Nuit debout : un roman, un essai

Ce qui a été publié à ce jour sur Nuit debout est d’un intérêt très variable, la nécessité de publier vite favorisant la routine intellectuelle, que les publications soient issues du milieu médiatique, militant ou académique. Ce court billet s’intéresse à deux ouvrages très différents parus en 2017 : un roman noir et un essai.

Que le roman noir soit le premier à saisir des éléments d’actualité n’est pas exactement une nouveauté, le genre se prête bien au commentaire critique des événements plus ou moins récents. J’ai emprunté par hasard à la bibliothèque municipale la plus proche de mon domicile le dernier roman de Sébastien Gendron, Révolution, paru en janvier 2017 chez Albin Michel. Je ne connaissais pas cet auteur, j’étais dans une période romans noirs, le titre me plaisait. Et j’ai eu le plaisir de lire ce dialogue entre les deux personnages principaux (pages 134 à 136) :

« – Non mais je parlais pas de ça. Tiens, reprends ton truc, ça me nique la rétine. Je parle de faire la révolution.
Georges note le changement de ton, prend le temps de rempocher son téléphone tout en réfléchissant à la connerie à ne surtout pas dire. Donc il répond :
– Ah ouais ? Comme Nuit debout ?
– Putain, j’étais sûre que t’allais me sortir ça ! Nuit debout, c’était un truc à la con. Ça se voulait tout un tas de choses, ça rejetait les leaders, ça discutaillait pendant des plombes, et que je te fais des émoticons avec les mains pour dire que je suis d’accord, plutôt pas, moyen, dehors ! Résultat : c’est devenu que dalle à part un produit [135] pour animer les sommaires du JT de Pujadas pendant trois jours. Un vrai truc de tièdes. […] Et des gens comme nous, y en a plein partout. Des gens à qui il manque juste une toute petite étincelle pour qu’ils s’enflamment d’un coup. C’est ça qu’ils ont pas compris, les autres crétins de Nuit debout. Les énervés, ils en voulaient pas. Tout ce qui les intéressait, c’était des discours construits qui prennent un minimum de temps en usant d’un maximum de dialectique. Voilà à quoi elle est formée la nouvelle génération : MT 180 !
– MT quoi ?
– « Ma thèse en 180 secondes ». Tu bosses pendant cinq ans sur un sujet hyper pointu, tu t’arraches les cheveux et au final, tout le monde en a tellement rien à branler qu’on te demande de résumer les mille pages en trois minutes chrono. Et ça devient un spectacle qui remporte des millions de clics sur Internet. Et ben Nuit debout, [136] c’était le même principe. T’as des tas de choses à dire pour faire avancer le monde, seulement t’es gentil mais y a des gens derrière qui attendent. Alors tu résumes, sinon on te fait des chifoumis pour que tu gicles. La voilà notre société, Georges. […] Mais quand tu vois que les seuls qui pourraient faire bouger les choses, en fait, ils organisent juste des partouzes verbales pour jaculateurs précoces, tu te dis qu’on est pas tirés des ronces. »

Le personnage féminin s’attaque à l’aspect le plus visible de ce qu’a été Nuit debout, à savoir les assemblées générales où le temps de parole était fortement limité (2 minutes à Paris) et où les débats sur la violence et le rapport à la police ont occupés des dizaines d’heures (estimation basse). Au-delà du plaisir de voir un élément du réel devenir élément de fiction, le lien fait par l’auteur entre ces assemblées aux temps de parole chronométrés et le phénomène « Ma thèse en 180 secondes » est plutôt réjouissant. Ce concours national, organisé en France par le CNRS et la Conférence des présidents d’universités depuis 2014 (source Wikipédia, consulté le 8 janvier 2018) est l’un des symptômes de la marchandisation croissante de la recherche publique. Transformer une thèse – soit un travail acharné de quelques années sur un sujet « hyper pointu » pour reprendre les termes de l’auteur – en un pur exercice de communication (court, formaté, efficace, grand public) censé favoriser « l’employabilité » du thésard ou de la thésarde prend du temps et de l’énergie qui gagneraient peut-être à être employé ailleurs – et je ne parle même pas des moyens financiers utilisés pour ce radio crochet des bacs + 8.

L’ouvrage de Sélim Smaoui, Faites place. Novices en luttes est paru en août 2017 chez Textuel dans la collection Petite encyclopédie critique. Ce court essai d’un jeune politiste s’intéresse à ce qu’a signifié Nuit debout pour des personnes non engagées politiquement auparavant – ce qu’il nomme les novices. Comme la plupart des articles et ouvrages parus sur Nuit debout à ce jour, il se concentre sur le seul cas parisien et montre comment la forme de l’occupation d’une place publique facilite l’engagement.

Le livre est découpé en courts chapitres qui rendent la lecture aisée, l’appareil académique traditionnel (cadre conceptuel, notes de bas de page, références bibliographiques) est volontairement léger, mais suffisant pour qui souhaite approfondir ces aspects. Par contre, l’ouvrage est sans doute un peu trop écrit pour toucher un public plus large que le milieu universitaire, et c’est bien dommage. Contrairement à plusieurs ouvrages parus sur Nuit debout, sa lecture est en effet très recommandable. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que l’auteur sait de quoi il parle : il a participé de façon intensive aux occupations de places en Catalogne en 2011 et à République en 2016. L’immersion dans un milieu militant hétérogène lui permet de dépasser la vulgate médiatique relative à Nuit debout. Choisir de s’intéresser aux novices permet de faire comprendre aux personnes qui n’ont pas participé au mouvement comment celui ci fonctionnait – ou tentait de fonctionner. Et surtout, il montre bien que Nuit debout ne se résumait pas aux seules assemblées générales. La multitude d’actions, de réunions, de débats, la naissance d’amitiés, la découverte de causes et de pratiques politiques inconnues, l’expérience de la violence policière et des nasses, tout ceci est présent dans cet essai. Il montre également comment le décalage voire l’incompréhension s’installent entre les militant.e.s novices et leur entourage non impliqué dans Nuit debout. La façon dont cette « expérience politique à très forte densité » (page 13) modifie le rapport à la ville est particulièrement bien mise en évidence (pages 67 à 69) et ne pouvait que plaire à un lecteur géographe. Un seul aspect manque, mais sans doute est-ce dû aux contraintes éditoriales : quel regard porte ces novices sur l’après Nuit debout ? Comment ces personnes (dont je fais partie par ailleurs) supportent-elles le retour à l’ordre « normal » des choses où la mort d’un chanteur met plus de personnes dans les rues que les ordonnances Macron ? En attendant des essais aussi pertinents sur les Nuits debout non parisiennes, voici donc une lecture utile et bienvenue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *