Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes

Ce texte reprend des éléments présentés à la journée d’études Musiques, espaces et militantisme (vol. 1) organisée avec ma collègue Marta Severo la semaine dernière. Un grand merci aux participant.e.s pour leurs commentaires et questions. Les remarques sont bienvenues – si vous ne souhaitez pas que votre commentaire soit publié, il suffit de me l’indiquer.

Le rap est généralement considéré comme une musique issue des quartiers noirs nord-américains, juxtaposer rap et extrême-droite peut donc sembler surprenant. Pourtant, une scène rap nationaliste et identitaire est en plein développement en France. Que la musique populaire soit utilisée pour véhiculer un message politique n’est pas une nouveauté et vu les résultats électoraux des 30 dernières années, il n’est pas étonnant que cette scène prospère. Ce texte en présente la courte histoire, les liens entre musique et militantisme et les contraintes qui pèsent sur cette scène.

1. Petit historique du rap d’extrême-droite en France

Le groupe Basic Celtos est le premier à tenter en France de jouer un rap identitaire. Appartenant au courant du Rock identitaire français (RIF), courant musical bénéficiant du soutien du Front National dans les années 90, ce groupe enregistre un EP éponyme en 1998 avec le soutien de la SERP (maison de disques fondée notamment par Jean-Marie Le Pen) puis deux albums, Liberté en 1998 et Passalakt en 2001)1. S’ils se revendiquent de la scène RIF, ils commencent leur carrière en étant musicalement à part. Comme ils l’expliquent, « Nous sommes le seul groupe de rap de la scène musicale nationaliste (…) La scène rap en France est la seconde du monde derrière celle des États-Unis. 20% des ventes musicales vont au rap (…) On ne peut pas supporter l’idée que cette partie des français se passionne pour les complaintes des immigrés ou pour les attaques qui sont faites aux nationalistes, c’est pourquoi nous avons décidé de créer un nouveau rap avec des sonorités et des témoignages explicites et différents. » (Extrait d’un interview pour le site italien Perimetro.com disponible sur rapaces.garap.org). À l’époque associé à la banlieue et aux minorités, le rap n’est audible pour les auditeurs et auditrices visé.e.s. Par la suite, Basic Celtos ajustera son style musical, y ajoutant de plus en plus de guitares et affirmant faire de la fusion et non plus du rap.

Dix ans plus tard, deux artistes tentent à nouveau de produire un rap identitaire : Goldofaf et Fasc. Goldofaf enregistre trois albums entre 2008 et 2012 (Génération faf 2008, Dans la tourmente, 2009 et Prêt à tout en 2012), les deux derniers chez Patriote Productions ; Fasc sort l’album J’ai pas le shoah en 2010. Si Goldofaf est clairement identifié nationaliste, Fasc est jugé plus ambigu comme le montre l’avertissement du site racrifoi le concernant : « Cet album n’appartient pas aux courants musicaux promus sur ce site (RAC, RIF et Oï!), et nous ne cautionnons pas certaines de ses paroles tendancieuses (Fasc apparaît plus obsédé du sionisme qu’identitaire) qui confondent révisionnisme et négationisme. »3 Contrairement à ce qui s’est passé dix ans plus tôt, l’accueil du public visé est meilleur et la curiosité médiatique plus grande. Comme Basic Celtos et à l’inverse de la scène actuelle, ces artistes entretiennent par ailleurs des liens avec la scène nationaliste rock : Fasc est aujourd’hui le batteur du groupe FTP, groupe qui joue sur certains titres du dernier album de Goldofaf. À la même période, ce courant est également représenté par Exlimes (album Dernier sur le rap en 2010), Contre-invasion, Soldat blanc ou le rappeur genevois Dissident (un album autoproduit en 2012) mais les informations recueillies à ce jour sur ces artistes sont trop lacunaires pour être exploitées.

Enfin, depuis le milieu des années, une nouvelle scène est apparue, plus nombreuse, plus diverse (musicalement et politiquement) et d’un niveau technique généralement supérieur, tant en ce qui concerne le flow que les instrus. L’artiste le plus visible – et sans doute le plus talentueux4 – de cette scène est le rappeur Kroc blanc, suite au buzz médiatique qui a suivi en 2015 la mise en ligne du clip #JMLP enregistré avec Amalek et Mc Amor (articles dans Le Figaro, Le Monde, Les Inrocks, etc.). Après un mini album apolitique au sein du trio les Kanidés en 2012, Kroc blanc affirme clairement son orientation politique dans les deux albums autoproduits suivants : L’appel de la forêt (2014) et Instinct (2016). Multipliant les featurings, assurant une veille de la scène notamment sur la plateforme youtube, producteur d’un album de chanson en 2017 (Christoff, L’armée du silence), il a permis à cette scène d’obtenir une visibilité médiatique et une (très relative) reconnaissance artistique.

Le graphe des featurings de ces quatre dernières années montre une scène bien plus fournie que précédemment, avec des liens forts – d’autant plus fort que le groupe Nobless Bastard est composé d’Amalek et de Laryen – et une relative ouverture à l’étranger : présence des deux rappeurs belges Mc Z.E.R.A. et Shinez G, split enregistré par le rappeur havrais North avec le rappeur polonais CR.


Ce graphe représente les featurings entre les principaux artistes de la scène rap nationaliste entre 2013 et 2017 – il s’agit d’un travail en cours et non d’une version définitive.

2. Une scène militante

Le lien entre musique et militantisme est exemplaire dans la carrière de Goldofaf comme le montre notamment ses clips. Ainsi, le clip Vivre pour l’honneur de la patrie met en scène les différentes modalités d’un activisme en actes : collage d’autocollants, arrachage d’affiches de courants politiques opposés, manifestation et préparation à des actions plus musclées (prise de la bombe lacrymogène avant de sortir de chez lui). En ce qui concerne les lieux choisis, tous sont situés dans Paris intra-muros, alternant rive gauche et rive droite quand un grand nombre de clips de rap sont ancrés dans un quartier précis. Les lieux sont tous porteurs d’une forte charge symbolique et renvoient l’image d’une ville blanche, catholique (Sacré Cœur, Parvis de Notre-Dame) et monarchiste (statue de Charlemagne). L’ensemble de ses clips mériterait une analyse plus poussée tant les lieux et les symboles sont mobilisés pour produire un univers politique cohérent.

Ce militantisme se marque aussi par la participation d’artistes aux rencontres de la droite radicale, qu’il s’agisse du Congrès européen organisé par le GUD en 2015 (Goldofaf) ou la XIème journée Nationale et Identitaire organisée à Rungis en octobre 2017 (Kroc blanc). Les artistes les plus en vue ne se contentent pas de la musique pour diffuser leur message politique et sont très présents en ligne (chaînes youtube, blog, comptes twitter et facebook, etc.). L’un des derniers projets est par exemple le site d’hébergement de vidéos https://www.fachosphere.net/blog/la-censure auquel est associé Kroc blanc.

3. Une scène sous contraintes

Si la scène rap nationaliste française est plus active et diverse que dans bien des États – seules les scènes allemandes et polonaises semblent être plus riches et organisées -, son développement reste difficile pour trois raisons principales : les contraintes liées à la diffusion, le style musical choisi et enfin son relatif isolement musical.

La scène actuelle rencontre de nombreuses difficultés pour diffuser ses productions : absence des grands médias, disques autoproduits, pas de concerts. Le caractère outrancier de certains artistes entraîne des poursuites judiciaires qui compliquent encore la diffusion – il suffit d’écouter l’album Premier sang d’Amalek pour comprendre pourquoi : intituler un morceau P.A.J. (Pute à juifs) ou chanter « on va casser du pd » (La chasse) sont des moyens sûrs de s’attirer des poursuites judiciaires. Le recours aux plateformes numériques grand public n’est pas une panacée : que ce soient les vidéos sur youtube, les tweets ou les statuts facebook, les signalements et les suppressions sont fréquents. La censure sur youtube peut aller jusqu’à la suppression de chaînes, comme celle de Mc Amor (2016 ?) et d’Amalek (2017) ou la suspension de blogs (suspension du blog d’Amalek en 2017). La solution privilégiée est alors la création de sites propres ou l’hébergement sur bandcamp mais la visibilité est alors moindre.

En ce qui concerne le style musical, l’association rap – extrême droite reste difficile pour une partie du public visé. Comme l’a indiqué Gildas Lescop lors de sa présentation, les pionniers du RAC (Rock against Communism) ont eu à faire face aux mêmes genres de critiques, le rock étant considéré par certains membres du National Front anglais de l’époque comme une musique « nègre ». L’opposition de principe au style musical choisi est moins massive qu’au milieu des années 90 – le nombre de générations ayant grandi au son du rap ne cesse de grandir – mais elle reste marquée. On trouve en ligne des centaines de manifestations de cette réticence, notamment dans les commentaires des vidéos sur youtube. La petite sélection ci-dessous est tirée des commentaires du clip Je vote FN de Kroc blanc (consulté le 23/11/2017)

[…]
Blacky DOG, il y a 2 ans
Utiliser une culture musicale afro américaine pour démontrer son racisme… ouai pourquoi pas…
[…]
Renaud FIORI, il y a 2 ans
Excellent !!! Je déteste le rap, mais là pour le coup, j’adore !!! Vive la France et vive le FN !!!
[…]
Arthur Denefallois, il y a 3 ans
J’adore !!! bravo !!!!!!
Si tu fais le buzz … s’il te plait .. assume … ne retire pas ta vidéo!!!!
Tu m’as réconcilié avec le  » rap  » !
[…]
Diambaar, il y a 1 an
De la résistance avec de la musique négre, marrant ce guignol sans couilles…….
[…]
faby hyène, il y a 1 an
Je vient de découvrir …. franchement a la base je suis pas une fan du rap ….. Haaargh …Mais là j’aime beaucoup 😁😁😁 …
[…]
Jules Verne, il y a 2 ans
Un facho qui rappe !? Syndrome de Stockholm ? 
[…]
Aranel Northman, il y a 2 ans
Je supporte pas le rap, mais là je dis respect. Total soutien. »

Face à ces critiques récurrentes, on note une tentative de faire du rap une musique d’origine européenne. Amalek explique par exemple « En tant que rappeur dit nationaliste, j’ai d’abord cru reprendre les armes de l’ennemi pour les utiliser contre ce dernier. Je me suis rapidement aperçu que je ne faisais que me réapproprier la culture de mes ancêtres européens. Non seulement les Celtes avaient inventé la rime mais la musique rap elle-même est apparue au moyen-age en Europe et à l’origine n’a rien d’une musique nègre. » Cette citation ouvre un billet de blog régulièrement cité par cette scène et qui se poursuit ainsi : « La première chanson de rap à avoir été enregistrée fut Kinesika Muren (La Grande Muraille de Chine) par l’artiste suédois Evert Taube durant les années 20. La musique Rap est née dans les pubs écossais durant le Moyen-Âge. Les battles de rap durant lesquelles deux MCs s’affrontent en insultes élaborées en rythme proviennent de l’ancien art Calédonien du flyting. »5

Enfin, contrairement à la scène rap nationaliste allemande, très liée aux scènes rock d’extrême-droite ou à la scène polonaise très active en ligne et hors ligne (concerts réguliers), contrairement aussi à un Goldofaf, la scène française actuelle semble peu intégrée aux autres scènes musicales nationalistes. Les passerelles avec d’autres courants musicales semblent inexistantes, alors qu’il existe par des scènes RAC et métal nationaliste actives en France. Il est cependant possible d’interpréter ce relatif isolement comme un signe de maturité lié au nombre d’artistes en activité aujourd’hui.

Conclusions très provisoires

Comme tout chercheur tentant d’étudier un aspect spécifique du monde social, la question du jugement moral est hors sujet. Que certains textes soient antisémites, homophobes, sexistes ou racistes (ou les quatre simultanément) ne m’empêche pas d’avoir une attitude compréhensive par rapport à ces artistes. Ce qui m’intéresse est de mieux comprendre comment ils travaillent, s’organisent, collaborent, font face à la censure et à la justice.

Ces premiers éléments méritent évidemment d’être approfondis. La comparaison avec le fonctionnement d’autres scènes (style, pays) permettra sans doute d’affiner la compréhension du fonctionnement de cette scène semi-clandestine. Échanger avec les principaux artistes est également nécessaire, ne serait-ce que pour comprendre comment se créent les liens entre les artistes. Enfin, les liens et les porosités avec les artistes rap proches de la mouvance soralienne (antisionisme virant facilement à l’antisémitisme) mériteraient également un plus ample examen. À suivre…

Sources – les liens ont été visités le 21 novembre 2017
1. https://www.discogs.com/fr/artist/1984745-Basic-Celtos
2. https://www.discogs.com/fr/artist/3320430-Goldofaf
3. https://racrifoi.wordpress.com/category/groupes/fasc/
4. Voir la chronique de l’album Instinct sur le site Noisey vice où le chroniqueur écrit notamment : « non seulement c’est bien produit (avec notamment un sample de Gladiator assez fantastique sur le titre « Maximus »), mais en plus, d’un point de vue purement technique, le mec varie les flows en les maitrisant tous parfaitement, et balance d’authentiques punchlines –hyper-racistes, certes, mais punchlines quand même. »
5 https://monsieurpm.wordpress.com/2016/08/02/le-rap-une-tradition-medievale/


Une réflexion au sujet de « Le rap d’extrême droite français : une scène sous contraintes »

  1. Ping : Musiques et mouvements extrêmes de la droite radicale | Musics and Souls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *