Manifestations en ligne et hors ligne des musiques actuelles radicales (France, Italie)

Ce projet a été déposé en mai 2017 dans le cadre des appels PEPS (projet exploratoire premier soutien) du RNMSH (Réseau national des maisons des sciences de l’homme). Il n’a pas été retenu – on n’a pas obtenu les sous. Et comme c’était indiqué sur le site dès le départ, nous n’avons pas reçu les évaluations. Ça doit être beaucoup trop compliqué à mettre en place. Sur les appels à projet en général, un billet est à paraître sous peu ici-même. Les * ont été ajoutés pour ce billet.

Résumé du projet : (10 lignes maxi)
Ce projet exploratoire associe des chercheurs en informatique et en SHS pour examiner le développement des sphères culturelles radicales d’extrême-droite dans le domaine musical, qu’il s’agisse de la chanson, du rap, du rock, de la techno ou du black métal, notamment grâce aux données numériques disponibles sur le Net. Les manifestations en ligne et hors ligne des différents acteurs (artistes, labels, organisateurs de concerts) seront étudiées de manière comparative en France et en Italie. À l’aide d’une méthodologie mixte (web scrapping, analyse structurale, analyse spatiale, démarche ethnographique, entretiens), l’enjeu est de construire des protocoles solides permettant l’identification de sphères culturelles souvent à la limite de la légalité à l’aide de traces numériques. Il s’agit également d’étudier comment les manifestations en ligne et hors ligne s’imbriquent pour favoriser la diffusion de contenus politiques et artistiques.

Exposé scientifique du projet
Ce projet associe des chercheurs en informatique et en SHS (géographie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, linguistique) pour examiner le développement des sphères culturelles radicales d’extrême-droite dans le domaine musical, qu’il s’agisse de la chanson, du rap, du rock ou du black métal, notamment grâce aux données numériques disponibles sur le Net. Le projet étant exploratoire, seuls deux terrains sont envisagés, la France et l’Italie.
La fin des années 70 a vu le développement d’une scène skinhead active dans toute l’Europe (mouvement RAC – rock against communism, Lescop 2012), les années 90 ont vu l’apparition et le développement spectaculaire du NSBM (Black metal national socialiste) en Europe (Maspero et Ribaric, 2014), les années 2010 voient se développer un rap d’extrême-droite.
Dans les trois cas, les artistes rencontrent des difficultés pour diffuser leurs disques (absents des circuits classiques) et se produire en concerts (risque d’interdiction et/ou de manifestations hostiles). Le développement de l’internet a considérablement changé la donne et permet a priori une diffusion plus facile de ces productions, même si le risque de censure et de procès reste présent.
France et Italie jouent un rôle important dans cet univers : la France car elle a connu le développement d’une scène rock nationaliste active dans les années 90 (RIF ou rock identitaire français, voir Collectif, 2004) ; l’Italie car un fort courant musical d’extrême-droite s’y développe dans le contexte des années de plomb (« musica alternativa­ ») et n’a cessé d’être actif depuis (Marchi, 1997). Des lieux de concerts parfois officieux permettent également des circulations entre les représentants des différents courants (local associatif géré par S. Ayoub en Picardie, local du GUD à Lyon, CasaPound de Milan et de Vérone notamment). Mais surtout, des chaînes YouTube, des pages Facebook et des comptes Twitter permettent aux groupes d’informer leurs fans et de construire des réseaux affinitaires.
Ce projet a un objectif théorique et un méthodologique.
Du point de vue théorique, l’objectif principal de ce projet est de comprendre comment s’organisent ces milieux artistiques pour diffuser leurs productions et fidéliser leur public. Ce projet s’intéresse autant aux manifestations physiques (boutiques, lieux de concerts) qu’aux usages de plateformes numériques (chaînes YouTube, labels musicaux, pages Facebook et compte Twitter des acteurs de ces scènes). L’exploration semi-automatisée de bases de données généralistes (discogs.com) et spécialisées (metal-archives.com) est par ailleurs nécessaire pour assurer une complétude satisfaisante des observations. Une attention particulière sera dédiée au rapport entre hors ligne et en ligne : comment la communication en ligne permet d’organiser les manifestations hors ligne ? Comment les outils numériques sont employés et promus dans le cadre des manifestations physiques ? Comment les traces numériques permettent d’étudier les manifestations physiques (Severo et Romele, 2015)?

Flyer d’un concert de NSBM organisé en Italie et accueillant des groupes de toute l’Europe dont les célèbres K.P.N. aka Kommando Peste noire français. Le concert est annoncé sur la page Facebook des différents groupes ; dates et lieux sont communiqués au dernier moment via SMS aux personnes intéressées ayant contacté les organisateurs. Ce type de fonctionnement clandestin est classique dans le milieu RAC et NSBM mais également dans le milieu des free party.

Du point de vue méthodologique, le projet suppose une collaboration étroite entre chercheurs SHS et informaticiens. En effet, une approche mixte est envisagée, articulant analyse des réseaux sociaux numériques (analyse multiplexe entre comptes Twitter, pages Facebook et chaînes YouTube), analyse spatiale (géographie des concerts, analyse des tweets géolocalisés), entretiens semi-directifs et analyse ethnographique des principales chaînes YouTube et pages Facebook (étude qualitative des vidéos, posts et des commentaires, Jouët et Le Caroff, 2013). La question de la donnée – numérique, d’observation et d’entretien – est au cœur de la problématique dans la mesure où il s’agit de proposer une démarche systématique de recueils de données hétérogènes, fragmentaires, voire clandestines (lieux de concerts) ou illégales (certaines chaîne YouTube de NSBM comme la chaîne italienne BlackMetalResistance sont par exemple inaccessibles depuis une IP localisée en France). La démarche de recueils et d’analyse de données proposée pourrait donc être transposée à d’autres formes de radicalités artistiques, culturelles et politiques ou à d’autres sujets soulevant des problèmes d’accès aux données (censure, activités illégales, etc.).

Retombées du projet
Le projet s’insère pleinement dans le cadre des humanités numériques et vise à faire avancer la réflexion sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques que ce nouveau contexte soulève. En particulier, l’équipe du projet devra mettre en place des protocoles adaptés pour construire un corpus cohérent, exploitable et pouvant être mis à disposition d’autres chercheurs à partir de données numériques hétérogènes. Un enjeu pluridisciplinaire majeur concerne la complémentarité et l’imbrication d’analyses s’appuyant sur des méthodes d’analyse automatique (informatique, sciences de l’information, linguistique, statistique) et d’analyses qualitatives basées sur une approche ethnographique.
Ce projet exploratoire, sur un sujet à peu ignoré par la recherche française, se propose de poursuivre trois types d’enjeux. Premièrement, il vise à reconstituer les frontières des différentes communautés, et à évaluer la capacité de l’observation ethnographique en ligne, couplée au recueil informatique de données en ligne, à dessiner fidèlement ces frontières. L’approche comparative entre ces scènes musicales permettra de mettre en évidence d’éventuelles singularités, notamment concernant la réception des œuvres (quasi exclusivement nationale dans le cas du rap, européenne voire mondiale dans le cas du RAC ou du NSBM). Enfin, l’étude d’une sphère radicale, aux pratiques parfois à la limite de la clandestinité, paraît d’un intérêt social et scientifique certain dans le contexte actuel. Ce projet permettra par ailleurs la création d’un réseau scientifique pluridisciplinaire et international sur ce thème.

Management du projet
Le projet sera coordonné par Fabien Eloire (cf cv court infra) avec l’aide de Laurent Beauguitte, Marta Severo et Robin Lamarche-Perrin. La forte interconnaissance personnelle et scientifique des personnes impliquées (nombreux projets passés et en cours, co-publications, collectifs scientifiques comme le GDR Analyse de réseaux en SHS, l’axe Médias et territoires du CIST ou le projet H2020 Odycceus en cours) est un gage de réussite du projet.
Des contacts ont été déjà pris avec des équipes italiennes et notamment avec Maddalena Gretel Cammelli (anthropologue, Université de Bologne/EHESS) Paolo Magaudda (sociologue, Université de Padoue).

Organisation et programme de travail
Le projet durera 18 mois. Trois réunions plénières sont prévues aux mois 1, 7 et 13 du projet et de réunions entre les coordinateurs seront réalisées chaque mois. Un séminaire franco-italien dont les actes donneront lieu à publication (open edition) sera organisé au mois 16. Des réunions trimestrielles via Renater permettront un suivi du travail (tâches réalisées, difficultés rencontrées, projets de publication et de communication scientifique et grand public). Un espace de travail collaboratif sera mis en place et un blog créé sur hypotheses.org pour diffuser les résultats intermédiaires et finaux aussi que les protocoles méthodologiques et les jeux de données (mois 1).
Le projet sera organisé dans les tâches suivantes :
– définition de l’état de l’art théorique et méthodologique
– définition de protocole de la recherche et collecte de données numériques
– enquêtes de terrain
– comparaison des résultats intermédiaires de différentes équipes de recherche – échanges de pratiques méthodologiques (réunion mois 7)
– redéfinition du protocole sur la base de premiers résultats et analyse empirique
– restitution de résultats dans le cadre de l’équipe du projet (mois 13)
– préparation de l’exposition itinérante
– diffusion des résultats (séminaire franco-italien, séminaires à la MESHS, participations aux conférences, activités grand public)
– communication du projet (blog et participations sur les médias) pour toute la durée du projet.

Coordination administrative et financière
La MESHS (maison européenne des sciences de l’homme et de la société) est la MSH coordinatrice. L’UMR Clersé dont est membre le porteur de projet est une unité associée à la MESHS.  Le projet s’inscrit dans son programme de recherche, via l’axe transversal « humanités numériques ». Plusieurs chercheurs du projet ont déjà contribué activement à cet axe dans les années passées.
En cas de sélection dans le cadre de l’édition 2017 de l’AAP RNMSH, la MESHS assurera son rôle d’institution coordinatrice en accompagnant la responsable scientifique et son équipe durant toutes les étapes du projet. Outre une assistance dans la gestion des crédits et la réalisation des comptes rendus financiers, le consortium bénéficiera des services d’accompagnement à la recherche proposés (pôle médiation scientifique, valorisation de la recherche, communication, pratiques et outils numériques, etc.).

Les actions de diffusion et de valorisation des résultats envisagées
Ce projet exploratoire s’inscrit dans des démarches de recherche à moyen terme : l’un des objectifs est de créer le noyau d’un réseau scientifique interdisciplinaire destiné à porter dans les années à venir des projets de recherche sur ce thème, en prenant en compte une échelle plus large (Europe). Le dépôt d’une ANR est envisagé en 2018. Le projet permettra également de renforcer les activités de l’axe « humanités numériques » (notamment journée DH Nord et ateliers méthodologiques) de la MESHS et de lui donner une visibilité plus importante à niveau national et international.
Le thème retenu se prête particulièrement à l’organisation de manifestations grand public, notamment dans le cadre du programme de médiation scientifique de la MESHS, dont l’objectif est de susciter le dialogue entre chercheurs et acteurs de la vie sociale et culturelle. L’organisation d’une exposition itinérante (réalisation de panneaux photographiques et avec des visualisation de données qui présentent les missions de terrain et les résultats de l’analyse) et de conférences grand public est prévue.

Références
Luca Acquarelli et al. Au prisme du figural: le sens des images entre forme et force. Presses Universitaires de Rennes, 2015.
Laurent Beauguitte, Claude Grasland et Marta Severo (coord.), Espaces géographiques et représentations médiatique, L’Espace géographique, 2016.
Maddalena Greta Cammelli, Fascisti del terzo millennio. Per un’antropologia di CasaPound, Verona : OmbreCorte, 2015.
Collectif, 2004, Rock Haine Roll : Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français (RIF), Paris : No Pasaran.
Josiane Jouët et Coralie Le Caroff, 2013, L’observation ethnographique en ligne, in C. Barats (dir.), Manuel d’analyse du web, Paris : Armand Colin, p.147-165.
Damien, Dosimont Robin, Lamarche-Perrin, Lucas Mello, Schnorr et al. A spatiotemporal data aggregation technique for performance analysis of large-scale execution traces, in IEEE Cluster 2014, 2014.
Gildas Lescop, Skinheads : du reggae au Rock Against Communism, in Volume !, 9(1), 2012, mis en ligne le 15 juin 2014, http://volume.revues.org/2963.
Paolo Magaudda (2011). When materiality ‘bites back’: Digital music consumption practices in the age of dematerialization, in Journal of Consumer Culture, 11(1), 15-36.
Valerio Marchi, 1997, Nazi-rock. Pop music e destra radicale, Castelvecchi, 1997
Davide Maspero et Max Ribaric, 2014, As wolves among sheep. La saga funeste du NSBM, Paris : Le Camion noir.
Marta Severo et Alberto Romele, Traces numériques et territoires, Paris : Presses de Mines, 2015.

Porteur du projet: Fabien Eloire, MCF Université Lille 1, UMR Clersé
Spécialisé en sociologie économique et analyse des réseaux sociaux. Il est co-créateur à Lille-1 du Master Réseaux sociaux et Numériques et membre du GDR* interdisciplinaire Analyse de réseaux en SHS. Il est notamment l’auteur de « Qui se ressemble s’assemble ? Homophilie sociale et effet multiplicateur : les mécanismes du capital social », Actes de la recherche en sciences sociales (2014, 205) ; « Une approche sociologique de la concurrence sur un marché. Le cas des restaurateurs lillois », Revue française de sociologie (2010, 51, 3) ; « La fixation des prix en situation d’incertitude et de concurrence : Keynes et White à la même table » avec T. Dallery et J. Melmiès, Revue française de socio-économie (2009, 4) ; « Application de l’analyse des réseaux complets à l’échelle inter- organisationnelle. Apports et limites » avec E. Penalva-Icher et E. Lazega, Terrains & Travaux (2011, 19).

Partenaires, équipes impliquées, compétences – personne-mois** indiqué en gras et en italique
MESHS de Lille
Luca Acquarelli (EA Geriico – sciences de l’information et de la communication) : analyse des représentations du fascisme (2 personne/mois)
<Fabien Eloire (UMR Clersé – sociologie) : analyse de réseaux (3 personne/mois)
Natalia Grabar (STL UMR 8163 – TAL, linguistique) : exploration lexicale et linguistique des textes des artistes (2 personne/mois)

Institut des systèmes complexes de Paris Île-de-France
Robin Lamarche-Perrin (UPS 3611 – informatique) : protocole de recueils, de mise en forme, d’analyse et de mise à disposition des données (2 personne/mois)
FR-CIST, Axe Médias et Territoires
Laurent Beauguitte (UMR IDEES – géographie) : analyse de réseaux, analyse spatiale, démarche ethnographique en ligne et hors ligne (3 personne/mois)
Thomas Louail (UMR Géographie-cités – informatique) : analyse, visualisation, mise à disposition des données numériques (2 personne/mois)
Marta Severo (Dicen-IDF – sciences de l’information et de la communication) : analyse des pratiques et des données numériques (2 personne/mois)

Budget demandé : 24 935 euros
Organisation d’un séminaire d’étude franco-italien. Le séminaire sera organisé avec nos collègues italiens Maddalena Gretel Cammelli (anthropologue à l’Université de Bologne) et Paolo Magaudda (sociologue à l’Université de Padoue) : 5000 euros (déplacements et hébergement pour 6 personnes Italie-France ; repas des 10 à 15 intervenant.e.s sur deux jours)
Participations à des colloques nationaux et internationaux : 6000 euros
Trois missions de terrain en France et en Italie (enquête, observations, entretiens) : 6000 euros
Trois réunions de travail avec l’ensemble des partenaires : 2000 euros
Deux mémoires de M1 ou M2 rémunérés comme stagiaires pendant 4 mois (humanités numériques, sociologie) : 4 435 euros (554,40 x 4 x 2). Intégrer des étudiant.e.s dans ce projet de recherche pluridisciplinaire nous paraît indispensable pour favoriser leur insertion professionnelle.
Exposition itinérante (impression des panneaux, déplacements) : 1500 euros

*GDR = groupement de recherche. Structure financée par le CNRS pour une durée courte (4 ans, éventuellement renouvelable).
**personne/mois = une personne annonçant 3 personne/mois signale qu’elle va consacrer durant la durée du projet un quart de son temps annuel de recherche au projet. Donc 3 mois pour un chercheur, un mois et demi pour un.e maître de conférence (ces dernièr.e.s sont supposé.e.s faire 50% d’enseignement et 50% de recherche).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *