Archives de catégorie : Scènes musicales nationalistes

Billets concernant les scènes musicales d’extrême-droite en France et ailleurs.

Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC

Que fait un chercheur ou une chercheuse la plupart du temps – je ne parle pas du temps passer à remplir de la paperasse pour monter un projet, organiser un terrain, se faire rembourser ses frais ou justifier auprès de sa hiérarchie son activité -, ille se pose des questions et cherche des moyens d’y répondre de façon pas trop idiote ni trop coûteuse (en temps, en recherche bibliographique, en énergie, etc.). Et surtout, ille teste. L’aboutissement de tous ces test sera un ou plusieurs articles dans une revue à comité de lecture (en anglais de préférence, c’est plus rentable dans le monde académique) et des produits dérivés (chapitre(s) de livre, contributions à des projets collectifs, communications à des colloques). L’article sera le plus souvent très allusif sur la méthodologie et, surtout, ne dira rien des multiples essais et erreurs nécessaires pour parvenir aux jolis résultats présentés. C’est dommage mais c’est comme ça : on publie pour montrer ce qui marche, tant pis si ça ne représente que 10%, en étant optimiste, des tests réalisés. Et c’est dommage aussi parce que montrer ce qui ne marche pas pourrait permettre à d’autres d’éviter de perdre du temps à tester la même chose, voire de trouver des moyens pour que ces essais infructueux soient améliorés et permettent de produire de la connaissance.

Continuer la lecture

RAC anglais, splits et analyse de réseau

Le RAC (Rock against Communism) apparaît au Royaume-Uni au début des années 80 et, grâce aux talents d’organisateur de Ian Stuart Donaldson (chanteur de Skrewdriver) et au soutien financier du National Front, se diffuse rapidement au niveau européen. Cette scène est bien documentée et l’analyse de réseaux n’a pas pour but ici de trouver de nouveaux groupes comme c’était le cas avec le NSBM (voir ce billet). Il s’agit plutôt de s’intéresser aux liens entre groupes anglais et étrangers en étudiant les collaborations discographiques (splits).

Continuer la lecture

Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Continuer la lecture

Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes

Ce texte reprend des éléments présentés à la journée d’études Musiques, espaces et militantisme (vol. 1) organisée avec ma collègue Marta Severo la semaine dernière. Un grand merci aux participant.e.s pour leurs commentaires et questions. Les remarques sont bienvenues – si vous ne souhaitez pas que votre commentaire soit publié, il suffit de me l’indiquer.

Le rap est généralement considéré comme une musique issue des quartiers noirs nord-américains, juxtaposer rap et extrême-droite peut donc sembler surprenant. Pourtant, une scène rap nationaliste et identitaire est en plein développement en France. Que la musique populaire soit utilisée pour véhiculer un message politique n’est pas une nouveauté et vu les résultats électoraux des 30 dernières années, il n’est pas étonnant que cette scène prospère. Ce texte en présente la courte histoire, les liens entre musique et militantisme et les contraintes qui pèsent sur cette scène.

1. Petit historique du rap d’extrême-droite en France

Continuer la lecture

Musiques, espaces et militantismes (vol. 1) – 16 novembre 2017, Paris

Journée organisée dans le cadre de l’axe “Médias et territoires” du CIST par Marta Severo et Laurent Beauguitte

16 novembre 2017, 10h -17h, Paris 7, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 720

L’objectif de cette journée d’études est de confronter les approches – méthodologiques, conceptuelles et disciplinaires – de chercheurs et chercheuses travaillant sur des scènes musicales et ayant un intérêt pour l’aspect militant (au sens large) et/ou l’aspect territorial. Si l’aspect militant a souvent été abordé (de la protest-song des années 60 au Rock against communism des années 80, sans oublier les grands shows humanitaires pour le Bangladesh, l’Ethiopie, etc.), l’aspect spatial est souvent évoqué de manière plus marginale. Or, toute production musicale suppose des lieux de production, des réseaux de diffusion et mobilise des référentiels territoriaux parfois très prégnants (voir le rôle du quartier dans le rap par exemple).

Continuer la lecture

Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM

Ce texte s’appuie une présentation faite lors de l’école thématique Initiation à l’analyse de réseaux organisée à Nice en juillet 2017.

Ce qu’est le NSBM

Le Black metal national-socialiste (NSBM) est une branche du black metal qui affiche sa fascination pour le nazisme. Cette admiration se marque par les noms des groupes (présence fréquente des lettres 18, 88*, des termes Aryan, Krieg ou tout autre terme évoquant la haine raciale, l’antisémitisme et/ou les armées du IIIe Reich), l’iconographie utilisée sur les pochettes d’albums et par les textes des chansons. Des groupes de NSBM existent à peu près partout dans le monde et certaines scène sont particulièrement actives (France, Europe de l’Est, Amérique du Sud).

Continuer la lecture

Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie)

Ce projet a été déposé en mai 2017 dans le cadre des appels PEPS (projet exploratoire premier soutien) du RNMSH (Réseau national des maisons des sciences de l’homme). Il n’a pas été retenu – on n’a pas obtenu les sous. Et comme c’était indiqué sur le site dès le départ, nous n’avons pas reçu les évaluations. Ça doit être beaucoup trop compliqué à mettre en place. Sur les appels à projet en général, un billet est à paraître sous peu ici-même. Les * ont été ajoutés pour ce billet.

Résumé du projet : (10 lignes maxi)
Ce projet exploratoire associe des chercheurs en informatique et en SHS pour examiner le développement des sphères culturelles radicales d’extrême-droite dans le domaine musical, qu’il s’agisse de la chanson, du rap, du rock, de la techno ou du black métal, notamment grâce aux données numériques disponibles sur le Net. Les manifestations en ligne et hors ligne des différents acteurs (artistes, labels, organisateurs de concerts) seront étudiées de manière comparative en France et en Italie. À l’aide d’une méthodologie mixte (web scrapping, analyse structurale, analyse spatiale, démarche ethnographique, entretiens), l’enjeu est de construire des protocoles solides permettant l’identification de sphères culturelles souvent à la limite de la légalité à l’aide de traces numériques. Il s’agit également d’étudier comment les manifestations en ligne et hors ligne s’imbriquent pour favoriser la diffusion de contenus politiques et artistiques.

Continuer la lecture

Les rappeurs d’extrême-droite français sur YouTube

Le texte qui suit a été proposé pour le colloque Youtubeurs, Youtubeuses qui aura lieu à Tours les 9 et 10 novembre prochains. Cette proposition n’a pas été retenue. Si un.e des évaluateurs.trices a considéré que le « texte [est] intéressant, doté d’une méthodologie explicite solide, […] sur une thématique originale bien pensée. », l’autre a remarqué, à juste titre me semble-t-il, qu’il n’y avait « aucun questionnement, aucune problématique… ». J’ai débuté ma recherche en mars – sachant que mon métier de chercheur suppose d’autres activités en parallèle (recherche, enseignement, paperasse, etc.). Je collecte des matériaux, je cherche des moyens pertinents de les analyser afin de produire de la connaissance sur un aspect du monde social qui me paraît intéressant. Je n’ai pas de cadre théorique précis et suis un adepte du bricolage méthodologique.

Quelques compléments : depuis que j’ai soumis ce texte, j’ai été démenti sur certains aspects. Kroc blanc a ainsi mis en ligne une chanson de Christophe BZH sur sa chaîne Le sale blanc le 30 juin 2017 – j’écrivais que cette chaîne concernait exclusivement des commentaires politiques ; l’hypothèse concernant l’évolution de Gosta/Leinad n’est qu’une hypothèse et elle n’a pas été validée à ce jour. Des entretiens avec ces personnes sont envisagées dans un futur proche donc à suivre.

Continuer la lecture

« Mais pourquoi tu travailles là-dessus ? » ou l’illégale légitimité des objets de recherche

Que je travaille sur les scènes musicales d’extrême-droite n’était pas prévu. J’ai été recruté comme chargé de recherche au CNRS avec un projet portant sur les organisations internationales (le projet est disponible sur l’excellent blog Academia – à ne pas confondre avec la plateforme commerciale homonyme) déjà étudiées dans le cadre de ma thèse. D’octobre 2014 à avril 2016, j’ai étudié le fonctionnement du Conseil des droits de l’homme. C’était intéressant et confortable : je savais quelles données construire et comment les analyser. C’était confortable et légèrement ennuyeux. De la science normale.

Continuer la lecture