« Mais pourquoi tu travailles là-dessus ? » ou l’illégale légitimité des objets de recherche

Que je travaille sur les scènes musicales d’extrême-droite n’était pas prévu. J’ai été recruté comme chargé de recherche au CNRS avec un projet portant sur les organisations internationales (le projet est disponible sur l’excellent blog Academia – à ne pas confondre avec la plateforme commerciale homonyme) déjà étudiées dans le cadre de ma thèse. D’octobre 2014 à avril 2016, j’ai étudié le fonctionnement du Conseil des droits de l’homme. C’était intéressant et confortable : je savais quelles données construire et comment les analyser. C’était confortable et légèrement ennuyeux. De la science normale.

Plusieurs éléments ont ensuite fait dévier ma route : une dépression à l’automne 2015 (maintenant que j’ai atteint mon objectif – le CNRS – que faire ?), dépression aggravée par les attentats de novembre ; le moment Nuit debout et le mouvement contre la loi travail (sur lequel j’ai travaillé, où j’ai milité et rencontré des personnes devenues depuis des ami.e.s) ; l’envie de me faire plaisir dans mes recherches plutôt que de continuer à faire du chiffre en commettant une recherche de plus en plus prévisible et normée (publier, publier, décrocher des contrats pour financer des emplois précaires, publier encore).

Début 2017, je lis un article (paru en juillet 2015, je lis rarement les Inrocks et toujours en retard…) sur le rap d’extrême-droite en France. Une interview du chanteur des Deads boobs dans le fanzine Social Crash Asso (numéro 1, acheté à un concert rue des Vignoles le 28 mai 2016) me fournit des noms de groupes de rock d’extrême-droite actuels. Je me rappelais la scène du Rock identitaire français (RIF) des années 90 ou les polémiques autour du groupe Laibach dans les années 80. Je découvre l’importance de la scène NSBM (Black Metal National Socialiste) au niveau mondial. Et je décide de collecter des informations sur ces scènes, au niveau français d’abord, puis au niveau européen et mondial.

Je pourrais développer longuement – je le ferai dans des billets à venir – pourquoi la géographie a des outils permettant d’étudier ces scènes semi-clandestines (en Europe de l’Ouest en tout cas). Et pourquoi il n’est pas totalement absurde de travailler sur ce sujet. Je peux même maintenir l’illusion d’une continuité dans mes travaux de recherche en expliquant que, depuis le début de ma carrière de chercheur, j’étudie les liens entre espaces et politique. Et donc que passer de l’ONU à Nuit debout puis aux luttes de territoire – mon autre sujet de recherche du moment – et aux scènes musicales d’extrême-droite est tout à fait cohérent. Mais l’objet de ce billet est plutôt d’évoquer les réactions déclenchées par ce choix. Jusqu’à maintenant, j’ai été plutôt préservé : l’ONU n’intéresse personne dans mon entourage et jamais personne ne s’est inquiété de mes recherches en ligne ou de mes lectures. La situation a nettement évolué.

Travailler sur un phénomène social donné suppose me semble-t-il d’éprouver un minimum de curiosité et d’empathie pour le phénomène en question – sinon, autant changer d’objet ! Et donc, dans mon cas, cela signifie écouter les disques, lire les interviews, s’abonner aux pages facebook, aux comptes twitter et autres chaînes youtube. Lire les ouvrages cultes (Les carnets de Turner du néo-nazi américain William Pearce par exemple) et, comme ils ne sont pas disponibles en bibliothèque, devoir les acheter en ligne. Retenir les noms, les lieux, les références, les héritages. Comprendre les codes. Identifier les passerelles entre les scènes, que ce soit entre styles ou entre États. Il ne s’agit certainement pas d’émettre des jugements moraux. De sursauter chaque fois que l’on rencontre une croix gammée ou les nombres 14*, 18* et 88* dans les noms des groupes**. D’être choqué quand un groupe choisit d’auto-produire 2 albums sur un label nommé Hitler was right (le groupe de métal marseillais Brutal Begude, plutôt bon musicalement par ailleurs). Il s’agit plus simplement de comprendre comment ces milieux musicaux fonctionnent, comment les disques sont distribués et les concerts organisés malgré les interdictions (voir l’exemple du récent concert bordelais d’In Memoriam qui, malgré les arrêtés municipaux et préfectoraux, a pu avoir lieu en plein centre-ville). Et de prendre au sérieux ces acteurs et leurs productions.

Mon fils – 13 ans – m’engueule quand j’écoute ces artistes (« t’écoutes encore tes groupes de fachos ? pff ! »), mon collègue de bureau s’inquiète quand une vidéo de la fachosphère m’amuse (le troll est très répandu, tout comme l’absence de censure et certains artistes sont souvent drôles), ma voisine de bureau – et amie – chargé de com’ me demande si je compte « encore travailler longtemps là-dessus ». Ma femme s’inquiète parce que lors de mes passages à Nice, je vais boire un verre au Lou Bastioun (bar associatif créé par Génération identitaire Nice et ouvert depuis 2010). Ma réponse est souvent la même : je travaille…

Paris, septembre 2017

* Le numéro désigne la place de la lettre dans l’alphabet : 18 et 88 signifient respectivement Adolf Hitler et Heil Hitler. 14 renvoie à la déclaration célèbre dans ces milieux du suprémaciste blanc David Lane : « We must secure the existence of our people and a future for white children ». Il existe bien entendu des exceptions et le groupe punk français Ludwig Von 88 par exemple n’a rien d’un groupe d’extrême-droite.
** Florilège non exhaustif de groupes, en se limitant aux nombres et à la lettre A (voir discogs.com pour connaître leur discographie) : 88, 1488, 14 Sacred Words, 14/88, Aggressiva 88, Angriff 88, Anticamera 88, Aryan 88 (notice sur metal-archives.com), Aryan Kampf 88, Auerbach 14/88.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *