RAC anglais, splits et analyse de réseau

Le RAC (Rock against Communism) apparaît au Royaume-Uni au début des années 80 et, grâce aux talents d’organisateur de Ian Stuart Donaldson (chanteur de Skrewdriver) et au soutien financier du National Front, se diffuse rapidement au niveau européen. Cette scène est bien documentée et l’analyse de réseaux n’a pas pour but ici de trouver de nouveaux groupes comme c’était le cas avec le NSBM (voir ce billet). Il s’agit plutôt de s’intéresser aux liens entre groupes anglais et étrangers en étudiant les collaborations discographiques (splits).

Méthode

La méthode utilisée est la même que pour le NSBM : je prends comme point de départ un groupe de RAC anglais du début des années 80, je vérifie qu’il ait enregistré au moins un split avec un autre groupe, je récupère sa discographie sur discogs, l’ensemble des groupes avec lesquels il a enregistré. Puis je regarde la discographie de ces groupes et je récupère à nouveau les références des groupes avec lesquels ils ont éventuellement enregistré des splits. En analyse de réseaux, le groupe de départ est appelé ego, les groupes avec lesquels il collabore sont ses voisins d’ordre 1, les groupes ayant collaboré avec ces voisins sont des voisins d’ordre 2. J’exclus les compilations et les vidéos dans la mesure où je considère qu’elles émanent davantage de la maison de disques que des artistes eux-mêmes.

Choix des groupes

J’ai sélectionné quatre groupes anglais de RAC ayant enregistré au moins deux splits. J’ai fait en sorte qu’aucun de ces quatre groupes n’ait directement collaboré ensemble. Cela favorise évidemment les groupes ayant eu une certaine longévité et donc plus d’opportunités pour créer des liens avec d’autres groupes. Ces groupes sont Brutal Attack (Londres, actif depuis 1979), Skullhead (Newcastle, actif de 1984 à 2002), No Remorse (Londres, actif de 1986 à 2015) et English Rose (Leicestershire, actif de 1987 à 2012). J’ai exclu un EP de No Remorse, Invisible Empire, sorti en 2015 et associant le groupe à Ian Stuart, décédé en 1993.

Les données utilisées sont téléchargeables ici. Si vous repérez des erreurs, n’hésitez pas à me le signaler. Et si vous réutilisez ces données, vous avez le droit de citer ce billet.

Quelques résultats

Premier résultat intéressant : le graphe obtenu est connexe. En clair, il est possible d’aller de n’importe quel groupe à n’importe quel autre en suivant des liens. Cela confirme ce que l’on sait de cette scène : une forte interconnaissance et un caractère quasi incestueux – nombreux sont les musiciens à être impliqués dans plusieurs groupes, cela est également valable pour les scènes NSBM et White Power. Par ailleurs, 4 groupes de départ permettent d’obtenir pas moins de 57 groupes différents et 101 collaborations discographiques.


Sur ce graphe peu lisible, les points rouges sont les 4 groupes anglais utilisés pour construire le graphe.

La diversité géographique des groupes obtenus est réelle – 17 pays différents – et le Royaume-Uni – dont sont issus les 4 groupes de départ – ne compte que 7 groupes, soit autant que la Hongrie et moins que l’Allemagne (9 groupes). Si la diversité est réelle, le caractère majoritairement européen du graphe obtenu est nette : 45 groupes européens, 6 américains (1 brésilien, 5 nord-américains), 4 australiens. La prise en compte de l’année est également intéressante : le nombre de collaborations augmente avec le temps : un maximum de 4 dans les années 90 en 1996, 10 en 2009, 26 en 2014. La facilité croissante pour mener des projets via l’internet joue sans doute un rôle dans cette tendance.

Au niveau musical, la diversité est à peu près nulle. Les groupes de RAC jouent avec des groupes de RAC et seul un groupe de Metal parvient parfois à faire son apparition.

Enfin, si Burzum n’apparaissait pas dans le graphe des splits NSBM1, Skrewdriver n’apparaît pas ici. Le nombre de reprises du groupe se compte par centaines mais le groupe n’a produit aucun split.

Cuisine interne

Le recueil des données est fait de façon manuelle, donc lente, ce qui me permet de repérer des sources d’erreur plus facilement. Ainsi Open Season, groupe de RAC australien, est présent dans ce graphe car il a enregistré un split avec Youngland (RAC, USA) qui a enregistré un split avec Brutal Attack (l’un de mes points de départ). Et Open Season enregistre lui-même un split avec un groupe australien nommé Kommando – qui n’est autre qu’un alias du groupe. J’aurais pu garder ce split et créer une boucle (lien d’un groupe vers lui-même) ; j’ai choisi de le supprimer. Autre point à surveiller : les noms des groupes russes qui sont indiqués sur discogs tantôt en alphabet romain, tantôt en cyrillique. Mais Kolovrat et Коловрат sont un seul et même groupe.

1 Je sais, Burzum n’est pas un groupe NSBM. Mais la scène NSBM aurait-il existé sans les écrits (entre nazisme et paganisme), les actes criminels et les albums de Varg Vikernes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *