Quand ça ne marche pas : les splits de 4 groupes RAC

Que fait un chercheur ou une chercheuse la plupart du temps – je ne parle pas du temps passer à remplir de la paperasse pour monter un projet, organiser un terrain, se faire rembourser ses frais ou justifier auprès de sa hiérarchie son activité -, ille se pose des questions et cherche des moyens d’y répondre de façon pas trop idiote ni trop coûteuse (en temps, en recherche bibliographique, en énergie, etc.). Et surtout, ille teste. L’aboutissement de tous ces test sera un ou plusieurs articles dans une revue à comité de lecture (en anglais de préférence, c’est plus rentable dans le monde académique) et des produits dérivés (chapitre(s) de livre, contributions à des projets collectifs, communications à des colloques). L’article sera le plus souvent très allusif sur la méthodologie et, surtout, ne dira rien des multiples essais et erreurs nécessaires pour parvenir aux jolis résultats présentés. C’est dommage mais c’est comme ça : on publie pour montrer ce qui marche, tant pis si ça ne représente que 10%, en étant optimiste, des tests réalisés. Et c’est dommage aussi parce que montrer ce qui ne marche pas pourrait permettre à d’autres d’éviter de perdre du temps à tester la même chose, voire de trouver des moyens pour que ces essais infructueux soient améliorés et permettent de produire de la connaissance.

Comme ceci est un carnet et non une revue, je vous propose une petite visite dans ma cuisine de chercheur avec un test qui n’a donné aucun résultat intéressant. Parce que ça fait partie de l’ordinaire de la profession, ça me paraît utile d’en parler. Le test sur les groupes NSBM était prometteur, celui sur les groupes de RAC anglais aussi, pourquoi ne pas poursuivre en variant les groupes de départ ? La méthodologie est strictement identique à celle des deux billets précédents donc je ne détaille pas.

Pour varier les plaisirs, je suis parti de quatre groupes de RAC commençant leur carrière dans les années 90, issus de pays différents et n’ayant pas réalisé de splits ensemble. Ces quatre groupes sont Nuremberg (Argentine, actif de 1998 à 2009), Lemovice (France, actif depuis 1999), Spleipnir (Allemagne, actif depuis 1993) et The Skulls (Brésil, actif de 1997 à 2005).

Le graphe obtenu est à première vue très décevant : pauvre en nombre de groupes (29 seulement), pauvre en liens (30) et surtout, partant de 4 groupes, j’obtiens quatre sous-graphes non connectés les uns aux autres… Les groupes d’origine sont en rouge ci-dessous.

Tout n’est pourtant pas totalement inutile – c’est un métier où l’on cherche à valoriser tout ce qu’on fait… : j’ai pu identifier de nouveaux groupes (Hammerstroke) et de nouvelles sources permettant de collecter des informations sur ces groupes (le webzine de RAC Hail the new dawn). La distribution géographique obtenue est liée aux groupes de départ dans la mesure où il n’y a que des groupes américains (Brésil, Chili, Colombie, États-Unis) et européens, avec une forte prédominance allemande (15 groupes contre 3 groupes italiens, 1 anglais et 1 espagnol). Sur le graphe ci-dessous, les groupes américains sont en vert et les groupes européens en bleu.

Moralités de l’exercice en attendant l’article qui ne parlera que de ce qui marche :

  • ce n’est pas parce qu’une méthode a fonctionné une, deux ou x fois, qu’elle donne tout le temps des résultats intéressants. Ce qui est excellent pour éviter la paresse scientifique ;
  • se focaliser sur les seuls split est insuffisant. C’est certes l’information la plus facile à collecter mais il peut exister bien d’autres types de liens entre les groupes (featurings, reprises, musiciens passant de l’un à l’autre, etc.) ;
  • comme je suis têtu, je reprendrais ces données en ajoutant d’autres groupes d’autres origines : ça me permettra a minima d’identifier de nouveaux groupes, voire de dégoter ceux qui font le lien et rendent le graphe connexe ;
  • rencontrer les musiciens est indispensable car c’est comme dans tous les milieux professionnels, nombre de projets échouent. S’intéresser aux projets et pas uniquement aux projets concrétisés permettrait de gagner en finesse dans l’analyse de cette scène musicale internationale.

Dernier point : s’il y a des personnes que ça intéresse, je peux vous envoyer les fichiers de données (non documentés mais je peux faire l’effort), il suffit de m’envoyer un mot.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *