Construire un corpus d’artistes nationalistes (1)

Le terme nationaliste est utilisé ici comme synonyme d’extrême-droite ou de droite radicale.

L’une de mes pistes de recherche à propos des scènes musicales nationalistes concerne la diffusion spatiale : qu’il s’agisse du RAC (Rock against Communism) ou du NSBM (Black metal national socialiste), on a dans les deux cas un lieu et une date d’apparition (Londres début 80, Norvège milieu des années 90) puis une diffusion mondiale qui ne se fait pas de manière aléatoire (hypothèse) mais selon des logiques impliquant des artistes, des labels et des réseaux qu’il est possible d’identifier.

L’une des premières étapes pour étudier ces processus supposés de diffusion est de construire une liste de groupes et d’artistes et de collecter sur eux le plus d’informations possibles – je n’utilise pas l’écriture inclusive sur ce thème car ces scènes sont très majoritairement masculines. J’ai commencé par m’intéresser au rap nationaliste français, ai découvert le NSBM et, tant qu’à faire une liste, je me suis lancé dans la tâche délirante de créer une liste mondiale tous genres confondus… Ce billet tente d’expliquer comment je construis cette liste qui contient pour le moment un peu plus de 1700 artistes et groupes. Il s’agit de montrer une recherche en train de se faire et d’expliciter les dizaines de choix qui justifient l’inclusion d’un artiste dans mon corpus.

Lire l’existant

Les scènes RAC et NSBM ont suscité une abondante littérature journalistique et académique (dans le monde anglophone, en France les références sont plus rares : Lescop sur le RAC, Chastagner sur le White Power, François sur la musique euro-païenne et c’est à peu près tout à ma connaissance) : il suffit donc de lire un certain nombre d’articles ou d’ouvrages pour en identifier les principaux acteurs. Documenter ces artistes ne posent pas de problème particulier, à la fois parce que leur positionnement politique est très explicite et que leur biographie se trouve tant sur les ressources généralistes (wikipedia) que les spécialisées (discogs, metal-archives). Rapidement pourtant, un effet de saturation apparaît : les mêmes artistes reviennent partout et le prisme anglophone entraîne un relatif désintérêt pour des scènes pourtant actives (Malaysie, France, Pologne, etc.). Des références comme Marchi et Zúquete sur la scène RAC portugaise sont dans ce cas particulièrement précieuses pour compléter le corpus. Le cas italien est différent : une scène dite alternative (ie d’extrême-droite) est active depuis les années 70 et le mouvement Casapound, créé au début des années 2000 et dirigé par le chanteur du groupe ZetaZeroAlfa, est abondamment étudié.

discogs et metal-archives

discogs est une compagnie américaine qui vise à recenser l’ensemble de la production discographique mondiale et il s’agit d’une source essentielle. Les informations biographiques sur les artistes sont d’une richesse très variable ; parfois nulles, parfois très riches. Un marqueur intéressant pour mon sujet est que discogs recense tout mais refuse de vendre les albums ouvertement nazis. Comme l’expliquait le fondateur de la compagnie dans une interview donnée à Noisey Vice, « si un disque appelle à la haine, ou est violent, en tous cas de notre point de vue, nous n’autoriserons pas sa mise en vente. La musique suprémaciste blanche, par exemple – on voit ce qui [dépasse] les bornes, et c’est le genre de chose dont on n’a pas envie de tirer profit. C’est une archive donc en tant on que [sic] base de données, on la répertorie, comme tout ce qui a été fait ailleurs, mais ça s’arrête là. »1 Rechercher les albums que discogs refuse de vendre est donc un moyen de repérer ces artistes. Les informations du type, cet album a été tiré à 14 ou 88 exemplaires2 sont également utiles. Les noms des morceaux sont toujours fournis, ce qui donne une idée des thèmes abordés par les artistes et les pochettes sont souvent reproduites, ce qui peut donner des indications supplémentaires.

Exemple d’album non vendu sur discogs – voir l’avertissement en haut à droite (capture d’écran réalisé le 6 décembre 2017 à cette adresse)

metal-archives est une mine d’or pour qui s’intéresse au metal. Une recherche avec le terme « National socialism » dans la rubrique Lyrical themes permet de récupérer 525 noms de groupes (chiffre obtenu le 5 décembre 2017). Je les ai tous examiné un à un pour ne garder que ceux qui avaient enregistré au minimum un morceau – j’ai par exemple exclus le groupe brésilien Wolfclan. Cette mine d’or est pourtant difficile à exploiter : pour de nombreux groupes, les Lyrical themes ne sont pas renseignés et parfois, ils le sont mal. Ainsi le groupe péruvien Deathstorm88 n’apparaît que si l’on cherche le Lyrical theme « National Socalism » [sic]…

Un effet pervers est évident : si la scène NSBM est très bien documentée, les scènes musicales autres le sont beaucoup moins, les notices biographiques étant beaucoup plus rares sur discogs. Il y a une scène ouvertement fasciste dans le milieu techno mais je ne connais pas l’équivalent techno de metal-archives.

Que ce soit discogs ou metal-archives, je leur fais plutôt confiance. Si discogs qualifie un groupe de RAC, je l’ajoute à ma liste ; si la fiche d’un groupe sur metal-archives indique comme Lyrical themes « National socialism », « Aryanism », « Hate » ou autres, je l’ajoute à ma liste. L’examen systématique des titres d’albums et des maisons de production permet de contrôler ces informations.

Écouter les acteurs – et ne pas toujours les croire sur parole

Certains artistes s’affirment nazis, antisémites, partisans du White Power, etc. et le déclarent tant en interviews que dans leurs paroles de chansons. Mais il est des artistes qui refusent toute interview – l’aspect anti-commercial est revendiqué par nombre d’acteurs de la scène NSBM. Plus embarrassants sont les artistes qui mobilisent de façon nette une iconographie et des références nazies mais prétendent faire une œuvre artistique apolitique. Par exemple, le groupe de noise Ilsa Koch indique que « Ilsa Koch is not a political project. » (discogs). Ses autres noms d’artistes sont Vinland SS et WS88, ses albums sortent chez Winter Solace Productions qui produit de nombreux albums de NSBM (et prétend le contraire sur discogs…). Le premier album d’Ilsa Koch précise « We Continue To Resist The Digital Gonorrhea Of Bibi And The Zionist Occupied Government Military Industrial Complex! ». Donc tout projet non politique que soit ce groupe, je le garde dans ma liste.

Cette démarche critique vaut aussi pour les antifascistes qui bondissent dès qu’ils aperçoivent une croix celtique quelque part et peuvent parfois se tromper de cible en accusant tel ou tel groupe d’être « fasciste » – le problème des symboles et de leur interprétation fera l’objet d’un billet dans les semaines qui viennent.

Metapedia et autres sources nationalistes

Je fréquente assidûment les sites d’extrême-droite et les distributions nationalistes pour compléter ma liste. L’une des premières listes que j’ai épluchée est celle fournie par le wikipedia d’extrême-droite metapedia. Cette liste est évidemment très lacunaire et surtout, plusieurs groupes indiqués ne véhiculent aucun message politique. Les 4-skins sont par exemple un groupe de Oi! anglais qui chante les joies de la bière, du foot et de la bagarre, rien de plus. Les distributions nationalistes peuvent elles aussi intégrer des groupes non politiques en raison de la similitude musicale (groupes Oi! ou Pagan).

Facebook

Facebook est une mine d’or. J’y récupère de façon hebdomadaire des flyers de concerts qui permettent parfois d’ajouter un nom sur ma liste. Ces flyers permettent également de connaître la géographie des concerts nationalistes, les complicités artistiques (tel et tel groupe sont programmés ensemble depuis des années alors qu’ils ne partagent pas les mêmes musiciens), voire d’obtenir des informations sur les organisateurs de concert et leurs liens nationaux et internationaux.


Exemple de flyer annonçant un concert nationaliste près de Bologne en 2015. Le caractère international de la scène RAC apparaît clairement dans l’origine des groupes programmés.

La fausse bonne idée : les playlists youtube

Rien de pire et de moins fiable que les playlist youtube : n’importe qui peut créer une liste, l’appeler White Power ou Europe Résistance et y mettre ce que bon lui semble comme vidéos ensuite. La remarque est valable également pour les clips : il est à la portée de n’importe qui de prendre un quelconque morceau, de créer une vidéo pleine de croix gammées et de crânes rasées puis de la mettre en ligne. Les mentions « Official clip », « Official video » et autres n’aident pas, le titre étant choisi par le gestionnaire de la chaîne youtube lorsqu’il le met en ligne. Ces quelques réserves étant faites, youtube reste intéressant pour 1. récupérer des informations sur certains artistes 2. avoir une petite idée de leur impact (nombre de vues, langues présentes dans les commentaires) et 3. évidemment, écouter leur musique. Par contre, voir dans une playlist des vidéos bloquées en France est un indicateur intéressant : il est souvent utile d’aller voir ce que fait le groupe en question.

Les labels

L’entrée par les labels permet de compléter utilement le corpus mais hormis quelques cas limites, il est rare qu’un label étiqueté White Power ne sorte que des albums de groupes véhiculant un message politique. Les labels spécialisés dans le NSBM sortiront aussi des albums de BM satanique ou nihiliste. Justin Davisson (2010, p178) rappelle utilement que le célèbre label d’extrême-droite allemand Rock-O-Rama a sorti des albums de punk non orientés à droite (Appendix par exemple). Seuls les petits labels parviennent à garder une ligne politique claire sur la durée. Je ne documente que les labels ayant sorti au moins dix albums (seuil totalement arbitraire) durant leur existence, sachant que j’ai pour le moment recensé 105 labels spécialisés dans les scènes musicales nationalistes.

Les compilations

Il pourrait sembler a priori intéressant de prendre l’ensemble des artistes présents sur les labels dont la production de musique nationaliste est importante. Pourtant, un précédent incite à la prudence. En 2001, le label BBRock sort la compilation Antimondial. 16 groupes en rage contre la mondialisation. Le groupe havrais L’FIJ, plutôt antifaciste, découvre un peu tard que BBRock signifie Bleu Blanc Rock et qu’il apparaît sur cette compilation avec les fleurons de la scène du Rock identitaire français (cf Collectif, 2004, p.80). Il y a évidemment des exceptions : les différents volumes The Night and the Fog rassemblent le gratin mondial de la scène NSBM et les groupes n’y apparaissent pas par hasard.

Reprises, featurings, et splits

Reprendre un morceau de Skrewdriver n’est pas anodin : leur chanteur Ian Stuart Donaldson (ISD) reste la référence internationale de la scène White Power aujourd’hui, 25 ans après sa mort. Inversement, reprendre un morceau de Burzum n’est pas un marqueur politique suffisant : ce one-man group est certes celui d’un chanteur, musicien et écrivain d’extrême-droite mais son influence musicale dépasse très largement les clivages politiques. Pour le dire autrement, l’album Filosofem (1996) a sans doute eu autant d’impact sur la scène BM que le premier album de Velvet Underground sur la scène indie rock.

Choisir de collaborer avec certains artistes – que ce soit via un featuring ou en produisant un split – me paraît être un indicateur fiable. Un rappeur qui aujourd’hui apparaît sur un album de Kroc blanc, un groupe qui partage un EP avec le groupe italien Via Dolorosa (voir ce précédent billet), ne le font pas pas hasard. La seule difficulté est alors de trouver des informations sur ces nouveaux artistes. Par exemple, dans le graphe des rappeurs nationalistes mis en ligne ici il y a peu, je n’ai aucune information sur la moitié des artistes environ.

Le choix du nom

La présence de certains termes peut être un indicateur fiable pour catégoriser un groupe : 14, 18, 88 Reich. Il y a évidemment des faux amis comme les Luwig Von 88 ou Reich Orgasm qui n’ont rien à voir avec les scènes musicales nationalistes. Les références au nazisme sont fréquentes (Kristallnacht, Der Stürmer, Waffen SS, Zyklon B, Zyklon SS, Totenkopf, etc.), tout comme l’utilisation des adjectif Aryan ou White. L’antisémitisme est visible au premier coup d’œil dans un grand nombre de cas (Jewicide, Jew Slaughter, JewcruSSh). Et certains groupes n’ont aucune peur de la redondance (Aryan Kommando 88, Racewar 1488!).

Les symboles

J’aborderai le sujet dans un billet à venir car, de même que la présence de photos où Sid Vicious aborde une croix gammée ne fait pas des Sex Pistols un groupe nazi3, la présence de croix celtique, de svastika ou de soleil noir n’est pas l’exclusivité des groupes nationalistes. Il s’agit d’un indicateur qui a un sens si et seulement si il est croisé avec d’autres éléments. La scène Pagan metal est remplie de groupes chantant les louanges des Vikings qui décorent leurs pochettes de symboles supposés celtiques sans qu’il soit possible d’y associer le moindre contenu politique.

Des cas limites

Ça a l’air simple. En fait, dans un certain nombre de cas, je n’ai pas encore su trancher. Pour revenir au rap nationaliste français, il existe toute une scène d’inspiration soralienne où les théories du complot et l’antisémitisme font bon ménage. Je n’ai pas à ce jour inclus cette scène dans ma liste dans la mesure où il n’y a pas me semble-t-il d’expression de supériorité raciale. Parfois, les groupes sont trop obscurs pour que je trouve des interviews – en tout cas dans une langue que je peux déchiffrer. Là encore, un biais important est lié à la langue. Si je peux documenter à peu près correctement et sans trop me tromper les scènes francophones, anglophones, hispanisantes et italiennes, c’est plus compliqué ailleurs. Lorsque le climat politique du pays permet l’expression franche de sentiments racistes (la Pologne aujourd’hui, pour ne citer qu’un exemple), les vidéos produites par les artistes permettent de catégoriser sans comprendre toutes les paroles (voir les clips du rappeur Bujak sur sa chaîne youtube). Dans les États où l’expression antisémite et raciste est un délit, les artistes peuvent avoir tendance à euphémiser leur propos et dans ce cas, il est nécessaire de comprendre la langue.

Par ailleurs, je mets des limites à la méthode boule de neige utilisée. Qu’un artiste joue dans un groupe nationaliste n’entraîne pas nécessairement que tous les groupes dans lesquels il joue soient nationalistes. Prenons par exemple le groupe Evil inside décrit sur discogs comme « Rock N’ Roll/Punk band from Orange County, California. » Il sort un album et un EP chez deux maisons de disque habitués à produire du White Power (Strong Survive Records et PC Records). L’un des deux membres a fait partie de groupes suprémacistes (Warfare 88 notamment). Pourtant, les pochettes et les titres des morceaux ne permettent pas de catégoriser clairement Evil inside.

De la même façon, j’essaye de distinguer ce que dit un artiste de ce qu’il fait. Qu’Edel Hardiess explique dans ses interviews pourquoi il vote Front national ne suffit pas à le faire entrer dans mon corpus : rien dans ses morceaux ne traduit une vision radicale de droite.

Documenter son corpus pour le rendre « solide »

Lorsque la phase de collecte sera terminée, que les premiers articles seront soumis à des revues scientifiques, je compte évidemment de rendre mes données librement accessibles. La structure actuelle du classeur est la suivante : une feuille artiste, classée par ordre alphabétique, où sont renseignés aussi souvent que possible les champs Nom, Style (musical, je reprends l’une des catégories de discogs ou de metal-archives ou je la crée pour les artistes absents de ces deux sites), Place (ville d’origine), Country, Begin, End (à défaut d’avoir l’histoire de l’artiste, j’indique les dates des premiers et derniers enregistrements, compilations exclues), liens (discogs, metal-archives et/ou autre) et notes où j’indique par exemple que 1389 a également enregistré sous le nom de Black SS Vomit. Une feuille labels comprend les champs suivants : NAME (nom), ADRESS, COUNTRY, START (année de la première production), END (année de la dernière production), DISCOGS (lien discogs), CHECK (date à laquelle j’explore l’ensemble des artistes produits), PARENT LABEL (label parent s’il y a), FOUNDED BY (nom du créateur), LEADER (dirigeant actuel), SITE (site internet), SOURCE, NOTES, BANDS-EXCLUDED (groupes que je n’inclus pas dans ma liste). Une feuille metadata renseigne ces champs et enfin une feuille Dontknowyet concerne tous les cas que je n’ai pas encore su trancher – particulièrement nombreux pour la scène néo-folk que je connais et comprends encore mal.

En préparant ce billet, je me suis rendu compte que mes réflexes quantitativistes m’avaient joué des tours. J’avais envie très vite de construire une base de données permettant des études statistiques solides (je commence un carnet de bord sur ce sujet le 5 mars 2017, et j’écris ce même jour « faire liste/BDD [base de données] »). Or, pour chaque artiste ou presque, si je cherche à rendre mon travail rigoureux, je devrais indiquer a minima la date à laquelle je l’inclus dans mon corpus et surtout la ou les raisons qui motivent cette inclusion. Ce que je ferai pour les artistes à venir…

Notes
1. https://noisey.vice.com/fr/article/kbj489/comment-discogs-a-fait-entrer-les-collections-de-disques-dans-le-21e-siecle, consulté le 6 décembre 2017
2. Les nombres désignent la place des lettres dans l’alphabet : 18 = AH, 88 = HH soit Adolf Hitler et Heil Hitler. 14 revient également souvent en référence aux 14 mots du suprémaciste blanc David Lane : « We must secure the existence of our people and a future for white children ».
3. C’est pourtant ce qu’ont cru des punks hongrois – voir le documentaire East punk memories de Lucile Chauffour, 2013

Références
Chastagner, Claude. « Hate Music ». Transatlantica. Revue d’études américaines, nᵒ 2 (2012). http://transatlantica.revues.org/6075.
Collectif. Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français. Éditions No Pasaran, 2004.
Davisson, Justin. « Extreme Politics and Extreme Metal: Strange Bedfellows or Fellow Travellers? » In The metal void: First gatherings, 175‑210. Oxford: Inter-Disciplinary Press, 2010.
François, Stéphane. La musique europaïenne. Ethnographie politique d’une subculture de droite. Logiques sociales. Paris: L’Harmattan, 2006.
Lescop, Gildas. « Skinheads : du reggae au Rock Against Communism ». Volume !. La revue des musiques populaires 9, nᵒ 1 (2012): 129‑49. https://doi.org/10.4000/volume.2963.
Marchi, Riccardo, et José Pedro Zúquete. « The Other Side of Protest Music: the extreme-right and skinhead culture in democratic Portugal (1974-2015) ». JOMEC Journal, nᵒ 9 (2016): 48–69.
Marchi, Valerio. Nazi-rock. Pop music e destra radicale. Castelvecchi, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *