Le monde merveilleux de la recherche sur projet

Quand on discute avec un chercheur ou une chercheuse, on les entend parfois dire qu’elle ou il monte un projet, prépare un projet, attend la réponse pour un projet, a raté un projet. Mais si l’on n’est pas du milieu, il est difficile de comprendre au juste de quoi il s’agit. Réponse aussi pédagogique que possible ci-dessous. Attention, ce billet ne prétend pas ni à l’objectivité, ni à l’exhaustivité. Il s’agit d’un point de vue personnel et critique, situé dans le temps d’une carrière académique donnée. Il ne s’agit pourtant pas d’une caricature. Si aucun exemple précis n’est donné, c’est pour ne pas sembler agresser les personnes ayant la malchance de travailler, du mieux qu’elles peuvent et dans des conditions de plus en plus difficiles, dans les organismes chargés de financer « l’excellence scientifique ».

L’argent : pourquoi en a-t-on besoin et où le trouver

Un projet de recherche est un moyen utilisé pour obtenir de l’argent. Nous avons nos salaires, parfois nos laboratoires (ie les structures administratives dont nous dépendons au niveau administratif) peuvent nous financer un ou deux colloques ou une traduction mais ça devient rare, la gestion néo-libérale de la recherche en France comme ailleurs devenant de plus en plus une recherche dite sur projets. Si l’on souhaite faire du travail de terrain, acheter des livres (tous ne sont pas en bibliothèque) ou du matériel, participer à un colloque, organiser des réunions de travail, il est recommandé d’être dans un projet de recherche. Il existe de nombreux guichets pour demander de l’argent, du niveau municipal (pour les grandes villes) au niveau européen, dans le secteur public et privé. Bien entendu, chaque organisme financeur a ses règles (notamment pour la composition du budget), son calendrier et ses modalités d’évaluation. La personne qui cherche des financements passe donc une partie de son temps de travail à naviguer de site en site pour voir si, par hasard, il n’y aurait pas un endroit où déposer un projet afin d’avoir les moyens nécessaires pour mener à bien ses recherches. Le plus souvent, les projets visent à favoriser les collaborations entre différents laboratoires et différentes disciplines : une fois identifiée la cible, il est donc nécessaire de partir à la recherche des partenaires.

Les partenaires : proposer, échanger, se mettre d’accord

On a une bonne idée de recherche et on a compris les règles du jeu de l’organisme financeur, vient l’étape du démarchage. On regarde son carnet d’adresse, on va voir ses collègues, on leur parle du projet, on leur demande si ça les intéresse, s’ils et elles ont des idées de personnes à contacter, etc., etc. C’est assez rapide et plus on avance dans la carrière, plus on connaît de monde, et plus on sait avec qui on arrive à bien travailler (bien travailler = sans prendre trop de retard et dans la bonne humeur). Après, ce sont des projets collectifs donc chacun.e doit y trouver son compte. Mai bon, c’est sans doute la partie la plus rigolote et celle où, en échangeant les un.e.s avec les autres, on progresse et on commence à se poser des questions pas trop idiotes. Et quand tout le monde est partant, chacun.e part à la chasse aux signatures (direction d’équipe, d’unité).

Le budget, ses règles, et la fabrique de l’emploi scientifique précaire

Chaque financeur a ses règles : parfois on peut payer (mal) des stagiaires, des thèses, des contrats post-doctoraux ; parfois on ne peut pas. Les frais de mission ne doivent pas dépasser x % dans tel cas, y % dans tel autre. Quel que soit le projet, sa thématique, les choix méthodologiques, un financeur appliquera les mêmes règles. Alors bien sûr on triche. On gonfle le volet valorisation (c’est toujours vendeur d’expliquer qu’on va valoriser à l’international) et si on a la chance d’avoir une (oui, ce sont presque exclusivement des femmes) gestionnaire compétente, on arrive à jongler de façon à adapter le budget aux objectifs du projet.

Une nouvelle absurdité est apparue ces dernières années : l’exigence du co-financement. En clair, votre projet est génial, on met des sous mais il faut qu’un autre organisme finance également. Évidemment les organismes n’ont pas le même calendrier, n’imposent pas les mêmes règles, ne demandent pas le même format de soumission. Et si l’un des deux financeurs est partant mais pas l’autre ? On retente sa chance – ou pas, on peut être fatigué.e de passer des heures à remplir des dossiers – la fois suivante. Sachant que bien entendu, dans un souci constant d’efficacité et de transparence, les règles auront changé l’année suivante.

Le mystère des évaluations

La règle numéro un est bien entendu de respecter les consignes formelles (longueur du résumé, nombre de mots clés, de signes, etc.) et d’obtenir les indispensables signatures de responsables dans les temps. La règle numéro deux est de présenter un budget détaillé et clair. La règle numéro trois est de parsemer son projet des mots clés à la mode – un collègue les appelle à juste titre les bullshit words -, ceux qui traînent partout dans tous les appels à projets (gouvernance soutenable, smart cities et mobilités douces, ce genre de choses…). Puis on attend – disons que l’on reprend ses activités normales. Dans le meilleur des cas, on reçoit quelques semaines plus tard deux ou trois évaluations anonymes. Parfois, on ne reçoit rien : on reçoit par mail la liste des projets financés par l’organisme, on va voir, on n’y est pas, on retentera peut-être sa chance la prochaine fois.

Quand on a accès aux évaluations, c’est un peu comme les évaluations d’article dans une revue à comité de lecture (pour les personnes extérieures au milieu, j’expliquerai très prochainement en quoi consiste cet exercice) : certaines suintent le mépris, d’autres respirent la bienveillance. Il y a bien entendu des grilles, variables selon les années, les organismes et le type de projet mais les personnes qui évaluent en font ce que bon leur semble. Il n’est pas rare d’avoir deux avis totalement contradictoires. Un exemple ? Un projet ANR (Agence nationale de la recherche) déposé en 2015 et recalé en 2016. Évaluateur 1 : « Les expertises de chaque partenaires [sic] ne sont pas décrites, ni leur rôle dans le projet. La complémentarité et leur adéquation aux objectifs n’est pas évaluable. » Évaluateur 2 : « Bonne équipe compétente pour les différentes tâches à traiter. »

.
Quelques effets pervers

D’un point de vue scientifique, la recherche sur projet est une catastrophe pour trois raisons principales. Tout d’abord, la nécessité de choisir des sujets à la mode pour avoir une chance d’être financé contribue à disqualifier toute recherche originale, que ce soit au niveau thématique ou méthodologique. Ensuite, pour avoir une chance d’être financé, il faut présenter une démarche dont on sait dès le départ qu’elle donnera des résultats. Soit à peu près l’opposé de ce qu’est censée être une recherche scientifique. Enfin, les délais ridiculement courts de la plupart des projets rendent illusoires toute production de connaissance digne de ce nom.

Pourquoi continuer si c’est aussi pénible ?…

Bonne question et j’avoue ne pas avoir la réponse, juste des éléments de réponse. J’ai deux thématiques de recherche ces temps-ci (ie pour les années qui viennent) : les scènes musicales d’extrême-droite en Europe et les luttes de territoire en France, et notamment à Bure. Mes séjours à Bure, je me les finance de A à Z : je demande un ordre de mission sans frais, j’ai de la famille en Meuse, ça ne coûte pas plus cher que vivre au quotidien à Paris. Aller passer deux semaines en Italie pour visiter les CasaPound et aller voir des concerts de RAC, ce n’est pas le même tarif. Mais comme j’aimerais le faire, je monte des projets en veillant bien entendu à parler de « radicalisation » (mot à la mode)…

Il est possible que ce texte exagère. Je conseille pour les anglophones celui signé Jonathan I. Katz intitulé Don’t become a scientist et disponible en ligne où l’on peut notamment lire (la traduction est la mienne) : « Maintenant vous passez plus de temps à écrire des projets qu’à faire de la recherche. Pire, comme vos projets sont jugés par vos concurrents, vous ne pouvez pas suivre votre curiosité mais vous devez dépenser votre effort et votre talent à anticiper et à détourner la critique au lieu de résoudre des problèmes scientifiques importants. [..] Les idées originales sont le baiser de la mort des projets ; comme il n’a pas encore été prouvé qu’elles donnent des résultats (et c’est ce que vous proposez de faire), elles peuvent, et seront, mal évaluées. »

NB : sans les projets, je n’aurais pas pu faire de thèse (financée par un projet européen) et je n’aurais pas pu vivre entre la fin de la thèse et mon recrutement au CNRS (2 ans et demie de contrats post-doctoraux financés par des projets de l’ANR).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *