Entretiens et règles d’anonymisation (novembre 2016)

Les entretiens réalisés auprès de participant.e.s à des assemblées de quartier au printemps 2016, suite au moment Nuit debout (ND), ont été anonymisés puis soumis à l’appréciation des personnes interrogées. Le texte ci-dessous, finalisé en novembre 2016, a été envoyé aux personnes avec deux fichiers en format texte (retranscription complète, retranscription anonymisée). Un lien permettant de télécharger le fichier .mp3 correspondant était par ailleurs fourni. Les XXX désignaient dans le texte original les noms des assemblées.

Entretiens auprès de participant.e.s aux assemblées de quartier XXX et XXX – règles d’anonymisation.

Rappel des règles définies avant la réalisation des entretiens – document diffusé en juillet 2016

Les entretiens sont individuels, confidentiels, enregistrés et réalisés dans l’environnement de votre choix pourvu qu’il soit suffisamment calme pour permettre un enregistrement correct et éviter les interruptions. Une retranscription intégrale et anonymisée vous sera envoyée pour relecture et correction éventuelle. L’anonymisation vise à rendre impossible votre identification a minima par toute personne extérieure aux assemblées et de préférence à toute personne hormis vous-même1.

Un certain nombre de renseignements seront systématiquement demandés à des fins d’analyse : année de naissance, adresse, profession et statut, niveau d’étude / dernier diplôme obtenu, situation familiale. Aucune de ces informations individuelles ne sera divulguée.

Les entretiens ne sont pas la propriété de celui qui les réalise mais une co-production entre l’auteur de l’entretien et la personne interrogée. Aussi l’auteur des entretiens s’engage à vous demander l’autorisation, orale ou écrite, pour toute utilisation de vos propos, qu’il s’agisse d’utilisation dans le cadre des assemblées de quartier (brochures, tracts, affiches…) ou dans un cadre académique.

Précision sur les règles utilisées – novembre 2016.

Tous les prénoms ont été modifiés – les femmes interrogées s’appellent Kamille, les hommes interrogés s’appellent Camille. Les prénoms cités dans les entretiens sont remplacés par des crochets où est indiqué le genre de la personne.
Toutes les coupes dans l’entretien sont signalés par trois points entre crochets comme ceci : […]
Les points d’interrogation entre crochets [?] signalent des passages que je ne parviens pas à comprendre (bruit parasite par exemple).
Les noms de lieux (rue, bar, etc.) directement liés aux assemblées de quartier ont été modifiés : ils sont suivis d’une astérisque.
Tous les éléments liés au contexte professionnel ou personnel de la personne ont été coupés. Toutes les références critiques à des membres de l’assemblée ont été coupées. Les âges donnés sont fictifs mais vraisemblables, à quelques années près. Les relances monosyllabiques (oui, ouais, hum, d’accord etc.) de l' »enquêteur » n’ont pas été reproduites.

Version anonyme et version propagande

La version anonymisée des entretiens garde l’ensemble des hésitations, répétitions, phrases inachevées etc.
La version dite propagande nettoie ces éléments, supprime les questions et vise à être utilisée pour des textes, des flyers, des brochures et que sais-je encore – si vous m’y autorisez.
Elle est en court de finition et je ne désespère pas d’avoir terminé très vite – merci pour votre patience

1 L’anonymisation totale paraît a priori difficile pour les personnes étant à l’initiative des assemblées de quartier qui seront facilement identifiables par les participant.e.s.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *