Construire un corpus à l’aide de l’analyse de réseaux : les splits des groupes NSBM

Ce texte s’appuie une présentation faite lors de l’école thématique Initiation à l’analyse de réseaux organisée à Nice en juillet 2017.

Ce qu’est le NSBM

Le Black metal national-socialiste (NSBM) est une branche du black metal qui affiche sa fascination pour le nazisme. Cette admiration se marque par les noms des groupes (présence fréquente des lettres 18, 88*, des termes Aryan, Krieg ou tout autre terme évoquant la haine raciale, l’antisémitisme et/ou les armées du IIIe Reich), l’iconographie utilisée sur les pochettes d’albums et par les textes des chansons. Des groupes de NSBM existent à peu près partout dans le monde et certaines scène sont particulièrement actives (France, Europe de l’Est, Amérique du Sud).

Qu’est-ce que la géographie peut apporter sur le sujet ? Il s’agit d’une scène qui a une inspiration clairement identifiée : les écrits et interviews donnés depuis sa prison par Varg Vikernes, chanteur du groupe norvégien Burzum**. Il y a donc un point de départ précis, géographiquement situé. La diffusion de ce style, qui se fait dans la plupart des pays du monde de façon clandestine, suppose l’existence de réseaux permettant à ces artistes de diffuser leurs productions. L’analyse de réseaux est ici mobilisée pour tenter de compléter un corpus de groupes en s’intéressant aux productions faites par au moins deux groupes (splits).

discogs et metal-archives

Deux sources principales sont utilisées : le site discogs.com qui cherche à recenser l’ensemble des productions discographiques tous styles confondus, et le portail metal-archives.com spécialisé dans la scène métal, qu’il y ait eu ou non enregistrement de disques. Tous deux sont des sites collaboratifs et regroupent un nombre impressionnant de notices : près de 9 millions de disques référencés sur discogs, près de 120 000 groupes sur metal-archives. discogs est utilisé pour repérer les enregistrements (ceux classés dans la catégorie compilations n’ont pas été retenus) ; metal-archives pour récupérer des informations biographiques (État et ville d’origine, date de création et éventuellement de fin).

Pourquoi les splits ?

Il existe de nombreux moyens pour tenter d’identifier des groupes de NSBM : les compilations, les labels, les chaînes youtube (un certain nombre sont inaccessibles en France et supposent de passer par unblockyoutube.us, comme la chaîne italienne BlackMetalResistance). Or tous ces moyens ne sont pas également fiables. N’importe qui peut créer une chaîne youtube, lui donner un nom et créer des playlists avec les vidéos de son choix : qu’un groupe apparaisse sur une chaîne nommée NSBM ne signifie pas nécessairement qu’il en est un. Les compilations sont le plus souvent initiées par les labels et, hormis certaines compilations célèbres dans ces scènes (les trois volets The night and the fog notamment), il n’est pas certain que tous les groupes présents sur une compilation vendue comme NSBM le soient. Enfin, l’entrée par les labels est possible mais rares sont les labels qui ne produisent que du NSBM : on a le plus souvent des labels mêlant black metal sataniste, misanthrope et NS. L’un des moyens les plus fiables seraient de s’intéresser aux déclarations des musiciens (le masculin est employé à dessein, cette scène est très largement masculine) mais, s’il est facile de trouver des interviews des groupes phares, c’est moins évident pour les groupes plus confidentiels.

Réaliser un split suppose une démarche volontaire de la part d’au moins un des groupes impliqués, et un accord mutuel. L’hypothèse sous-jacente est qu’un artiste sollicitant par exemple Via Dolorosa pour enregistrer ensemble un LP ou un EP sait à qui il s’adresse (Via Dolorosa est un groupe italien NSBM très prolifique et qui ne fait aucun mystère de ses opinions). Ce type de méthodes a déjà été mobilisé pour étudier des scènes musicales, voir par exemple le travail de Karim Hammou sur les featurings dans le rap français ou de Nick Crossley sur le punk anglais.

Une boule de neige artisanale

Le choix a été fait de procéder par boule de neige : il s’agit de partir de quelques groupes que l’on peut qualifier trop de problème de NSBM*** (les italiens Via Dolorosa, les grecs Der Stürmer et les allemands d’Absurd) et de récupérer tous les voisins d’ordre 1 (tous les groupes apparaissant sur un split avec ces 3 groupes) puis d’ordre 2 (groupes partageant une production avec des groupes ayant enregistré avec les groupes de départ). Puis des groupes ont été ajoutés : Kristallnacht (France), Graveland (Pologne), Spear of Longinus (Australie) et Rodna Zashtita (Bulgarie).

Pour chacun des voisins, je recherche ensuite le pays d’origine et le style musical. Pour la clarté de la représentation, ceci est ensuite agrégé par continent et par style (metal vs non metal). Les styles sont ceux donnés sur discogs. Lorsque je ne trouve aucune information sur le groupe, NA (non available) est indiqué. Chaque lien est caractérisé l’ensemble des attributs caractérisant le split (titre, label, année). Le graphe produit est multiplexe : deux groupes ont pu enregistrer plusieurs splits ensemble.

Premiers résultats, et premières limites

Les deux images ci-dessous montrent des détails des collaborations inter-continentales et entre styles de musique. Les fichiers téléchargeables permettent de visualiser l’ensemble du réseau ou de le filtrer pour étudier, par exemple, un groupe ou une tranche chronologique spécifique (pensez à lire le readme.txt avant de jouer avec…).

Graveland n’a enregistré qu’avec des groupes européens de black metal ; Via Dolorosa a multiplié les collaborations avec des groupes de style différents et l’un de ses voisins – le groupe de grindcore/porncore italien Violence Bukkake Kommando – introduit une forte diversité musicale du fait de ses collaborations.

Ego-network du groupe Graveland

Voisins d’ordre 1 du groupe italien Violence Bukkake Kommando (en rouge, groupes de metal ; en blanc, groupes de style musical autre)

Utiliser les splits ne permet pas d’identifier la scène NSBM dans son ensemble mais d’identifier les groupes qui multiplient les collaborations. La méthode permet surtout de repérer des groupes de style différents mais qui choisissent de partager un disque avec des groupes politiquement marqués. Reste ensuite à trouver des informations sur ces groupes et ce n’est pas toujours facile. La méthode supposerait également des points de repère : le graphe des collaborations NSBM est-elle plus internationalisée que, par exemple, la scène RAC (Rock against Communism) des années 80 ? Une démarche similaire est en cours de construction en partir de quelques groupes clés de cette dernière scène. Enfin, et ce n’est pas le moins intéressant, on remarque l’absence du groupe initiateur de cette scène, Burzum n’ayant sorti que des albums solo. La méthode – qui pourrait sans doute être automatisée – vise donc au moins autant à se poser de nouvelles questions qu’à apporter des réponses fermes et définitives…

Notes
* Les nombres sont remplacés par la place des lettres dans l’alphabet : 18 pour Adolf Hitler, 88 pour Heil Hitler.
** S’il a très largement inspiré la scène NSBM, Vark Vigernes ne s’en est jamais revendiqué. Et Burzum est écouté par des millions de fans qui admirent son œuvre sans partager ses idées.
*** Sans trop de problème car les groupes évoluent… Graveland est plus proche aujourd’hui du Pagan ou du Viking metal que du NSBM. L’un des membres historiques prétend d’ailleurs – mais on n’est pas obligé de le croire – que le groupe ne soutient aucune idéologie (cf la notice de metal-archives qui indique « Rob Darken has stated that Graveland is not related to any kind of political ideologies. »)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *