Bure : sur 4 ouvrages récents

La lutte menée à Bure contre le projet Cigéo de l’Andra (enfouissement des déchets nucléaires de longue durée) est ancienne mais semble faire depuis 2016 et l’occupation du bois Lejuc l’objet d’une attention médiatique croissante. La parution de trois ouvrages consacrés à cette lutte en 2017 est à ce titre un indicateur intéressant. J’y ajoute l’ouvrage Être forêts qui, s’il n’est pas exclusivement consacré à Bure, y consacre cependant quelques belles pages.

L’ouvrage des deux journalistes Gaspard d’Allens et Andrea Fuori est une enquête sur la lutte en cours sur ce territoire. Les deux auteurs ne s’en cachent pas : ils sont acteurs de cette lutte, se sont installés dans la région et sont des opposants actifs et déterminés au projet Cigéo. Le livre est court, bien écrit, bien documenté. On y apprend quelques jolies anecdotes : en 2013, l’Andra souhaite acquérir le bois Lejuc et propose à la commune de l’échanger contre trois forêts voisines. Pour convaincre le conseil municipal, l’Andra promet entre 500 000 et un million d’euros de rentrée fiscale annuelle pendant un siècle (Mandres-en-Barrois compte 124 habitant.e.s) et s’engage à embaucher pendant la durée des travaux (100 à 150 ans) à toutes les personnes de la commune souhaitant y travailler (pages 109-110)… Difficile avec ce genre d’arguments de sous estimer la puissance du lobby nucléaire en France. Le chapitre 5 montre que Cigéo n’arrive pas seul et que se met en place dans la région un écosystème nucléaire impressionnant (sur ce sujet, voir également l’article récent de Pascale Braun paru dans Les Échos). La stratégie d’acquisition foncière de l’Andra, et son utilité pour tenter de museler toute opposition, est également bien mise en perspective. Deux réserves pourtant sur cet ouvrage grand public de qualité : la thèse d’une région fataliste (page 33) et traumatisée par la première guerre mondiale est peu crédible, la lutte contre le projet Cigéo ayant toujours été active en Meuse (voir notamment l’ouvrage de BureStop 55 et le documentaire Tous n’ont pas dit oui d’Alain Ries). Plus généralement, l’histoire de la lutte en cours est très axé sur les années récentes (camp anti-autoritaire de 2015, occupation du bois en 2016) mais a du mal à prendre en compte la temporalité longue de cette lutte. Compléter cette lecture par l’ouvrage de BureStop 55 est donc recommandé.

L’ouvrage coordonné par Pierre Ginet, géographe à l’Université de Lorraine, est davantage destiné à un public académique et/ou connaissant déjà le sujet. Les onze contributions sont organisées en deux grandes parties : l’une concerne les enjeux et les risques technologiques, l’autre les enjeux et risques socio-économiques et territoriaux. Contrairement à certains chercheurs qui s’abritent volontiers derrière une neutralité de façade, Pierre Ginet énonce clairement dans l’introduction que l’objectif du livre est de faire entendre une parole scientifique et citoyenne à « une aristocratie technique politique et financière qui décide, communique et revendique sa légitimité, à une population priée de se cantonner au rôle de consommateurs et d’électeurs » (page 6). Les chapitres sont courts, très bien documentés et montrent un haut niveau d’expertise, au point qu’il n’est guère possible à la lecture de différencier les universitaires et les citoyens et citoyennes ayant développé une expertise sur le sujet. La chronologie placée en début d’ouvrage est à la fois complète et actualisé, la carte pages 124-125 montre l’emprise du nucléaire sur toute la région et l’ouvrage dans son ensemble est d’une grande richesse et d’une grande rigueur.

Je ne connaissais pas le travail de Jan Spurk quand j’ai commencé à lire Les limites de l’indignation. Je connais un peu les éditions du croquant et j’apprécie en général leurs ouvrages. L’auteur affirme que son ouvrage est basé sur une enquête, tant auprès des promoteurs du projet que des opposant.e.s (page 8) ainsi que sur une analyse des visions du monde de ces personnes (page 14) mais aucun élément précis ne permet de comprendre ni comment a été menée cette enquête ni quels ont été les discours analysées pour en déduire ces visions du monde. Si le matériel empirique peine à convaincre, le cadrage théorique n’est guère plus satisfaisant, l’autocitation en constituant l’essentiel. Mais il y a pire. Pour qui connaît un petit peu la maison de résistance à la poubelle nucléaire de Bure (et non la maison de la résistance comme il est écrit page 40), pour qui fréquente régulièrement les milieux autonomes et suit l’actualité de la zad de Notre-Dame-des-Landes (je ne parle évidemment pas des articles récents du Figaro ou de Valeurs actuelles), le seul intérêt de l’ouvrage est de repérer les perles et les raccourcis intellectuels désastreux.

Inventaire non exhaustif :

Page 119 : « Afin de mieux saisir leurs visions du monde et leurs raisons d’agir [l’auteur parle des occupant.e.s de la Maison], nous pouvons nous référer à la position du Comité Invisible, développée dans son livre Maintenant, très présente dans les débats des militants, mais également présente dans l’espace public dominant. » Ce dernier ouvrage en date du Comité invisible est sans doute celui qui a reçu l’accueil le plus hostile dans les milieux autonomes, appelliste étant quasiment devenu une injure dans la bouche de certains (le terme d’appelliste renvoie à la première publication du Comité intitulé L’appel). L’auteur précise juste après « Il ne s’agit ici, bien sûr, ni de calquer les positions du Comité invisible sur les occupants de la Maison de la Résistance […]. Nous en retenons seulement quelques éléments qui peuvent aider à la compréhension des visions du monde et des raisons d’agir des occupants de la Maison de la Résistance. » Puis il paraphrase pendant quelques paragraphes l’ouvrage en question…

Page 123 « sur le site de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes », le site indiqué est non pas zad.nadir.org mais lutteaeroportnddl.com. Sachant que supposer qu’il existe un site de la zad en dit déjà long sur la connaissance du sujet.

Et ma perle préférée concerne les opposant.e.s page 157 : « ils se sentent méprisés par les forces anonymes de la gouvernance, appelées « l’Andra », « l’État » etc., qui ne les respectent pas en tant que citoyens. Ils ont développé une position radicalement antiétatique qui dépasse très largement les (rares) militants de l’extrême-gauche, les « antisystème », les « anticapitalistes », les « ZADistes » etc., très présents dans le discours de l’Andra (et également des médias) mais très minoritaires à Bure. » C’est factuellement faux : la désignation des individus est très nette dans nombre de textes, qu’il s’agisse du commandant Dubois ou d’employés de l’Andra comme Emmanuel Hance (voir par exemple, mais il est très facile de multiplier ces exemples, ce billet sur vmc.camp). Et considérer que des personnes ayant développé une position radicalement antiétatique (ce qui est juste) se sentent méprisés en tant que citoyens (citoyens de quoi ?) laisse songeur.

Dommage que l’éditeur n’ait pas fait son travail. Bref, si j’avais su, je n’aurais pas acheté cet ouvrage, je l’aurais volé.

Enfin, je garde le meilleur pour la fin avec le bel ouvrage de Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts. Habiter des territoires en lutte. Si Bure est souvent évoqué par l’auteur, qui commence son dernier paragraphe par cette jolie formule « À Bure, mi-août 2016, dans le bois Lejuc, la forêt a riposté » (page 189), son propos est plus vaste dans la mesure où il s’agit tout à la fois d’une histoire critique de l’aménagement en France et de ce que signifie habiter une forêt. La mise à plat et en chiffres de territoires habitées afin de les transformer en espaces rentables et interchangeables est selon l’auteur ce qui guide les aménageurs français depuis les origines. Et cette tendance n’épargne pas certains milieux écologistes car comme l’écrit l’auteur, « l’idée même de biodiversité, tant chérie par les écologues, correspond moins à la grande prise de conscience environnementale qu’on nous vante qu’à un stade supplémentaire dans la pure mise en chiffre du vivant. » (page 91). Documenté, militant, sensible et convaincant, ce texte est l’une des très bonnes lectures de la fin 2017 et donne envie d’aller (ou de retourner) voir ce qui se joue en Meuse, à Notre-Dame-des-Landes, à Roybon, dans les Cévennes et ailleurs.

Ouvrages chroniqués
D’Allens, Gaspard, et Fuori, Andrea. Bure, la bataille du nucléaire. Paris: Seuil / Reporterre, 2017.
Ginet, Pierre (dir.). L’opposition citoyenne au projet Cigéo. Cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux. Paris: L’Harmattan, 2017.
Spurk, Jan. Les limites de l’indignation. La révolution commencera-t-elle à Bure ? Vulaines sur Seine: Éditions du croquant, 2017.
Vidalou, Jean-Baptiste. Être forêts. Habiter des territoires en lutte. Zones. Paris: La Découverte, 2017.

Autres références citées
Braun, Pascale. L’industrie des déchets nucléaire essaime dans l’Aube et en Haute-Marne, Les Échos, 20 décembre 2017. lien
Collectif BureStop 55. Notre colère n’est pas réversible. Enfouir les déchets atomiques : le refus. BureStop 55, 2014.
Jacquemin, François. Dossier Plogoff, 50′, 1980.
Ries, Alain. Tous n’ont pas dit oui, Recyclage productions, 27’, 2007. (visible sur youtube, lien visité le 20/11/17)

Pour aller plus loin
Défendre les forêts et leur monde, entretien croisé avec Gaspard d’Allens et Jean-Baptiste Vidalou, Médiapart, mis en ligne le 30 octobre 2017 – https://www.youtube.com/watch?v=KJLzAKVl4y8
Être forêt, rencontre avec Jean-Baptiste Vidalou, Lundi Matin, mis en ligne le 18 décembre 2017 – https://www.youtube.com/watch?v=PNWLsrGhXNI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *