreuses personnes passant à Bure viennent de squats ou de zones occupées et il est rapidement possible de se créer un réseau personnel permettant d’être hébergé.e gratuitement dans de nombreux lieux, en France et à l’étranger.

Évolution du projet de recherche

Je n’ai à aucun moment envisagé de travailler « sur » Bure, « sur » l’occupation ou les occupant.e.s car il n’est pas question pour moi de me situer au dessus ou en dehors de cette lutte.

J’ai envisagé ces derniers mois de travailler avec les occupant.e.s et j’avais l’intention au départ de parler de co-construire un projet de recherche en gravitante [réunion hebdomadaire]. J’en ai parlé mercredi midi à * qui a réagi de façon plutôt hostile en répondant qu’il en avait assez de l’ « élitisme intellectuel ». Je ne l’ai pas fait à la première gravitante car les tensions étaient fortes ; je ne l’ai pas fait à la deuxième car la réunion m’ennuyait et surtout le projet me paraissait bancal.

Ne vivant pas là-bas, je ne me sens pas légitime pour faire émerger ce type d’initiatives : de la connaissance et des savoirs sont produits depuis des années par les militant.e.s et illes n’ont pas besoin de moi pour ça. De plus, garder un esprit critique me paraît nécessaire : il n’est pas question de censurer certains aspects – je ne parle pas évidemment des règles éthiques visant à protéger les personnes – parce que ça ne correspondrait pas à ce que certaines personnes voudraient entendre.

Par contre, je peux construire une recherche et produire des connaissances depuis la lutte. Il ne s’agit pas de prétendre être objectif, en dehors, témoin mais bien de vivre la lutte, dans tous ses aspects, de l’épluchage des légumes aux discussions interminables en passant par la défense de la barricade, pour mieux la comprendre et l’analyser. Il s’agit d’une recherche en plusieurs temps : des temps réguliers d’imprégnation totale, où je suis un occupant avec d’autres, et des temps comme celui-ci où je reviens sur ce qui a été vécu, je le mets en forme, en rubriques et ce matériau sert ensuite à produire des savoirs qui, peut-être mais peut-être pas, pourront être utile sur place. L’utilité n’est pas la fonction première ; mieux comprendre le fonctionnement des lieux occupés l’est.

[…] J’ai toujours été honnête lorsqu’on me demandait mon boulot ou ce que je faisais là mais j’ai gagné en confiance lors du séjour […]. Le fait d’avoir été l’un des rares présents lors de l’attaque de vendredi matin a sans aucun doute aidé à assumer ma position. [arrivée d’une quarantaine de gendarmes casqués à 6 heures du matin le 20 octobre 2017 : voir ici]

Le retour

Après un séjour de neuf jours et neuf nuits dans le bois, le retour à la vie « normale » est d’abord synonyme de confort. Prendre une douche chaude, se raser, se crémer, dormir dans un lit confortable après un repas copieux. C’est aussi se faire des réflexions du type « tiens, j’ai consommé plus d’eau (une douche, une machine à laver, un tour aux toilettes) en deux heures qu’en une semaine ». C’est trouver l’environnement étonnamment quadrillé. Trouver étrange de marcher sur des sols artificiels si longtemps. C’est aussi devoir se réhabituer à, pour reprendre une expression entendue à Vigie sud, « échanger du temps contre de l’argent » et prendre cinq heures pour traiter les près de 600 mails reçues durant ces neuf journées. 400 jetés sans être lus (listes de diffusion, spams), 100 classés sans être ouverts (listes militantes), 50 demandant une réponse courte (« Merci, Amitiés, Bon week-end ») et 50 demandant du travail (annonces de réunions, série de mails à écrire, décisions à prendre, texte à revoir ou à envoyer, etc.). Il s’agit aussi de revoir les moments, de se rappeler les discussions, les ambiances, la topographie afin d’être aussi explicite que possible pour écrire ces notes.

Extraits du carnet post-terrain de janvier 2018

Dormir

[…] J’ai passé le reste des nuits seul dans la baraque des Karren. Là, le sommeil a été plus difficile : bruit de la pluie sur la bâche, froid (une nuit), inconfort (vêtements humides), paranoïa récurrente (lorsque la pluie tombe, on entend facilement des bruits de pas ; signaux lumineux qui paraissent anormaux). Je dormais en général par courtes tranches et finissais par me lever soit parce que la nuit s’éclaircissait, soit parce que je ne parvenais pas à me rendormir. N’ayant pas l’heure, je me levais parfois très tôt. Ainsi, la dernière nuit, impossible de me rendormir : je déjeune, range mes affaires, la cabane puis descend à la maison (il est trop tôt pour passer dire bonjour aux lieux de vie en forêt). Là, je croise une personne et lui demande l’heure : il est 4 heures du matin…

Le risque permanent d’alerte et d’expulsion oblige à ranger très soigneusement ses affaires : il faut être prêt à s’habiller et à déguerpir avec ses affaires rapidement et discrètement (sans utiliser la frontale donc). Je dormais avec la frontale accrochée au poignet, bonnet plus capuche, la Ventoline toujours rangée dans la petite poche de mon sac à dos qui était toujours au même endroit à ma droite (j’ai paniqué un matin lorsque je me suis rendu compte que mon aérosol était vide, je me suis vite habillé et suis descendu à la voiture prendre un aérosol neuf). Si en octobre dernier, je dormais habillé, le temps lors de ce séjour (pluie presque tous les jours) m’obligeait à me déshabiller en partie. Afin de sécher au moins les chaussettes (toujours humides en fin de journée), j’avais les jambes nues et plaçais mes chaussettes sous mes cuisses afin de les sécher dans la nuit. J’y plaçais parfois un pantalon ou un sweat pour les mêmes raisons.

Au matin, la couverture du dessus était toujours très humide, je la mettais à sécher et rangeais soigneusement duvet et couvertures.

S’alimenter

Que ce soit à la maison ou en forêt, préparer un repas est laborieux mais pour des raisons différentes. À la maison, il faut déjà savoir combien de personnes vont manger (entre 10 et 25 lors de mon séjour selon les moments), nettoyer la vaisselle puis cuisiner pour un groupe – ce que je ne sais pas encore faire. Le fait que la cuisine ait été en chantier à partir du lundi 29 a évidemment compliqué la tâche (vaisselle sur une table dans la grange, gazinière dans la grange, points d’eau utilisables dans les deux salles de bains).

En forêt, le temps de préparation est long en raison de la rareté du matériel et de l’exiguïté des plans de travail disponibles. Mais surtout, le temps de cuisson est extrêmement long si une réserve de bois sec n’est pas régulièrement alimentée (ce qui est le cas à Vigie sud – à barricade nord, l’organisation des aspects logistiques du quotidien est beaucoup mieux assurée). La simple préparation d’un café peut prendre une heure pour un résultat souvent médiocre (café tiède et marc omniprésent).

Du coup, lorsqu’un aliment prêt à consommer (pain, fruit, chocolat) est disponible, il est consommé très rapidement.

Encliquement

L’un des objectifs de mon séjour était de lutter contre l’encliquement, à savoir le fait d’être prisonnier des relations créées précédemment qui peuvent empêcher d’en créer d’autres. Le fait d’être ami avec * ou * peut faire que * ne souhaite pas m’adresser la parole. La stratégie envisagée était de changer de lieu, notamment en allant à Nord et à la gare. Or, le renouvellement des personnes, tant à la maison qu’en forêt, est tel depuis mon dernier séjour que le phénomène ne s’est pas produit. Certes, les personnes qui ne m’adressaient pas la parole lors des précédents séjours ne l’ont pas plus fait cette fois-ci, et j’ai passé du temps à discuter avec les personnes rencontrées et appréciées lors des précédents séjours. Mais pour ne citer que cet exemple, lorsque je suis monté à Vigie sud le premier jour, j’ai demandé à une personne s’il y avait *, * ou * et non, aucune n’était là. Sur la dizaine de personnes gravitant autour de Vigie sud, je n’en connaissais aucune.

S’adapter au terrain et aux lieux

En écrivant ces notes, je repense à ce que me disait une collègue il y a quelques années sur les méthodes d’enquête de terrain : tu as ta problématique, ta grille d’analyse et tu observes pour remplir ta grille. Or ce n’est pas exactement comme cela que ça se passe. Pour comprendre ce qui est en jeu à Bure et alentours, il faut observer et, en fonction des règles éthiques qu’on se fixe, essayer d’en rendre compte de façon complète tout en veillant à la sécurité des personnes. Il est utile de se fixer des objectifs (par exemple, passer plus du temps à la gare) mais la situation sur place peut les rendre caducs (il n’y a plus personne qui dort à la gare quand je prévois d’y aller…).

Établir une grille suppose de savoir a priori ce que l’on souhaite observer. Ne pas en établir – ce que je fais – entraîne le risque de rater des dizaines d’observations potentiellement intéressantes.

Choisir/trouver une cabane où dormir

Que ce soit à la maison ou en forêt, la première question est de savoir s’il y a de la place puis d’en trouver une. Repérer si un lit est occupé ou non n’est pas toujours évident à la maison aussi est-il plus prudent de dire où l’on s’est installé aux personnes qu’on a identifiées comme dormant au dortoir. En forêt, les réponses sont souvent plus floues voire contradictoires : « il y a de la place à nord », « à la communale, peut-être ». Si l’ambiance du dortoir à la maison est calme – les personnes font attention et il est possible de dormir correctement, surtout qu’on ne craint pas comme en forêt l’intervention des gendarmes -, c’est plus compliqué en forêt. Une personne était par exemple très énervée du comportement d’un groupe (d’autant plus que le groupe parlait anglais ou allemand, langues que la personne en question ne comprend pas) qui passait beaucoup de temps jusque très tard à la piraterie. Son binôme l’avait laissé pour aller dormir au grand chêne [cabane située en hauteur] mais elle ne sachant pas grimper subissait la compagnie. En forêt, il faut donc savoir où il y a de la place et qui réside à tel endroit. Il m’a fallu trois jours pour arriver à trouver une place permettant de dormir un minimum. Comme je l’ai dit une fois en chauffumerie [pièce fumeur et chauffée à la maison de résistance], je ne dors pas avec n’importe qui en forêt. Une personne a voulu savoir pourquoi je disais ça et j’ai répondu que s’il y a des personnes qui fument et picolent, je n’ai pas envie d’en être, ah oui c’est sûr a été la réponse.

Cabane des Karen, janvier 2018

La gare

J’avais prévu en janvier de passer plus de temps à la gare et ça ne s’est pas fait pour deux raisons principales : l’arrivée de chats (en plus des chiens) au sleeping ; et surtout l’absence de personnes à la fin de mon séjour. Je n’y suis allé qu’une fois, pour une réunion sur le devenir de la gare. La réunion a eu lieu dans la seule pièce chauffée et faiblement éclairée (une ampoule alimentée par un panneau solaire mais avec une batterie déficiente) qui fait office de salle à manger et de cuisine. La pièce est fumeur, la consommation d’alcool importante (bières). Une personne présente explique qu’elle se sent mal à l’aise à la gare car il n’y a pas d’ambiances différentes – contrairement à la maison où la diversité des espaces et de leurs usages (mezzanine vs espace multi par exemple, l’une étant un lieu jeux vidéos-joints-bières, l’autre un coin non fumeur et calme propice à la lecture) permet plus facilement selon cette personne de trouver sa place. Ici, les chiens sont partout, la fumée et l’alcool idem. […]

La forêt habitée

Les cabanes et les barricades forment l’aspect le plus visible de l’occupation du bois. Mais, en se promenant, on peut remarquer des traces plus légères montrant la présence des habitantes de la forêt. Savoir où se trouvent les principaux lieux de vie est relativement simple : il suffit d’être attentif aux chemins tracés par l’usage répété des mêmes itinéraires (cf photo ci-dessous). Cela permet également de savoir comment contourner les barricades les plus imposantes.

Post-scriptum (avril 2018)

Le 22 février 2018, le bois Lejuc a été évacué. Les lieux de vie évoqués dans ces carnets ont été détruits. Quelques courtes visites dans le bois ont été effectuées dans le bois par des militant.e.s au printemps mais aucune réoccupation durable ne semble prévue, la surveillance policière et la répression judiciaire restant fortes sur le terrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.